19. Mai, 2020

Le vrai, le juste et le réel.

En préalable aux explications qui suivent, je vous invite à déposer tout ce que vous n’expérimentez pas dans la poubelle des croyances, dans la bibliothèque des récits fantastiques ou autres à votre convenance, afin de ne pas confondre croyances et vérité.

Les arbres nous montrent qu’il est impossible d’explorer le ciel sans avoir enfoncé ses racines dans les profondeurs de la Terre. Les enseignements de la Terre Cristal expliquent que cette Terre n’est pas à l’extérieur de nous-mêmes, que nous habitons cette Terre en permanence et cela sans nous en rendre toujours compte. En effet, cette Terre n’est autre que notre corps. Or cette structure possède des systèmes qui fonctionnent dans les dimensions évidentes du monde matériel, mais également dans des dimensions dites subtiles et invisibles, psychiques et spirituelles.

La première étape pour développer notre cerveau psychique est interne et concerne notre corps. Elle consiste à assurer le bon fonctionnement de ses systèmes, ce qui est déjà un vaste sujet.

L’étape concomitante consiste à augmenter notre niveau de conscience et notre puissance vibratoire. Ce travail énergétique allie la détente, la respiration, la concentration, l’écoute fine, etc. Il s’agit véritablement d’actionner un ascenseur vibratoire qui navigue entre les dimensions les plus denses de la Vie et celles les plus vastes et puissantes de notre Esprit.

Le troisième chantier concerne notre déploiement à l’externe. À quoi servirait notre incarnation si nous restions repliés sur nous-mêmes, sans jamais offrir les fruits de notre travail ? Peut-on empêcher un arbre de grandir, un fruit de mûrir, la forêt de pousser ?

En manifestant dans ces trois chantiers ce qui est à la fois réel, juste et vrai, nous incarnons notre Esprit.

Par contre, ce qui est réel, mais qui n’est ni juste, ni vrai, est une illusion. Par exemple croire que nous ne sommes que des humains, des poussières qui retourneront à la poussière, c’est certes bien réel dans le monde où nous vivons, mais c’est oublier que nous sommes des Esprits immortels et puissants dont la vérité est un feu capable de réduire en cendres nos illusions.

Car en vérité, nous vivons dans ce monde mais nous ne sommes pas de ce monde. Et cette vérité est la clef de notre puissance et de notre liberté, le point de départ du développement de notre Esprit.

6. Mai, 2020

La paix est-elle utopique ?

La paix est-elle utopique ?

Je propose l’hypothèse selon laquelle humanité serait un "modèle réduit" qui doit apprendre à évoluer vers l’Esprit, et que l’une des voies passe justement par la maîtrise des arts martiaux, par la Voie des armes. Ce qui m’inspire, c’est que cette situation existerait à des échelles nettement plus vastes que notre système solaire.

Il existerait en effet dans les mondes subtils des "peuples" fortement armés, et dans les mondes invisibles des entités dont la puissance est leur nature même.

Peu importe de croire à leur existence ou non. Je suggère d’ailleurs de ne croire à rien et d’expérimenter. Pour les lecteurs qui n’ont pas l’expérience de contact avec ces autres dimensions, alors prenez la suite comme une belle fable un peu fantastique, comme celle de Star Wars, et celle moins connue de Babylon 5 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Babylon_5 ).

Imaginez qu’il existe dans l’univers un Peuple portant la signature vibratoire des "Hommes Lions".
( https://gilimanna.wordpress.com/urmah/ ).

Leur manière d’être me séduit. En effet, ces Urmahs ont poussé leur capacité de concentration, leur intelligence, leur force, leur maîtrise, leur loyauté, leur noblesse, leur sens de la royauté et de la puissance sacrée à un degré qui dépasse largement le niveau imaginable par l’humanité terrestre actuelle.

Ils sont fortement armés et exceptionnellement puissants, même à l’échelle de la Galaxie. Ils auraient inspiré auprès des humains certaines mythologies (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sekhmet, aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Bastet ). Et peut-être aussi l’idéal du Chevalier au service du Roi, pour contrebalancer l’instinct destructeur du Guerrier.

Fait remarquable, ils soutiennent les Rois qui disposent des mêmes qualités qu'eux avec en plus la puissance de l’Esprit. Leur puissance est telle que ces Rois n’ont pas besoin d’armes pour être respectés. Ils se trouvent dans les dimensions d’enveloppement d’un système stellaire et planétaire dont ils gèrent l’évolution.

Et il est fort possible que certains Urmahs aient pu prendre une incarnation humaine qui leur permet de poursuivre l’évolution vers la dimension des Rois. Mais ce n’est qu’une hypothèse.

Dans notre univers humain il y a aussi l'influence d'entités guerrières, de mémoires et d'implants déviants à transmuter.

Et le feu de la vérité qui permet de réunifier la force de chacune de nos parts intérieures divisées, se trouve justement au niveau de notre Esprit !

Ainsi, ne jugeons jamais, surtout lorsque notre évolution est très, très loin d’être achevée.

18. Mai, 2020

Les douleurs de l'accouchement.

Le problème de la démarche de Bill Gates ne provient ni de sa logique, ni de ses "bonnes" intentions, mais du fait qu’il s’agit d’un humain "ordinaire" qui veut régler à sa manière des problèmes planétaires. Or pour pouvoir le faire vraiment, il faudrait pouvoir dépasser le niveau de conscience actuel, autant celui auquel Bill Gates raisonne, que celui de la majorité des humains actuels.

Mon propos ici n’est pas d’établir un tableau complet des niveaux de conscience, mais de montrer que si le débat se situe sur le plan émotionnel ou intellectuel et met en place des obligations contraignantes et contre nature, il n’y a aucune chance de trouver des solutions. L’exemple de l’agriculture est édifiant.

Par contre, si l’humanité s’engage véritablement au-delà du mental, dans une démarche collective basée sur la responsabilité, le respect, le dialogue et l’autonomie, alors il devient possible de trouver ensemble, avec bien entendu Bill Gates et ses associés, un point de vue qui élargit la conscience et qui permet de trouver des solutions pacifiques.

Or pour l’instant, la connaissance de la structure des niveaux de conscience et des pratiques associées n’est pas diffusée, ou sinon à dose homéopathique, noyée dans la masse des turbulences émotionnelles et mentales, parfois prétendues spirituelles.

Nous œuvrons en collaboration avec d’autres enseignants, à rendre scientifique la démarche spirituelle afin que ces enseignements et ces pratiques éprouvées soient accessibles à un public plus large. Mais ces transmissions sont actuellement encore au stade expérimental, en phase d’ajustement avec le niveau de conscience humain. Tous les enseignants sérieux sont, à ma connaissance, confrontés à cette problématique : assurer un niveau de compétence qui permet de montrer le résultat des pratiques tout en restant à la portée des pratiquants potentiels.

Comme le mouvement s’accélère pour tout le monde, la responsabilisation, l’autonomie, la paix et la fraternité deviennent des urgences. Les contractions de l’accouchement sont douloureuses, mais n’annoncent-elles pas la naissance d’un nouveau monde ?

2. Mai, 2020

La vérité et la liberté.

Voici un principe simple :
Connaissez la vérité et elle vous libérera.

Dans la masse d'informations qui circulent actuellement, il est possible de distinguer entre la vérité, et le mensonge qui manipule, qui contrôle, qui muselle, qui enferme, qui limite, qui contracte, qui écrase.

Mais il faut ouvrir les yeux, s'informer, réfléchir par nous-mêmes, avoir le courage de sortir des sentiers battus, rester intègres, nous allier avec des êtres libres et suivre la lumière.

19. Avril, 2020

Question de lumière.

Pour se régénérer, l'être humain a besoin de se nourrir de Vie et de Lumière.
Voici un exemple qui cumule les deux sources : la lumière du Soleil :
https://www.noao.edu/image_gallery/html/im0600.html

Voici une photo plus détaillée du spectre solaire :
https://lesia.obspm.fr/…/jean-ma…/posters/spectrum_color.pdf

Dans la gamme de la Labradorite : https://www.noao.edu/image_gallery/images/d2/03351.jpg

Bonne régénération !

18. Avril, 2020

Du berger à la bergère.

L’article qui suit à attiré mon attention notamment parce qu’il me semble friser un peu la dissidence. Et par les temps qui courent, il faut rester vigilants.

«J’ai trouvé la coupable de la pandémie. Mon instinct de limier m’a fait suivre une piste qui répond à la question « à qui profite le crime » ?

J’accuse ici la Planète Terre. En effet, plus de virus, moins de déplacements, moins de trafics, moins de produits chimiques, moins de production, moins de consommation, moins de pollutions, moins de destructions. On voit même l’air redevenir respirable, les poissons repeupler les océans, les oiseaux revenir dans le ciel. Le mobile est évident : il s’agit de se débarrasser de nous.

L’arme du crime est évidente : un virus. En un siècle, plusieurs virus ont attaqué de nombreuses fois avec des pandémies encore plus meurtrières que celle qui nous attaque aujourd’hui. La coupable est donc récidiviste. La guerre actuelle décrétée par les autorités n’est donc que de la légitime défense et la riposte se doit d’être exemplaire !

Les victimes, les faibles, les malades, ceux qui meurent en masse, c’est nous. Moins de travail, plus de chômeurs, plus de désespérés, plus d’assistés, plus de faibles, plus de malades, et le cycle recommence.

Heureusement, nous sommes bien protégés. D’abord par le confinement. Devant une telle menace, la meilleure défense est la cachette. Mais cela ne suffit pas : il nous faut des muselières. Et bientôt des piqûres, des piqûres, toujours des piqûres. Et de l’argent, car il faut quand même payer quelques factures...

Les récalcitrants n’ont aucune chance d’échapper aux caméras, aux uniformes, aux drônes, aux interrogatoires, aux laissez-passer, aux pistages par radar, à la 5 G, aux compteurs Linky, au réseau Échelon et à ses nombreuses déclinaisons, et aux délations.

Heureusement que les émissions de télévision sont ponctuées par des spots publicitaires édifiants, qui nous rappellent sans cesse que nous sommes en guerre, qui nous énumèrent les pertes au combat, qui célèbrent la gloire des héros, qui précisent les gestes indispensables à notre survie.

Alors je propose ce slogan : « En avant vers la Victoire sur notre planète et son virus rebelle. Vive les cachettes, vive les muselières, vive les piqûres, vive les subventions.

Et vive la Sécurité, la Croissance et le Progrès. »

Signé : Votre Berger qui veut votre bien. »

30. Mars, 2020

Un bateau vers l'Esprit

Les maîtres Elfiques de la Terre Cristal ne sont évidemment pas les seuls à insister sur l'importance de la discipline dans la pratique de leurs enseignements. La pratique commence certes par la respiration, par la détente, par l'écoute du corps, mais se poursuit avec la connexion au Cercle d'Or, les projections à distance, l'intensification de l'élévation vibratoire jusqu'aux dimensions multiverselles, la vigilance permanente sur les pensées, les émotions, les sensations, l'autonomie, le déploiement, le service, etc.

Mais il y a aussi des dangers sur ce chemin initiatique. Le texte qui suit explique ce qui se passe lorsque le médium se met à canaliser sans être dans une intégrité absolue, sans maintenir un taux vibratoire très élevé, c'est à dire sans parvenir à manifester une puissance d'Amour intense.

Alors la porte est ouverte à toutes sortes d'entités qui finissent par égarer le médium en lui faisant croire ces égarements sont le bon chemin. Depuis que nous nous sommes engagés dans ce travail, nous avons été témoins de ces dérapages qui, s'ils ne sont pas immédiatement rectifiés, deviennent des déviances. Ces dérives sont bien réelles. Nous avons vu des médiums parfois talentueux céder au doute, au reniement, à l'orgueil, à l'attaque, à la peur, au désespoir, plonger vers les basses vibrations, se replier dans leur "ancienne" (sur)vie. Bien sûr, chacun est libre de faire ses expériences sans lesquelles il est impossible d'apprendre et d'évoluer. Mais ne vaut-il pas mieux les choisir que les subir ?

En ce qui me concerne, j'applique la règle suivante : le réel n'est pas forcément juste, et encore moins vrai. Il faut donc envisager ce travail de médiumnité énergétique spirituelle intégrale à partir du niveau de l'Esprit qui aligne et réuni le vrai, le juste et réel dans la puissance de l'Amour.

Voici une image qui va simplifier et résumer cette réflexion.
Pour que mon bateau arrive à bon port, il faut au moins quatre conditions :
Une coque étanche et non submersible. Un système moteur, même si c'est une voile, d'une puissance suffisante. Un équipage en forme et bien entraîné. Un système de guidage fiable qui permet non seulement d'éviter les grosses tempêtes mais d'indiquer la bonne direction.
Et je dois m'assurer à chaque instant, jour et nuit, que tout est en ordre.
Alors le Soleil de l'Esprit peut briller.

27. Mars, 2020

Philovirus

Pour voir le bon côté de la situation, ce confinement imposé par ceux qui veulent notre bien, même malgré nous, nous permet d'oublier les canicules et les autres perturbations climatiques passées et à venir, les grèves et les manifestations à répétition, la crise économique et financière qui se profile déjà, les pollutions diverses et variées, les guerres galopantes, etc.

Merci aux médias de fournir à longueur de journée leur opium au bon peuple et de nous permettre de mettre ainsi nos neurones au repos,

Merci aux forces de l'Ordre de nous aider à renflouer les caisses de l'Etat avec leurs pluies d'amendes.

Merci aux virus de mobiliser toute notre attention sur notre santé.

Merci au personnel soignant de nous rappeler à quel point la vie est précieuse et fragile.

Et comme lors de la cérémonie des Césars, je remercie également le metteur en scène, à savoir le temps présent, car ce film dramatique est vraiment très bon.

17. Mars, 2020

Une cure de sobriété.

Bien entendu, les activités en présentiel prévues pendant la période définie par le collectif sont reportées.

Cette période est propice au retour en soi, et aux partages à distance.

Il est temps de faire du ménage, et de reprendre en mains et de réorienter notre mode de vie, notre consommation et notre santé, vers des voies plus sobres et plus naturelles.

Il est temps de faire de cette période une occasion de nous renouveler, car l'époque est favorable aux changements de grande ampleur.

16. Mars, 2020

La loi de l'aimantation.

Par les temps qui courent, il est utile de se souvenir de cette pratique initialement intitulée : "ce sur quoi je me concentre augmente." que je rectifie sous cette formule : "j'attire et j'influence tout ce sur quoi je porte mon attention."

L'attention peut être consciente ou inconsciente. La peur, tout comme l'appréciation et l'émerveillement sont des manières de projeter notre énergie créatrice.

N'oublions pas que nous héritons toujours de notre passé, et qu'à chaque instant, nous créons notre futur. Et cela n'est pas un choix, mais un fait. C'est la loi de l'aimantation. (du verbe aimanter, qui semble être une déclinaison du verbe aimer.)

En ce temps de crise, il est bon de se ressourcer et d'étudier le grand livre de la nature qui a beaucoup de choses à nous apprendre pour retrouver le chemin de notre nature profonde.

4. Mars, 2020

Le choix de chaque instant.

A chaque instant est un choix.
Ou vivre en paix au Cœur de notre Esprit, dans un corps régénéré.
Ou s’éloigner de Soi et se perdre dans l’impermanence.

2. Mars, 2020

A propos de l'instant présent et du temps qui passe.

Voici une méditation sur l'instant présent et sur le temps qui passe...

L’espace-temps est-il torique ?

Est-il possible que l’espace-temps tel que nous le percevons ne soit que la surface d’une sphère torique dont la profondeur serait insondable ?

Est-il possible que le noyau de cette sphère soit omniprésent et accessible dans notre propre cœur ?

Est-il possible que l’instant présent intégral intègre en son centre tous les instants de cette vie, de toutes nos incarnations et même au-delà ?

Est-il possible que l’instant présent réalise nos espoirs passés et que l’instant futur soit l’espoir de notre présent ?

Est-il possible que notre présence devienne omniprésence et que cette expérience puisse devenir éternelle ?

Est-il possible qu’à partir de notre cœur central rayonnant sa puissance infinie, rien ne soit impossible ?

Ce qui est impossible n'est-il pas autre chose qu'un possible à venir, qu'un possible en devenir ?

14. Déc., 2019

De l'Involution à la Recréation.

L'éveil du centre vital ventral s'effectue par un travail intensif de concentration dans le centre énergétique du ventre.

Il n'y a pas de concentration totale possible sans détente absolue.

Mais cette manière de travailler est inconnue dans notre culture et totalement hors de portée des niveaux de conscience matière (du physique jusqu'au mental).
C'est pourquoi il est quasiment impossible d'y parvenir tout seul.

Il existe l'équivalent avec le "corps spirituel". Dans la pratique d'activation du centre spirituel, le centrage est alors positionné au niveau de la tête jusqu'à son activation, pour s'étendre ensuite vers les autres centres énergétiques et vers l'ensemble de nos secteurs de vie. On parle alors de pratique spirituelle intégrale.

Ajoutons que la pratique spirituelle intégrale possède ainsi quatre mouvements.
Le premier passe du niveau de l'esprit universel à celui d'esprit incarné. C'est le stade plus ou moins chaotique de l'Involution.
Le deuxième mouvement retourne du niveau de l'incarnation vers l'universel. C'est le processus de l'Eveil et de stade de l'Evolution.
Le troisième mouvement repart de l'universel vers l'incarnation, mais cette fois dans un processus de maîtrise totale jusqu'aux niveaux les plus denses. C'est le stade de la Révolution.
Puis le quatrième s'affranchit des processus précédents. C'est le niveau suprahumain de la Libération et de la Recréation.

Les nouveaux enseignements spirituels et les pratiques correspondantes ne nous égareront plus en chemin.

25. Nov., 2019

Être Druide

Un Druide contemporain n'est pas forcément rattaché à une tradition.
Être Druide signifie posséder un regard pénétrant les mystères.
C'est un état d'esprit amoureux de la vie.

Et lorsque notre esprit se tourne vers le ciel et ses étoiles,
vers la Terre et vers les êtres,
en nous-même ou vers les autres,
au-delà des nuages, des densités, des illusions,
nous pouvons contempler l'Infini dans lequel la Puissance, le Sacré et la Beauté ne font qu'Un.

En toute simplicité.

25. Oct., 2019

La danse de l'univers.

Maintenant, abordons la notion de couple sous l’angle de la dualité.
La dualité polarise les énergies jusque dans les plus infimes particules de matière.
Et si nous explorons l’univers intérieur et extérieur,
évident ou invisible,
en inspirant, en expirant,
en avançant pas à pas,
de jour ou de nuit,
etc.
Nous percevons alors que dans tout l’univers,
la dualité rythme la danse de la vie.

20. Oct., 2019

En couple.

Si vous voyez cette vidéo, vous me parlerez probablement de couple. Écartons pour l’instant l’affectivité, le bien-être et la sexualité de ce secteur pour examiner la notion de couple proprement dit à ses différents étages.

Pour savoir à quel niveau vibratoire nous vivons en couple, appliquons à ce secteur les critères suivants.

Est-il dans la survie, sur la voie de la guérison, agité sur les vagues de l’impermanence ?

Représente-t-il une opportunité d’expression et de reconnaissance de vous-même, d’écoute et d’appréciation de l’autre, de prise de responsabilité? Quel est le niveau d’autonomie de chacun ? Cette relation est-elle utile pour votre évolution ?

Dans quelle mesure la part invariable, éternelle, universelle de vous-même et de l’autre est-elle reconnue, présente, manifestée ?

A quels étages vivez-vous en couple, avec vous-même, avec vos partenaires ?

https://www.youtube.com/watch?v=L2paVPDN3eg

11. Oct., 2019

Rayonner l'Essentiel.

Je ne m’attache à rien. Je ne résiste à rien.
Dans l'Océan primordial omniprésent, je rayonne éternellement l’Amour.

10. Oct., 2019

Contempler la Source fondamentale.

Je contemple la Source et j'intensifie ma Joie de vivre.
Je contemple la Source et je m'expanse avec Légèreté.
Je contemple la Source et je déploie ma Puissance et ma Vastitude.

1. Oct., 2019

La pensée du jour 12.

Rien ni personne ne peut résister à l’Homme dieu. Et pour cause, Il est l’incarnation de la Puissance.
Rien ni personne ne peut échapper à la Femme déesse. Et pour cause, Elle est l’incarnation de l’Amour. Son Cœur est infini.

Dans le Rayon des Déesses et des Dieux, l’Amour est puissant, la Puissance est Amour. Et pour cause, ce Rayon androgyne est un Rayon matriciel d’intégration de l’Essence divine, un Rayon d’intensité, de rayonnement dans lequel se réalise la fusion du Tout et de la Vacuité.

Prenons le cas de la Déesse. Dans notre culture, la Déesse manifeste la beauté et la puissance de l’Amour à trois niveaux.

Elle se manifeste bien sûr en tant que Femme dans toutes ses expressions : la beauté, le désir passionné de l’Amante, la fertilité et la patience de la Mère, la force et le courage de la Guerrière, la fidélité et le loyauté de l’Épouse, l’autorité et l’intégrité de la Prêtresse, la sagesse de la Guérisseuse, l'impétuosité de la Sorcière, la puissance de la Magicienne, l’innocence et la pureté de la Sainte, etc. Du plus dense au sublime.

La Déesse est ensuite reconnue en tant que Terre Mère rythmant les cycles de la nature et des corps, incluant ceux du Soleil et de la Lune.

Enfin la Grande Déesse engendre et soutient l’univers entier, le multivers, comme le montre par exemple la Déesse Nout en Égypte ancienne. Elle représente alors la Vacuité transcendante d’où sont issus tous les univers et que l’on appelle la Source. Elle est aussi omniprésente et immanente.

Ses différents visages illustrent l’évolution de l’énergie de Vie, depuis le Centre de la Terre jusqu’aux Étoiles et au-delà, en montant et en descendant le long de nos roues d’énergies et de nos niveaux de conscience. Cette connaissance et cette pratique sont l’essence du Tantra.

Voici quelques affirmations pour la pratique intégrale.

"La Source régénère la Vie des Multivers."

"La Source régénère ma Terre, mon Cœur et tout mon Être."

"Je suis Uni à la Source Rayonnante, Puissante, Invariable et Universelle."

30. Sept., 2019

La pensée du jour 11.

Le Rayon des Pacifistes s’illustre en principe par des figures telles que le Mahatma Gandhi, le pasteur Martin Luther King, L’activiste Nelson Mandela, les nombreux prix Nobel, et bien d’autres.
Les vies de ces personnages célèbres sont largement documentées.
Parmi les représentants les plus importants du Rayon des Pacifistes, on trouve le Comte de Saint Germain dont les péripéties relèveraient de la légende s’ils n’avaient été attestés par de nombreux et importants témoins parmi lesquels Louis XV. Ces derniers, sans doute éblouis par le personnage et aveuglés par les ombres qui voulaient le discréditer, n’ont pas compris son message de paix et n’ont pu éviter les bains de sang qui accompagnèrent la Révolution et la longue série de guerres qui s’ensuivirent jusqu’à nos jours.

Le message des Pacifistes reste donc plus que jamais d’actualité.
Je commence donc cet hommage par l’évocation du jour de Noël 1914 dans les tranchées, car elle montre que même les pires situations ne peuvent éteindre complètement la flamme de la paix qui brille au centre du cœur des hommes.

Dans son embout aux portes de l’Esprit, le rayon des Pacifistes ouvre l’accès aux dimensions Galactiques.
Précisions à ce stade que la limite entre l’Âme en évolution et l’Esprit infini et immortel n’est pas nette. Rappelons également deux qualités de l’Esprit qui permettent de le reconnaître en nous et chez autrui : l’Invariabilité et l’Universalité.
Cet Esprit que nous sommes par essence et par nature a besoin de créer une série de couches énergétiques pour atteindre la matière. Alors que l’Esprit n’a pas besoin d’évoluer, les dimensions de l’Âme sont énergétiquement impactées par la densité. L’Âme est donc le domaine de l’Alchimie et la matière est le Grand Œuvre. L’Or symbolise alors l’incarnation de l’Esprit et sa maîtrise totale de la matière : mentale, émotionnelle, éthérique et physique.
Toutefois, l’Esprit reste inaltéré par les différentes couches qu’il a créé et maîtrisé. Il est éternellement uni à la Source. L’Esprit n’est autre que le Soi profond qui se reconnaît au cœur de chaque Être, bien-entendu au-delà des apparences matérielles impermanentes, et même au-delà des dimensions de l’Âme.

Les retrouvailles avec nos dimensions Galactiques amènent l’Illumination.
Voici quelques affirmations pour les périodes d’intégration de l’Esprit.

Seul l’Amour est réel et guérit tout.
J’aime la Source avec ardeur et je rayonne la Paix.

Et pour initier le voyage galactique intérieur, voici quelques liens.
http://sergebrunier.com/gallerie/voie-lactee/
https://apod.nasa.gov/apod/image/1105/3000_CC_BY-NC.jpg
https://apod.nasa.gov/apod/ap190927.html
https://www.franceinter.fr/emissions/le-temps-d-un-bivouac/le-temps-d-un-bivouac-19-juillet-2018?fbclid=IwAR22SMaHnSKgb0u4jPCeWPjj9mI1NxCOEIFTcs_tkpZkq4vjDMz4iJHlAg8

29. Sept., 2019

La pensée du jour 10.

Le Rayon des Peuples de la Terre.

En observant la Terre depuis la planète Mars, il est difficile de distinguer la différence entre Londres, Paris, Madrid, Berlin, etc. Pourtant, sur place, on n’y parle pas la même langue et les coutumes sont différentes.
De manière analogue, depuis le monde des humains, il est difficile de distinguer le Royaume des Peuples de la Terre de celui des Gardiens de la Terre, et de le différencier de celui des Dévas de la nature et des autres entités des mondes subtils.
Les confusions, les déformations et les inconscients collectifs expliquent les caricatures et les incompréhensions.

La présentation la plus pertinente et précise que je connaisse du monde des Entités se trouve ici :
http://web.archive.org/…/20…/http://iwen.free.fr/annexe1.htm
Certes, elle est un peu longue et technique, mais elle mérite d’être considérée sérieusement et vérifiée par l’expérience.
De plus, Cyrille Ndong Assou (auteur de l'article) met régulièrement des mises à jour sur son site.

L’ignorance du processus médiumnique et la négation des autres dimensions, ajouté à l’oubli de notre histoire et de notre nature véritable, combinée à l’absence de travail énergétique interne sérieux, rend chacun vulnérable à des influences éthériques subtiles néfastes et désastreuses.

La seule parade possible est d’élever notre vibration et d’intensifier sa puissance.

Dans ses dimensions supérieures invisibles de l'Esprit, le Rayon des Peuples de la Terre et de l'Intraterre est peuplé de véritables maîtres solaires. Il n'est pas entaché par les guerres galactiques multidimensionnelles dont les conflits terrestres ne sont que l'écho.

Leur enseignement insiste sur la nécessité de la détente profonde, de l’écoute subtile de notre terre (nos corps-dimensions matière, subtils et invisibles), sur l’importance de nous responsabiliser de nos impacts, de nous libérer de nos implants, de retrouver notre autonomie et d'incarner notre vraie nature.
Ce qui implique du discernement, de la vigilance et de la discipline dans la pratique de l'Art interne de la concentration, de l'intensification et de l'élévation vibratoire de notre énergie.

Ces maîtres solaires ont une connaissance profonde de la structure de l’être, de la matière et de l'univers. Ils enseignent comment se régénérer au cœur de la Terre, comment vivre dans la joie, dans la paix et dans la fraternité et comment nous projeter dans les différentes dimensions internes et externes du multivers.

Voici quelques invocations possibles :

"J’intensifie l’écoute de ma Terre."
"Je suis éternellement libre, heureux et uni à la Source."
"J’incarne la Joie et je savoure la Vie à chaque instant."

28. Sept., 2019

La pensée du jour 9.

Pour remercier les Gardiens de la Terre.

Ainsi que nous l’avons déjà largement indiqué, l’ascenseur majeur entre les trois niveaux matière-âme-esprit vient du développement, de l’élévation, du centrage, de la concentration et de la fusion de la Force interne par la détente, l’intention, l’attention, la respiration et la volonté. Sachez que ce processus ne peut s’accomplir que dans un état de détente totale et intégrale, lorsque l'agir se réalise sans agir. Une vidéo précédente explique un peu le processus.


Voici à présent des mantras destinés à amorcer les vôtres, si vous le sentez utile, bien évidemment.

"Mon esprit déploie sa puissance dans la vastitude."

"Je trouve la Vérité, le Bien-Être et la Plénitude dans la Pureté de la Source."

25. Sept., 2019

La pensée du jour 8.

J’explore, je respecte et je soutiens la Vie dans toutes ses dimensions.
Pour être en Paix, je cultive la Force de la Vie.
Je déploie la Force qui relie tous les êtres à la Vie.

24. Sept., 2019

La pensée du jour 7.

La pensée du jour est une invitation à intégrer puis à dépasser le jeu des ombres et des lumières.

"Le Soleil de mon Cœur illumine le Monde.
Je célèbre la Fraternité dans la Paix, dans l’Harmonie, dans l’Amour et dans la Joie."

23. Sept., 2019

La pensée du jour 6.

En Vérité tout est Amour et tous sont Un.
La Lumière me guide en équilibre sur le Fil de la Vie.

22. Sept., 2019

La pensée du jour 5.

Je célèbre à l’Infini les Merveilles et la Puissance de la Vie.

21. Sept., 2019

La pensée du jour 4.

Au Rayon des praticiens, on trouve aujourd'hui cette pensée :

La Vie offre toujours des défis, des solutions, des outils et des ressources.
Ma Joie est de trouver, de pratiquer, de créer, d’offrir et de servir.

20. Sept., 2019

La pensée du jour 3.

Hommage aux Idéalistes.

La Vie est belle. Je porte chance. Je crée le meilleur dans l’Infini des Possibles.

19. Sept., 2019

La pensée du jour 2.

Voici à présent l'offrande du Rayon des Cœurs Sacrés.

L’Océan d’Amour de mon Cœur reflète l’Unité de la Vie, de tous les êtres et de toutes les dimensions, de l'infiniment grand à l'infiniment petit et au-delà.

18. Sept., 2019

La pensée du jour 1.

Le rayon des Rois et des Reines propose ce mantra.

La Gloire de mon Esprit illumine l’Azur.
Le Soleil de mon Esprit couronne le Cœur de ma Terre.
Tous unis au Cœur du Royaume, ensemble, nous sommes puissants.

16. Sept., 2019

Suite des pratiques d'auto-harmonisation.

Poursuivons notre exploration des mondes invisibles à propos desquels l'ignorance et le déni mènent au désastre. Que penseriez-vous d'un voyageur s'approchant d'un précipice, qui refuserait d'enlever le bandeau qu'il s'est mis sur les yeux et qui rejetterait systématiquement les avis et l'aide des autres voyageurs en vous disant qu'il ne faut faire confiance à personne ?

Nous avons fourni précédemment un protocole d'auto-harmonisation énergétique, extraits des ateliers que nous proposons. Dans ce protocole, il est question de se détendre, de respirer et de pratiquer quelques mouvements d'assouplissement inspirés, de type yoga ou qi gong, pour faire circuler l'énergie tout en élevant son taux vibratoire.

Puis nous arrivons au centre de notre être en ajoutant aux pratiques préliminaires l'énoncé de sankalpas.
Je vous en propose aujourd'hui trois groupes à savourer avec ardeur. Ils sont inspirés par les embouts de certains rayons d'incarnation, et sont un tremplin pour incarner notre nature universelle.

"La Gloire de mon Esprit illumine l’Azur. La Gloire de mon Esprit couronne le Cœur de ma terre."

"La Puissance, la Beauté et l’Amour de la Terre me fécondent."

"La Vérité est la clef de ma Liberté.
La Liberté ouvre la voie vers le Soleil de mon Esprit.
Le Soleil de mon Esprit incarne la Force et la Puissance de mon Cœur."

Et si vous avez l'élan de partager vos sankalpas, après en avoir testé l'impact bien sûr, nous vous écoutons.

23. Août, 2019

Extraits du Code des Créateurs

Voici quelques extraits utiles du "Code des Créateurs". À ce jour, il semblerait qu’aucun parlement terrestre n’a encore publié ce Code alors qu’au contraire, le "Code des Destructeurs" a inspiré de nombreuses lois qui prolifèrent depuis très longtemps. Ce qui suit est donc une humble initiative destinée à rétablir un peu d’équilibre.
« Nous ne sommes pas en Vie, nous sommes la Vie. Qui nous sommes convient parfaitement.
Nous sommes par essence des créateurs. Ainsi, tout ce que nous voyons est notre création.
La Terre est un domaine d’apprentis sages.
Le thème de la planète Terre étant la dualité, il est impossible de créer quoi que soit sans créer son contraire.
Il n’y a ni bien, ni mal, mais seulement l’expérience de nos projections sur la réalité extérieure. Ainsi, tout ce que nous rejetons est ce que nous n’acceptons pas de nous-mêmes et cela nous revient inévitablement depuis l’extérieur.
Assumer tout ce que nous voyons et l’intégrer avec équanimité mène à l’intégralité et à la plénitude.
La colère est le masque de la Terreur. Libérée toute accusation, de tout jugement, de toute attaque, l’énergie de la colère n’est que de la Joie. La Joie est la force de l’Amour.
Accueillir sans conditions sa Terreur et la traverser sans résister libère la Joie et conduit à la Paix.
L’Uni-vers immortel exprime son infinité dans toutes les dimensions de chaque créateur. Ainsi, dans l’Uni-vers, tout est possible et tout est réalisé. »

27. Juil., 2019

Créons notre réalité.

Il est bon de rappeler le cycle des étapes du processus de création de notre réalité, que cela soit dans le visible, dans le subtil ou dans l'invisible et quel que soit le domaine ou le secteur concerné. Par exemple celui de la santé, de l'argent, des relations, des créations, du professionnel, de l'énergétique, etc.

1) Émettre une intention claire et pure. Pourquoi? Pour qui?
2) Être présent, attentif, perceptif. Qui? Quand? Où?
3) Mobiliser sa volonté et ses forces. Le comment? Rejoindre le corps, travailler en souplesse et avec intelligence en tenant compte des repères et des limites.
4) Intensifier l'énergie et la connexion à la joie intérieure.
5) Poser des actes et les répéter jusqu'à leur intégration.
6) Prendre conscience des répercussions, Assumer les conséquences. Abolir les croyances. Modifier les mémoires. Aller jusqu'au bout pour atteindre le résultat.
7) Tirer les leçons de l'expérience et faire d'autres choix responsables, utiles, autonomes et mieux alignés sur notre être véritable.
8) Se donner les moyens de réaliser des objectifs réalistes.
9) Retour au n°1.

En résumé, l'énergie suit la pensée, l'action suit l'énergie, le résultat suit l'action. N'en faites pas une croyance, expérimentez.

Quand la pratique est complexe, il faut la décomposer en séquences simples et commencer par la plus facile.

C'est un peu comme si vous vouliez tricoter un vêtement. Vous ne prendriez pas la pelote de laine entière, à moins de vouloir réaliser un sac de nœuds peu propice à l'habillage. Vous tireriez plutôt simplement un fil et le reste de la pelote suivra au fur et à mesure de votre travail.

Il ne faut donc jamais se précipiter ni vouloir brûler les étapes en espérant parvenir au résultat plus vite. Le risque serait de se tromper dans les mailles et de devoir alors tout refaire.

Le niveau de pratique est important. Tant que l'on a l'impression de faire, c'est la volonté personnelle qui pilote avec des résultats limités, impermanents et rarement ajustés et heureux. Comme dans toutes les activités, cette phase d'apprentissage est nécessaire dans un premier temps pour se discipliner et pour parvenir à intégrer les pratiques.

Lorsque l'on s'aligne sur la force universelle, l'impression est plutôt de lâcher-prise dans l'action, d'agir sans agir, de faire sans faire. L'état de vacuité intérieure permet à notre potentiel infini de se manifester. Tel est le virtuose, tel est le champion, tel est le maître, car tel est le Tao.

6. Juil., 2019

Les directions et le sens de la vie.

Dans une incarnation, nous sommes immergés dans trois espaces.

Le premier nous relie au monde sensoriel et la vie quotidienne, celui de l’évidente impermanence. Il englobe le monde matériel jusqu’au niveau mental. Il est le champ de la vie humaine temporaire qualifiée parfois d’horizontale. Mais si nous nous limitons à cet espace où tout a une fin, ne pourrait-on pas parler de survie plutôt que de vie humaine ?

Lorsque notre conscience se libère de son identification au corps et aux limites de son incarnation, elle peut explorer l’espace jusqu’aux confins de la Voie Lactée et s’étendre encore bien au-delà, dans des dimensions externes, vastes, immatérielles et invisibles du multivers. Dans la Joie, elle redécouvre son immortalité.

L’incarnation a toutefois un avantage. En effet, elle permet d’expérimenter un troisième espace accessible par l’écoute fine du corps, en connexion avec la Terre. C’est une zone de Puissance et d’Amour. L’origine et les mystères de la vie et de la matière peuvent être expérimentés jusque dans l’infiniment petit, au-delà des perceptions et des sensations.

Lorsque le contact avec l’un ou l’autre de ces espaces est voilé ou perdu, alors nous nous retrouvons en déséquilibre et en détresse, tels des bateaux perdus en pleine mer sans gouvernail et sans voiles, ou comme des poissons suffoquant hors de l’eau.

Au contraire, lorsque ces espaces sont réunifiés, alors la vie humaine retrouve pleinement son sens : expérimenter et manifester pleinement l’Amour et la Joie dans la Paix.

6. Juin, 2019

Sur les chemins vers l'infini.

Là où le Ciel et la Terre s'unissent en un seul Soleil, en un seul Cœur, au Cœur du Cœur de notre Cœur, qu'il est bon de respirer la vie à pleins poumons, de ressentir une joie paisible vibrer dans chaque cellule, dans chaque dimension de notre être, de percevoir la lumière de chaque être et d'arpenter notre planète en embrassant la Terre à chaque pas sur les chemins vers l'infini.

23. Mai, 2019

Les dimensions des constellations systémiques et intégrales.

La première dimension des constellations systémiques est horizontale et concerne nos ancêtres.
La famille génétique est présente dans nos chromosomes et dans nos mémoires cellulaires. Par famille, il faut comprendre toutes les générations qui nous ont précédé.
Imaginez le nombre de conflits, de traumatismes, de pertes, de drames de toutes sortes qu'on vécu nos ancêtres.
Mais il y a aussi les ressources, les résiliences, les talents.

On ne peut pas changer les événements du passé, mais on peut modifier les mémoires cellulaires, au moins partiellement, et atténuer leur impact destructeur. Ce qui permet de faire évoluer les attitudes et les comportements répétitifs transgénérationnels inconscients.

Nous ne pouvons pas changer les autres. Mais il est possible de modifier notre relation aux autres, les impacts que ces relations ont sur nous, les impacts que nous avons sur les autres, autant ceux dont nous sommes conscients que les autres.
Vous avez certainement agi au niveau conscient. Mais il reste à transmuter les énergies du niveau inconscient. Le conscient est à l'inconscient ce que la vague est à l'océan.
Le problème est donc que les digues, c'est à dire les défenses, les protections, les routines, les compromis mis en place au niveau conscient, cèdent en cas de tempête, c'est à dire en cas de crise, de choc émotionnel, de maladie, de grand âge. C'est ce que l'on appelle la décompensation qui ouvre la boite de pandore des démons intérieurs.
Or pour transmuter les forces inconscientes et les mémoires cellulaires, il n'y a que deux accès qui passent toutes les deux essentiellement par le corps : l'approche symbolique et l'approche énergétique. (Si l'on exclue les traitements médicaux qui, même s’ils s’avèrent parfois utiles, ne font que casser le baromètre, neutraliser la perception des symptômes, et en aucun cas ne permettent de guérir en profondeur.)
Les constellations systémiques ouvrent ces deux accès.

L'autre dimension des constellations systémiques est vertical, ou intégral.
Cette dimension permet de retrouver la relation à notre être véritable qui donne du sens à nos projets de vie, à notre incarnation. Elle favorise la désidentification progressive des personnages, des masques que nous avons cru devoir créer et porter pour survivre. C'est retrouver le Soi, plus grand que soi et plus exactement le Nous, plus grand que nous.
Je présente cette approche sur mon site ( http://www.pratiquerlapaix.fr/435504138 ).

Concernant la démarche intégrale, prenons une image. Imaginez un poisson qui serait sorti hors de l'eau. Il ne sert à rien d'étudier les affres de son agonie, alors qu'il suffirait qu'il retourne à la rivière. Il doit donc en retrouver rapidement le chemin, avec patience, confiance, intelligence et ténacité, afin de ne pas finir prématurément, plus ou moins déséché, dans l'estomac d'un prédateur. Ainsi, pour retrouver son élément et sa liberté, le poisson doit tenir compte de ses propres forces et des possibilités que lui offrent le terrain et les conditions climatiques. C'est le sens de toute discipline intégrale =[(Conscience+Cœur+Corps) x (Interne) x (Externe) x (n dimensions) ]

Mais ne faut pas brûler les étapes c'est à dire vouloir retrouver sa verticalité sans faire au préalable la paix avec son histoire, sans déposer les armes, sans tirer les leçons de nos expériences. S'ouvrir à la dimension verticale demande donc une grande humilité sans laquelle la puissance serait de l’orgueil inhumain. C'est aussi s'aligner sur plus grand que soi, tel un ambassadeur de son pays d'origine.

Nos ateliers de constellations systémiques commencent donc par poser un cadre de bienveillance et de confidentialité, par une détente et une préparation du corps. Un temps d'intégration et de détente est proposé entre chaque constellation.
Vous pouvez venir seulement pour représenter et non pas pour consteller pour vous-mêmes et découvrir ainsi en douceur une autre dimension de Vous-mêmes.

Le champ inconscient, que j'appelle le "maître de la constellation" enseigne au-delà de nos croyances, hypothèses et souffrances, en tenant compte des capacités et des systèmes de chaque participant. La prise de conscience, la transmutation des mémoires, la rencontre intuitive et multidimensionnelle avec notre Soi plus grand de nous est toujours une source d’apaisement et d'émerveillement.

16. Mai, 2019

Creuser jusqu'à la Mer

À propos des habitudes. D'un point de vue neuronal, il est important de s'astreindre à une pratique journalière dans interruption pendant la phase d'intégration. Car sauter une séance anéantit l'effort précédent, tant que le système neuronal n'est pas constitué.
Imaginons-nous au bord de la mer en train de faire un trou dans le sable pour trouver de l'eau. Arrêtons de creuser et c'est l'effondrement des bords du trou. Tout est à refaire.
Il est sage de ne pas vouloir faire des trous trop gros pour nos capacités. Et même avec les outils adaptés, évitons le béton.
Évidemment, ne cherchons pas à creuser jusqu'à la mer si nous en sommes trop éloignés.
Et si vous préférez la montagne, l'image peut s'appliquer aussi aux chercheurs de cristaux !

10. Mai, 2019

Libres comme l’Air.

Avez-vous pensé à respirer aujourd’hui ? Probablement, sinon vous ne pourriez lire ce message.

Mais je ne parlais pas de cette respiration. Je parlais de la respiration intégrale. Pour l’illustrer, prenons une image, ou plutôt extenseur. Imaginez que nous devenions l’Air. Nous ne sommes plus ce corps qui respire, nous sommes cet l’Air qui entre et qui sort de nos poumons, qui contracte et dilate notre cage thoracique.

Nous sommes l’Espace qui contient ce corps et qui en pénètre la plus infime des parcelles. Depuis notre Espace, faisons respirer notre corps. Nous le faisons inspirer puis expirer. Il pulse ainsi comme un cœur.

Nous ne sommes plus limités à un seul corps, n’est-ce pas ? Chaque corps est même perçu comme l’un de nos multiples cœurs qui pulsent, inspirent et expirent le souffle de leur vie.

Et il y a les arbres, les plantes, avec leur réseau souterrain qui nous relie à la Terre et à ses cristaux, avec leurs feuilles qui nous relient au Soleil, à la lumière. Ce sont aussi nos cœurs qui respirent, à leur manière et à leur rythme, l’énergie de la vie. Tous nos cœurs se nourrissent de lumière.

Nous contenons aussi les nuages qui s’évaporent des océans, des mers, des étangs, des cours d’eau. Nous ressentons que nous sommes unis à cette Eau vivante qui s’écoule à travers chaque corps, qui les relie, qui les abreuve, qui les nettoie.

Il est temps de revenir chacun dans "notre" petit corps, celui que nous animons habituellement.

Mais désormais, vous connaissez la respiration intégrale, libératrice, par laquelle Nous sommes tous reliés.

10. Mai, 2019

Les colibris.

Lorsque la tête ne tient pas compte du cœur ni du ventre, lorsque les décisions sont prises sans cet alignement, alors apparaissent la révolte, l’épuisement, les maladies et de toutes sortes de dérèglements.

Ce qui se passe à grande échelle sur la planète est simplement la projection de la somme des attitudes et des comportements que nous avons vis à vis de nous-mêmes. Comme on dit, on a les dirigeants que l’on mérite.

Mais il y a un espoir. En pratiquant systématiquement l’alignement Conscience-Cœur-Corps, il est possible d’aimer ce qui est en nous et selon le cas, de le transmuter ou de le laisser partir. Le champ énergétique collectif en est aussitôt informé.

Il existe sur la planète beaucoup plus de colibris contributeurs de gouttes de paix que l’on ne pourrait le croire. Mais dans la tempête, il n’est toujours facile de s’en rendre compte.

28. Avril, 2019

Faisons le point.

La maîtrise de l’alchimie et de la matière passe par celle de l’atome, c’est à dire de l’essence, du cœur, de l’axe à partir duquel tout le reste se déploie et se complexifie.

Commençons donc par le point. Le point symbolise un "espace" infiniment petit, et non un objet localisable dans l’espace temps. Le problème est que le concept d’infini échappe à la rationalité car il dépasse les dimensions dans lesquelles se déploient l’espace et le temps et se débat le mental rationaliste en quête de survie ou de pouvoir. Le point fait donc partie des notions supra-rationnelles, au même titre, d’ailleurs, que les notions d’espace et de temps.

Définissons le point comme étant un espace possédant une seule dimension. C’est le trou noir ! Première question existentielle que se posent les claustrophobes : comment en sortir ? " Big Bang" ? Certes. Mais pour pouvoir sortir du trou, passons d’abord par un espace à deux dimensions dans lequel une succession de points dessine une droite, un vecteur, un ensemble.

Deux nouvelles questions existentielles pour les aventuriers courageux qui n’ont pas peur des longs parcours : où sont les limites de cette droite et par quel côté commencer pour les atteindre ?

Si nous ne succombons pas à la fatigue, à l’ennui, à la paresse, à la mesquinerie, au grand-âge, ou à la mort physique, etc. C’est à dire si nous ne limitons pas notre droite à un segment, nous découvrons que ses extrémités se rejoignent à l’infini.
Et là, il y a de quoi tourner en rond : la droite est en réalité une courbe, un cercle dont le diamètre est lui même infini. Et il y a pire. Si le diamètre de ce cercle, au lieu d’être infiniment grand, est infiniment petit, la droite n’est plus une droite mais un point. Ainsi donc, le point, la droite, la courbe, le cercle sont des représentations différentes d’une même réalité de base supra-rationnelle.
Nous voilà devenus des derviches tourneurs. Quel vertige !

Posons alors quatre dimensions : l’espace, avec ses trois dimensions et le temps. Nous avons alors affaire à un point et à une sphère. Si vous avez suivi nos "élucubrations" précédentes, vous pouvez comprendre que le point, la droite et le cercle représentent la même réalité vue selon des perspectives différentes. Ainsi, le diamètre d’une sphère peut devenir une droite dont les extrémités se rejoignent à l’infini. Autrement dit, à l’infini, la sphère se recourbe en un point, et le point se déploie en une sphère.

C’est peut-être à partir de ces considérations qu’ont été inventés la roue et les jeux de ballon, bien utiles pour une petite récréation qui vous évitera de m’adresser cette formule mal à droite : "Tu veux mon point dans la figure (géométrique) ?"

Je vous propose un autre jeu plus méditatif.

Concentrons en un seul point notre présence, notre intention, notre volonté, notre intensité vibratoire, notre puissance, notre intégrité et notre intégralité. La fréquence de notre vibration est extrêmement élevée. Notre point rayonne tel un Soleil et vibre comme une cellule d’Or vivante.

Nous sommes présents au cœur de chaque particule. Nous percevons les vibrations, les harmonies, les couleurs, les mouvements, les résonances de chaque parcelle de matière-énergie.

Nous sommes des points, immortels, libres, capables d’intégrer ou d’englober l’infini, de nous déployer de dimensions en dimensions à une vitesse vertigineuse, de rayonner une puissance inimaginable, à l’image d’amas d’Étoiles galactiques.

Nous voyageons dans les nuages des atomes qui composent la matière de nos corps physiques. Nous pouvons percevoir le jeu des molécules, des fréquences quantiques dont les gammes matérialisent les éléments chimiques. Nous nous émerveillons devant l’assemblage géométrique des briques de la vie, de ces briques vivantes, chantantes, vibrantes qui composent notre ADN.

Puis nous passons à la dimension des organes. Nous percevons leur fréquence, leurs accords vibratoires, les dysharmonies, les dissonances, les besoins d’ajustement.

Le point que nous sommes est capable, tel un diapason, d’harmoniser la vibration de chaque organe et leur interconnexion. Nous nous alignons sur la fréquence de la Vie. Nous l’intégrons, l’amplifions, la rayonnons, la laissons circuler dans toutes les particules et parties de nos corps.
L’énergie lumineuse, amoureuse apporte la détente, la douceur, la régénération, la guérison, l’harmonie, la santé, la gratitude, la bienveillance et la paix.

Puis nous concentrons à nouveau en un seul point notre présence, notre intention, notre volonté, notre rayonnement, notre puissance, notre intégrité et notre intégralité, pour nous ouvrir à notre entourage, à notre humanité, à notre planète et à notre univers.

Nous pouvons réaliser que l’infiniment grand et l’infiniment petit se rejoignent en un seul point, un seul atome, et que cette Cellule de Vie n’est autre que Nous-mêmes.

Alors voyageons encore et encore de points en infinis possibles, afin de développer et d’offrir le meilleur de Nous-mêmes.

26. Avril, 2019

Les niveaux de pratique spirituelle et leur accompagnement.

Qu’est-ce qu’une pratique spirituelle ?

Dans le cadre de ce propos, elle peut se définir comme étant toute pratique dont la finalité est le développement de mon "esprit", dont la définition diffère selon mon niveau de perceptivité et de conscience.

Comme au restaurant, voici le plat du jour.
Dans la matière, je nourris mes besoins, je me libère de mes dépendances et je guéris. Dans le subtil, j’assume mes responsabilités, je suis autonome et je crée ma vie. Au niveau invisible et intégral, je choisis la vérité, la liberté et l’amour à chaque instant.

Commençons par les corps matière.
À ce stade, mes éventuelles revendications de liberté sont involutives. Car avant tout, je dois guérir de mes blessures, apaiser mes mémoires, réguler mes pulsions et mes passions, bien choisir mes orientations et en accepter la discipline. La révolution, ce sera pour plus tard.

Ainsi, prenons par exemple le yoga et le Qi gong. En tant que sports, ces activités me permettent d’exercer, d'entretenir et de réguler mon corps physique, mon énergie et également mes émotions.
Je canalise, je sublime et j’apaise ma force émotionnelle par la dévotion, par une pratique artistique ou par le service désintéressé.
Je développe mon mental à travers des jeux de stratégie, par l’étude intellectuelle et par l’enseignement.

Mais à ce niveau mon autonomie est réduite dans le sens où je dépends de coachs, d’enseignants, de ce qui existe déjà et qui a "fait ses preuves".

Précisons qu’à ce niveau ma "médiumnité" est une illusion car j'ai tendance à confondre mon intuition avec mes instincts et avec mes pulsions. Le syndrome de l'apprenti sorcier me guette.
D’où la nécessité de rencontrer un enseignant compétent, autrement dit un maître de pratique incarné dont l’accompagnement me permettra d’atteindre une réelle autonomie sans brûler les étapes.

Comment devenir responsable et autonome ?
Je suis responsable et autonome lorsque je choisis d’exprimer qui je suis et ce que je veux vivre, lorsque je me respecte et respecte les autres, lorsque j’assume les répercussions de mes actes et les accueille comme autant d’expériences et de leçons de vie, lorsque je m’efforce sans cesse de m’améliorer sans avoir peur de me remettre en question, et lorsque je suis toujours orienté solution. Quel programme !

En alternant les périodes d’activité et de ressourcement à l’écoute de mon corps, je développe mon intuition. Mes émotions deviennent des sentiments réceptifs à l’amour. Ma perceptivité et ma puissance énergétique augmentent. Ma médiumnité se développe vraiment et devient une aide. Ma dépendance vis à vis de mentors incarnés ou non diminue considérablement, ce qui ne m’empêche pas d’apprécier leur énergie, leur inspiration, leur soutien et leur amitié.

Puis un jour, au-delà de toute pratique, je deviens disciple de Nous-même. Une nouvelle vie révolutionnaire ne fait que commencer, car mon expression dans la matière et dans le subtil s’ouvre et s’aligne sur d’autres dimensions.

21. Avril, 2019

Le voyage vers l'Universel.

Nous vivons une époque charnière, à l’aube de la manifestation d’un "Nouvel Esprit", au-delà du "Nouvel Âge" et du "Nouvel Ordre Mondial".
On peut rêver qu’un jour, les énergies qui animent ces deux courants pourront se rencontrer et collaborer pour dépasser leur dualité.
On peut rêver que les humains puissent enfin vivre en paix avec eux-mêmes, ensemble, et avec la Terre, dans la simplicité, dans l’ouverture du cœur et dans la diversité.

Une seule règle pour poursuivre votre lecture est que rien n’est vrai, rien n’est juste tant que nous n’en n’avons pas fait l’expérience. Ne rien croire, mais expérimenter, c’est très différent que de ne croire à "rien".

Ainsi, cette courte description des réalités invisibles est juste une invitation à les redécouvrir et à les incarner au mieux.
Pour cela, il ne suffit pas seulement d’avoir de l’intuition. Cela nécessite beaucoup de pratique, d’humilité, de présence, des rencontres de cœur avec des pratiquants plus avancés.

Effectuons à présent une très courte incursion dans les dimensions de la onzième à la treizième.

Dans les étages supérieurs de la dixième dimension, le moi-je a disparu. Par conséquent, le mensonge, le secret, l’esprit de domination, les menaces, les attaques, l’orgueil, l’égoïsme, l’avidité et la peur ont été vaporisés dans l’espace invisible et éclatant de l’Amour.

Ainsi, quelles que soient les manigances, la ruse, la persuasion, la force d’êtres sous la domination du moi-je, ils n’ont pas accès à ces dimensions. Et leur seule option pour maintenir leur emprise est de faire croire qu’elles sont lointaines, inaccessibles, dangereuses, inutiles, inefficaces, que nous en sommes indignes, qu’elles sont sans intérêt ou encore mieux, qu’elles n’existent tout simplement pas du tout et qu’il y a mieux à faire ici bas, c'est à dire dans les niveaux vibratoires très bas, bien sûr.

A contrario, cette onzième dimension est celle de l’illumination. Ce qui signifie que désormais, Nous ne sommes plus seuls. Plus exactement, Nous n’avons jamais et ne serons jamais seuls. Ou encore, Nous sommes tout cela, dans l’ici et maintenant. Impossible de représenter verbalement et mentalement cette dimension dans laquelle l’espace temps est devenu un univers des possibles qui semble lui-même clignoter à l’échelle cosmique en s’unissant à l’éternelle Source.
Peut-on imaginer et ressentir la force, la conscience, la vastitude, l’immortalité, la plénitude, le rayonnement joyeux de notre soleil intérieur, image de notre unité ?

L’organe interne associé à l’illumination est bien entendu le cerveau. D’où l’intérêt des techniques de méditation, qui mènent au samadhi (Inde), avec ses deux niveaux d’Éveil. Mais l’illumination n’est pas l’étape ultime de la réalisation de Soi (de Nous) sur cette planète.
Il vaudrait mieux présenter l’Éveil comme étant simplement une invitation à parcourir les étapes suivantes dans les dimensions invisibles de l’esprit.
Ce n’est qu’à partir de ce niveau qu’un être humain commence à devenir vraiment Humain, et réalise qu’il y a encore du chemin à parcourir avant de le réaliser pleinement.

C’est justement ce qui se produit à l’étape suivante, dans la douzième dimension, sous la guidance de maîtres d’amour et de lumière réalisés (eux-mêmes agissant à partir de dimensions supérieures), lors de l’Éveil du Cœur.
La dimension de la fusion est une étape dans laquelle l’humain réalise son humanité en l’unissant à sa divinité et complète ainsi le cycle de ses incarnations terrestres.
Dans cette dimension, Nous chantons d’un même cœur, Nous sommes un seul Être multiple et diversifié. Nous réalisons le grand mystère d’être à la fois un et multiple, polarisé et unifié. Autrement dit, la séparation n’existe plus, et nous ne percevons que les vibrations de notre Être dans la plénitude en chaque Un.

Concrètement, cette dimension est liée au cœur. Ainsi, toutes les pratiques "cardiaques", de la cohérence cardiaque à la méditation cardiaque, participent à cet Éveil du Cœur Sacré.
Encore faut-il ne pas brûler les étapes, sauter les dimensions intermédiaires, rejeter l’accompagnement de pratiquants avancés. Être intègre, c'est être intégral. Être autonome, c’est avancer ensemble.

La treizième dimension est celle de l’enveloppement planétaire, celle par laquelle nous sommes tous passés en tant qu’Être universel avant de "descendre" dans la densité de la Terre et dans les limites de l’individualisation. Cette descente s’est effectuée progressivement, de dimensions en dimensions, pour commencer un cycle d’incarnations dans la matière.
La treizième dimension est aussi celle par laquelle nous repassons lors de la réintégration de notre être véritable et de notre nature immortelle.

La vibration de la treizième dimension est proche de la source et se renouvelle constamment. Ainsi, les organisations, les messagers, les enseignements diffusés dans les époques antérieures et qui sont présentés sous forme de codes, de doctrines, de hiérarchies, d’initiations ésotériques, de rituels stricts, etc. reflètent bien mal l’éternelle jouvence, la puissance et la grande simplicité de l’Amour qui rayonne depuis cette dimension planétaire.

Les détails du processus d’aller retour sont un peu complexes et dépassent largement le cadre de cette présentation. Ils impliquent des entités, des familles d’origine, des regroupements de familles, des parcours d’incarnation, un carrousel de vie, des éléments très diversifiés.
Par contre, ce processus permet de comprendre les ressorts profonds de nos vies et de trouver les meilleures orientations pour nous y accomplir.

En résumé, il suffit de rappeler que, sur le chemin de notre retour, nous ne pouvons avancer que d’une dimension à la fois et d'autre part que nous ne sommes jamais seuls.
Toutes les guidances extérieures et synchronicités sont autant d’invitations à écouter notre guidance intérieure, seule voie vers notre autonomie. La véritable autonomie nous fait avancer ensemble vers Nous. Et lorsque la joie est le moteur, il allume des cœurs.

Ci-dessous un schéma qui peut représenter le trajet aller retour d'un voyage qui, à l'échelle de notre esprit, ne dure que le temps d'un clin d’œil, dans l'éternel instant présent.

17. Avril, 2019

I.N.R.I.

Il y avait foule cet après midi dans tout le quartier latin, avec un épicentre près de l'île de la Cité. Une attraction pas seulement sur le plan émotionnel.
Ce lieu de culte était déjà consacré dès l'époque des Gaulois, sans doute avant, et n'a pas cessé de l'être depuis. Alors, avec ou sans temple ou cathédrale, il vibre toujours.

Les alchimistes du Moyen Age disaient INRI : Igni Natura Regeneratur Integra = la nature est entièrement renouvelée par le feu. Les bâtisseurs de ces ouvrages connaissaient l'alchimie (intérieure) et la géométrie sacrée (le corps).

Ces événements remettent à l'honneur les connaissances et la reconnaissance des initiés bâtisseurs, qui voulaient sans doute montrer que la véritable pierre philosophale, incarnée par cet édifice, renaît toujours de ses cendres, et traverse le temps en se renouvelant sans cesse au-delà des noms et des formes.

16. Avril, 2019

La lumière du cœur de Paris.

Je suis très en phase avec ce quartier de Paris, au croisement d’un axe nord-sud qui relie la place d'Italie, le Jardin du Luxembourg, la Fontaine Saint Michel, Notre Dame de Paris et au-delà; et d’un axe Est Ouest qui longe les berges de la Seine.

Et je ne manque jamais d’aller y faire un tour à chacun de mes passages car je sens sous mes pieds, le long des lignes telluriques, la vibration effervescente du cœur de Paris, alimentée depuis les profondeurs lumineuses de la Terre porteuse sur un troisième axe, celui-ci vertical.

Ce n’est donc pas par hasard si une Cathédrale a été élevée sur ce lieu, si le point origine des coordonnées géographiques y a été implanté et si le secteur est très vibrant, très fréquenté et très inspirant.

Les siècles passent et les énergies, les ambiances, changent et évoluent. Ce qui entraîne des transformations la plupart du temps catastrophiques dans la matière.

Mais le réseau énergétique à la croisée des dimensions horizontales et verticales, subtiles et invisibles, n’est pas modifié. Par conséquent, l’âme de la Cathédrale reste intacte.

Reconnue et honorée dans le monde entier, elle ne tardera pas à manifester une nouvelle jeunesse et à illuminer le cœur visible de Paris d'une nouvelle splendeur.

15. Avril, 2019

À propos des dimensions.

Pour comprendre ce que sont les dimensions, la meilleure analogie est celle des ondes radio, de télévision ou de téléphonie. Ces ondes nous traversent sans cesse, mais nous ne pouvons les percevoir, indirectement, qu’en utilisant un appareil adéquat. Nos sens physiques ne perçoivent qu’une infime gamme de fréquences comprises entre l’infrarouge et l’ultraviolet, de sorte que les autres ondes nous sont invisibles.

Imaginez maintenant que nous vivions à plusieurs niveaux vibratoires différents. Dans notre analogie, il s’agit de stations de radio ou de chaînes de télévision différentes. Dans notre être, ces "chaînes" correspondent à des taux vibratoires et sont accessibles seulement par l’écoute fine et subtile, interne et externe.

Depuis plusieurs années, des êtres qui se sont présentés comme étant des maîtres Elfiques de la Terre Cristal, nous guident, mon épouse et moi-même, pour que nous développions cette écoute fine et subtile. Cela implique un travail intensif sur nous-même tout en recevant des pratiques énergétiques et spirituelles qui nous amènent peu à peu à plus d’intégration, à plus d’autonomie, et à explorer les dimensions que nous évoquons dans nos articles.

Nous tenons donc ces enseignements de notre travail avec ces maîtres Elfiques de la Terre Cristal, qui eux-mêmes les tiennent de sources de dimensions planétaires, qui elles-mêmes travaillent en collaboration avec des sources de dimensions stellaires, qui elles-mêmes coordonnent l’évolution de la vie galactique, etc.

Cette situation n’est pas nouvelle. Elle a donné lieu à nombreux enseignements et aux toutes premières traditions primordiales. Mais avec le temps, il y a eu beaucoup de pertes de données, d’incompréhensions, de contresens, de complications, de déviations et de cristallisations.

Or une nouvelle époque arrive et il est devenu nécessaire de corriger, de compléter et de renouveler ce qui est diffusé au nom de ces anciennes traditions. En conséquence, les maîtres contemporains, incarnés ou non, diffusent de "nouveaux" enseignements qui ont pour caractéristiques communes d’être simples, pratiques, essentiels, accessibles et diversifiés.

La relation de maître et de disciple est progressivement remplacée par celle de la collaboration entre humains sensitifs, éveillés, responsables et autonomes.

Considérez nos contributions comme des grains de sable dont vous pouvez faire ce qu’il vous convient.
Certains grains de sable ensemencent des huîtres qui élaborent des perles à partir d’éléments que leur apporte l’océan.
Ce qui pose la grande question : qui est la source de la perle : le grain de sable, l’huître ou l’océan ?

14. Avril, 2019

Vive la Liberté.

Dans la dixième dimension se joue la défaite du moi-je et sa dissolution. On parle ici de libération et c’est la raison pour laquelle cette dimension est celle de la Liberté.

Un être libre ne suit plus de code de conduite, ne dépend plus d’autres enseignants, d’autres maîtres, d’autres organisations, car il agit conformément à sa nature profonde.

C’est un passage très difficile, donc voici quelques caps.

Dépasser nos attachements, nos dépendances, nos zones de conforts, nos certitudes, nos croyances, notre passé, nos identités et nos peurs.
Ne pas réagir aux louanges et aux critiques, mais tenir compte des avis, même s’ils sont inconfortables.
Ne pas vouloir améliorer le monde ni changer les autres. Ne pas chercher à être parfait ni à servir de modèle. N’être en compétition avec personne. Ne causer de tort à personne, même en subissant des attaques.
Accepter notre vulnérabilité. Guérir du passé, et renaître au présent. Se libérer des programmes imprimés dans les mémoires cellulaires, les transmuter, les transcender.
Aimer sans conditions et revenir toujours à la paix, comme le fait l’aiguille d’une boussole sur un bateau secoué lors d’une tempête.
Selon nos responsabilités, nos compétences et nos possibilités, accomplir notre devoir avec discernement. Toujours servir avec bienveillance, en posant des actes orientés solution simple, rapide, efficace.

On peut mesurer la difficulté d’être, tout simplement, nous-même.

De nombreux prophètes, enseignants, dirigeants, ont incarné la voie de la liberté. On peut citer parmi les plus connus le Mahatma Gandhi, Nelson Mandela, Martin Luther King. En France, Simone Weil et bien d’autres. Et évidemment Christ, Bouddha, etc.
Les exemples actuels ne manquent pas sur tous les continents, parmi les artistes, les scientifiques, les enseignants, les chefs d’entreprise, les ingénieurs, les permaculteurs, etc.
Et aussi parmi les internés, les victimes de dictatures. Car même lorsque des organisations préoccupées de domination et de profits tentent de les décourager, de les écraser, de les diffamer, ou au contraire de les récupérer, de dénaturer leurs messages en les transformant en codes et en doctrines, ils restent libres et intègres.

Être intègre veut dire que notre paix intérieure et notre liberté d’aimer sans conditions ne dépend pas de circonstances extérieures, des autres, de l’argent, d’objets, de lois, de gouvernements.

Dans cette dimension, nous cessons de nous identifier à nos corps, car nous percevons la lumière des êtres, au-delà des apparences.
C’est alors que le programme change, et que ce qui était difficile, voire impossible, éloigné et invisible, devient évident, simple et naturel.

Nous retrouvons dans la dixième dimension des maîtres et de nombreux autres êtres de lumière, qui nous semblent familiers et qui nous accueillent avec des flots d’amour d’une intensité inimaginable. Nous retrouvons la mémoire de notre éternité.

Mais pour avancer vers la onzième dimension, celle de l’illumination, il faut avoir atteint la dixième dimension à l’externe et à l’interne.
Pour trouver à quelle fonction corporelle interne correspond le corps de liberté, il est utile de se rappeler qu’il est harmonique avec le corps énergétique (influences-fluides) et avec le corps lumière (fonction de reproduction). À l’octave de ces fonctions, nous trouvons donc les systèmes nerveux et la fonction de coordination en vue de l’adaptation à l’environnement.

D’où l’usage de tous les outils naturels de régulation et de détente des systèmes nerveux et l’intérêt de respecter le cycle naturel du corps entre les périodes d’activité et les périodes de détente et de ressourcement.

Se ressourcer, c’est se détendre, méditer, remercier, offrir ses prières, honorer la Terre porteuse, aimer, accueillir ce qui est, et finir par dépasser les dimensions limitées du moi-je.
C’est œuvrer avec les êtres et les maîtres de lumière qui se réjouissent de notre autonomie et notre collaboration.

En onzième dimension, la pratique de l’Éveil du Cœur et la maîtrise de l’Amour devient intégrale.
Nous retrouvons notre état originel dans la joie éclatante, silencieuse et paisible de l’Illumination.
Et en douzième, nous réalisons la fusion du Cœur et nous manifestons pleinement notre état de Souverain intégral, à la charnière des dimensions planétaires et des dimensions universelles.

11. Avril, 2019

Franchir la "nouvelle frontière".

Après avoir navigué sur l’océan de l’Amour, nous pouvons plonger dans les dimensions de l’Esprit qui, depuis nos dimensions matérielles, est totalement invisible.

Être invisible ne signifie pas être inexistant. Prenons deux analogies.
Nous ne pouvons pas voir un atome, une particule subatomique ou un photon, à l’œil nu. Et pourtant ils fourmillent dans notre corps physique et tout autour de nous.
Les astrophysiciens indiquent que 90 % de la masse de l’univers n’apparaît dans aucun télescope, ce qui n’empêche pas d’en constater les effets gravitationnels. À tel point que l’on parle désormais de Multivers, c’est à dire d’Univers ayant de multiples dimensions.

Dans le contexte du retour chez Nous, l’accès monde invisible n’est possible que pour le candidat qui est prêt à lâcher tout ce qu’il connaît et tout ce qu’il croit savoir. Mais cela ne veut pas dire qu’il sera seul, sans ressources et sans repères.

Tant que le moi-je n’a pas été entièrement dissous et que la dualité persiste, nous rencontrons deux types de partenaires. Ce qui implique de la part de l’apprenti-Sage la plus grande vigilance, une totale responsabilisation, et un solide ancrage dans l’Amour, pour pouvoir toujours exercer son libre-arbitre.

Le premier groupe d'assistants est représenté par des maîtres déjà réalisés, qu’ils soient incarnés ou invisibles.
Leur accompagnement est indispensable et c’est d’eux que nous tenons l’amorce de cet enseignement.
Ils sont d’un tel Amour, d’une telle intelligence, d’une telle lumière, d’une telle beauté et d’une telle puissance que nous serions tentés de les idolâtrer ou d’en faire des béquilles. Or de tels maîtres s’adressent à Nous et non aux moi-je. Ils Nous reflètent pour Nous réveiller.

Mais il y a aussi les compagnons inévitables. Il faut savoir que des forces de l’Ombre agissent encore à ce niveau et cela avec d’autant plus d’acharnement et de férocité que les êtres qui réussissent à dissoudre leur moi-je leur échappent définitivement.
Il faut les comprendre. Ces associés nous avaient accompagné lors de notre descente vers les mondes matière, et maintenant que nous remontons, ils sont au péage pour exiger le paiement de leurs services.

L’Ombre n’est pas le Mal. Imaginez plutôt des examinateurs très performants qui sont envoyés pour tester en profondeur les compétences d’un candidat avant de lui confier un poste à responsabilité élevée, et qui ne laissent passer aucune faiblesse.
Ils sont comme les outils du forgeron qui travaille le métal, ou ceux du bijoutier qui taille un joyau. Leur action a pour but de révéler la force, la beauté profonde, inaltérable et l’invariabilité du Nous.
Être invariable ne signifie pas immuable, figé, mais constant, vivant et inaltérable.
Résistons donc à la tentation de craindre l’Ombre et de la maudire ! Elle fait aussi partie de Nous.

Rappelons qu’à l’octave des dimensions matière, la première fonction est "peau-frontière-contact". À l’octave suivante, au niveau de l’âme, se trouve la fonction "supra-astral-filtres-émonctoires". On va donc retrouver une harmonique de ces programmes : dépasser l’illusion de la séparation et nous réunifier.

La neuvième dimension est donc celle de la Vérité et correspond en intracorporel aux organes des sens et à la fonction de perceptivité.
Voici quelques pistes pour comprendre.

Quand nous percevons un objet, en réalité nous percevons des vibrations et notre cerveau reconstitue une image de son environnement qu’il interprète.
Lorsque la perception est libérée de toute attraction ou répulsion, de toute interprétation, alors les sens perçoivent seulement des vibrations et nous cessons d’être hypnotisés par le monde qui nous entoure.
Il existe également une perceptivité subtile qui nous donne accès aux réalités subtiles.
De même, en élevant encore notre vibration, nous accédons à la Vérité sans forme du monde invisible.
Nous pouvons ainsi nous entraîner à scanner différentes dimensions, à l’intérieur de nos corps comme à l’extérieur, et même à distance. Par exemple avec 3ième œil, avec le ventre, avec les pieds, avec le cœur, etc.

La perceptivité subtile permet de mettre en lumière et éventuellement d’ajuster les parties de notre être en difficulté. Par exemple des groupes de cellules qui sont restées accrochées à des mémoires cristallisées d’expériences passées incomplètes ou traumatisantes.
Donnons deux exemples. Une rupture ayant fortement affecté le plan émotionnel, non guérie, peut laisser des séquelles qui empêchent d’avancer.
Au niveau de l’âme, on va retrouver des pactes, des alliances, des identités, des histoires, des vœux, qui sont dépassés et qui entravent l’évolution. On peut citer les vœux de renoncement, de pauvreté, de chasteté, etc.

Le passage au niveau de la Vérité permet donc de retrouver l’héritage de toutes nos expériences. Nous pouvons ainsi, progressivement, nous libérer du passé et nous désidentifier du moi-je.
Autrement dit, notre perceptivité purifiée permet de réaliser que tout ce qui nous entoure, tout ce qui nous arrive, dans l’évidence, dans le subtil et dans l’invisible, n’est autre qu’un aspect de Nous.

Il est temps d’avancer, au-delà de cette neuvième dimension, vers la Liberté.

10. Avril, 2019

Le voyage de l’Âme.

En principe, la suite du voyage intérieur vers Nous s’effectue dans l’Amour, dans le silence, par l’écoute fine, interne et externe, et elle s’étale sur de nombreuses incarnations.

Notre description n’est donc que partielle et seulement destinée à fournir une sorte de carte routière simplifiée qui doit toujours être soumise à l’épreuve de l’expérience. Le monde de l’âme ne peut être exploré que par des êtres ouverts, subtils, avisés, libres de toute peur, de tout jugement, de toute croyance et de toute doctrine.

Le monde de l’âme est passionnant car les possibilités d’étude, d’apprentissage, de découverte, de créativité ne connaissent pas les limites qu’elles ont dans les dimensions matière et qu’elles manifestent à l’octave supérieure.

Dans la sixième dimension, l’être se met à créer, à innover. Il s’affranchit des règles qui ont jusque là piloté ou encadré son existence et qui l’ont entravé. Il affirme de plus en plus qui il est, et ce qu’il est, il le crée. La lumière de l’être est de plus en plus vive. Pour cette raison, ce deuxième niveau de l’âme a été appelé la dimension Lumière.

Dans les dimensions internes, le niveau Lumière correspond aux organes de reproduction dont la fonction consiste à procréer et à créer. Cette fonction vibre à l’octave du plan éthérique qui correspond à l’énergétique et aux fluides. De ce fait, il est compréhensible que ce niveau soit visé par les praticiens du tantra et par les moines qui tentent de sublimer leur énergie sexuelle.

Le fait qu’à ce stade le moi-je soit encore présent et actif, représente un risque élevé de pertes, de déviations, de viols et de chutes, dont on peut voir actuellement les effets rapportés par les médias à propos des agissements de certains prêtres. La chute ramène au niveau éthérique, à celui des influences, en-dessous des plans émotionnels et mentaux. Autrement dit, les manipulations s’effectuent sans sentiments et sans réflexion.

Cet exemple permet d’illustrer quelques règles importantes.
D’abord, on ne peut sauter un niveau. Par exemple, on ne peut pas passer directement de l’éthérique au mental, ou de l’émotionnel au plan Lumière.
Il est difficile de passer d’un niveau à l’autre et cela demande de l’action, de l’engagement et du travail.
Enfin, on peut descendre rapidement de plusieurs niveaux à la fois. Il faut alors reprendre le travail en appliquant les règles précédentes.

Lorsque l’énergie est correctement et complètement sublimée, la dimension suivante de l’Amour devient accessible. C’est la dimension Céleste.

C’est celle de la régulation, de l’équilibre, de l’harmonie, du juste milieu. Dans le Zodiaque, l’énergie est symbolisée par le Scorpion lorsqu’elle est dirigée vers les sens, la possession, vers le bas, vers la matière. Mais pour les maîtres initiés, le symbole devenait un Aigle, tenant dans ses serres un Serpent, ou chevauchant un Taureau.
Dans les dimensions corporelles internes, la dimension Céleste correspond au système hormonal. Elle peut être rapprochée du troisième niveau des corps matière : l’émotionnel et les organes vitaux.
La cohérence cardiaque et les pratiques analogues sont excellentes pour réguler ces systèmes.

Le dernier étage des niveaux de l’âme, la huitième dimension, est celui de la Consécration. A ce niveau, l’adepte s’est discipliné. Il est totalement engagé dans sa pratique. Il la maîtrise et en reçoit les fruits. Au sommet de son apprentissage, il enseigne. Ses connaissances, sa perceptivité et son expérience lui permettent de voir la vie d’en haut, de percevoir l’interdépendance des êtres et la trame de la vie.

Les êtres dont la lumière et l’amour brillent à cet étage sont considérés par les autres comme des saints, des êtres exceptionnels, des guides, des maîtres.
Dans les dimensions corporelles internes, la Consécration correspond à ce qui relie et à ce qui communique, soit les ligaments et les fascias, mais aussi les artères et les veines.
On peut aussi relier ce quatrième niveau de l’âme au quatrième niveau des corps matière, au mental et au squelette.

Mais là encore, le moi-je est encore présent et il y a des risques de stagnation, puis d’involution puisque tout ce qui n’avance pas recule.

Résumons. Étant donné la persistance du moi-je dans les dimensions de l’âme, nous pouvons parler d’une enveloppe et plus simplement d’un corps. Ainsi, nous avons décrit les corps matière, évidents : physique, éthérique, émotionnel et mental. Puis les corps subtils de l’âme : supra-astral, lumière, céleste, consécration.

Si nous avons suffisamment pratiqué et intégré l’Amour dans nos actes et dans nos relations, dans nos cellules et dans notre rayonnement, en nous et autour de nous, la prochaine étape nous invite à franchir la "nouvelle frontière" et à entrer dans les dimensions invisibles de l’esprit.

9. Avril, 2019

Les problématiques des dimensions matière et le premier niveau de l’amour.

L’impermanence des dimensions matière est pour l’individu une source de troubles divers, d'inconforts, de frustrations, de chocs, de traumatismes, de stress, de pertes, de limites, de peurs, de contractions, de cristallisations et de mort.

Toutefois, toutes ces dimensions disparaissent à la fin de l’incarnation, et tout est à recommencer à la suivante dans des conditions totalement différentes. L’ancienne personnalité a totalement disparu et une autre est héritée et fabriquée pour la nouvelle incarnation.

Il faut donc être capable de dépasser les dimensions matière pour pouvoir envisager une autre perspective. Le maître mot des dimensions matière est guérir. Ainsi, les médecines traitent les problématiques du corps physique. Les énergéticiens aident à harmoniser les dimensions énergétiques, éthériques. Les psychothérapeutes et les coachs de vie, au sens large, aident leurs clients à réguler leurs émotions, à dépasser leurs croyances limitantes, conscientes et inconscientes, et ainsi à sortir de la survie pour aller dans la vie vers plus de bien-être.

Mais pour entrer dans les dimensions de l’âme, il faut aller plus loin, dans les mondes subtils, au-delà du mental supérieur, au-delà de l’astral, en commençant par la cinquième dimension que nous appelons le niveau supra-astral, le premier des quatre niveaux de l’âme.

Le niveau supra-astral est constitué de trois couches successives. La première de ces couches est celle qui se présente aux défunts immédiatement après le départ du corps. C’est un étage extatique dans lequel se présentent des anges et d’autres entités lumineuses qui sont en réalité la projection des croyances, des désirs et des attentes de l’individu, un peu comme dans les rêves, mais cette fois tout à fait conscients. C’est par exemple le fameux tunnel de lumière que décrivent les personnes ayant subi des sorties hors du corps. C'est aussi une couche où sont transférées des informations sous la forme d'intuitions et d'inspirations.

Le deuxième niveau du supra-astral est une couche importante qui, cette fois, ne dépend plus des croyances de l’individu. De l’extérieur, cette couche apparaît sous la forme d’un cocon nuageux, subtil, plus ou moins dense et opaque, qui enveloppe la lumière de l’être. Il ne faut pas la confondre avec l’aura qui est une manifestation de la dimension éthérique. En effet, ce nuage résulte de l’accumulation de toutes les énergies émises et reçues, même involontairement, par l’individu durant son incarnation. Cette couche est appelée la couche karmique, car elle enregistre, telle un comptable, toutes les expériences de l’individu. Elle persiste après sa mort car elle est reliée à la lumière de l’être.

Lorsque la couche karmique n’est pas nettoyée, elle devient très chargée, très lourde. Elle dégouline alors vers les dimensions matière et entache le mental, l’émotionnel, l’énergétique et jusqu’au corps physique. L’individu peut alors se sentir emprisonné dans son mental, empoisonné par ses émotions, épuisé et malade, jusqu’à se sentir comme un condamné à mort dans un cachot.

La couche karmique commence à se nettoyer lorsque l’individu admet, avec humilité, qu’il n’est pas le maître du monde, qu’il ne sait pas tout, que les autres ne sont pas responsables de sa situation et lorsqu’il assume pleinement les conséquences de ses actes en s’efforçant de ne plus jamais nuire à personne, sous quelque forme que ce soit.

Cet étage est celui de la responsabilisation et des premiers apprentissages des lois subtiles de l’Amour. Et lorsque la couche karmique est assumée et dégagée, elle cesse de polluer les dimensions matière, les nuages se dissipent et les dimensions suivantes deviennent accessibles.

Au niveau corporel interne, le plan supra-astral correspond aux systèmes d’élimination et immunitaire. Il y a donc surtout les poumons, les reins, les intestins. Mais n’oublions pas, lors des massages et des harmonisations énergétiques, que nous régulons également des fonctions cellulaires. Lorsque ces fonctions sont déréglées se produisent des maladies auto-immunes, des cancers, et toutes sortes d’intoxications et d’inflammations.

Faisons maintenant le lien avec la situation planétaire. Sur le plan collectif, l’humanité, stimulée par l’augmentation vibratoire de la Terre, est incitée à dépasser le plan mental et à aborder les premières couches de l’âme. En effet, pour sortir des problématiques culturelles, sociales, politiques, économiques et environnementales actuelles, l’humanité n’a pas d’autre choix que d’assumer la responsabilité de ses actions collectives. Cela nécessite une profonde révolution des idées, mais surtout un changement radical des comportements, des habitudes et des rapports humains à toutes les échelles.

La remise en question est difficile et douloureuse, et la tentation est grande de vouloir maintenir l’ordre établi par une prolifération des contraintes légales et administratives, par la soumission à de puissants groupes de pression. Les partisans des replis identitaires et les fidèles des anciennes idéologies n’hésitent pas à employer tous les moyens possibles, y compris la violence, le terrorisme et la guerre. Il y a aussi la fuite en avant technologique, à tout prix. Tous les secteurs sont touchés par ces conflits, par exemple les familles, la santé, l’éducation, l’économie, la politique, l'environnement, etc. Les médias se faisant largement l’écho de cette situation, pour ne pas dire cette pollution planétaire, il n’y a pas lieu de la détailler davantage.

Car ce qui nous intéresse ici n’est pas le problème, mais sa solution. Et la solution est l’Amour, d’où vient le terme Âme. C’est à dire qu’il n’y a pas d’issue en dehors de l’amour, de la collaboration, de la responsabilisation de chacun, de la solidarité, de la fraternité, du respect des êtres quels qu’ils soient et de la vie sous toutes ses formes.

L’urgence fait que les maîtres instructeurs actuels doivent focaliser leurs enseignements pour faciliter ce passage à la cinquième dimension, si importante pour la suite de l’évolution de l’humanité et même pour sa survie. D’où les enseignements de l’Amour qui guérit tout, mis à la portée de ceux qui peuvent les entendre, les comprendre et les pratiquer.

Lorsque la couche karmique est dépassée, les premiers rayons de soleil intérieur commencent à percer et le voyage au delà du supra-astral ne fait que commencer.

Si vous le souhaitez, nous aborderons les autres dimensions de l’âme, de la sixième à la huitième, dans le chapitre suivant.

8. Avril, 2019

Les chemins du "moi-je" au "Nous", une voie vers l'autonomie.

Les chemins du "moi-je" au "Nous", une voie vers l'autonomie.

Aller du moi-je au Nous ne passe pas par l’extérieur, mais par l’intérieur.
On peut dire aussi : aller vers notre centre-cœur et non rester dans l’emballage, c’est à dire à la périphérie.
Ou encore retrouver notre verticalité au lieu de Nous chercher dans nos relations horizontales, temporaires, impermanentes, personnelles avec les autres moi-je illusoires.
Précisons que la dimension verticale va de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Pour l’image, prenons un exemple en géométrie projective. Une droite infinie, vue par la tranche, est représentée par un point. Ainsi, deux concepts correspondent à deux points de vie différents sur le même objet.
Plus concrètement, Nous sommes à la fois connectés à l’universel extraterrestre et à l’universel intraterre, via notre corps-antenne physique, dans ses dimensions organiques, cellulaires, moléculaires, atomiques et infra-atomiques, qui sont autant de sources d'intelligence, de connaissances et d'expériences.

Nous retrouver, c’est opérer une révolution, un renversement de notre identité en même temps qu’une élévation de notre niveau vibratoire et de notre niveau de conscience.

Mais si l’on connaît la destination, encore faut-il connaître le chemin et s’assurer que nos véhicules sont en bon état pour voyager. Pour un être incarné dans un corps humain, toute expérience passe par le corps. Ainsi, bien connaître notre véhicule et réviser son fonctionnement est logiquement notre première étape. Voyons à présent les fonctions du corps dans les dimensions matière et leur régulation.

Définissons très rapidement ce que nous appelons les niveaux "matière". Il s’agit du corps physique, des plans énergétique, émotionnel, mental. Ces dimensions et leurs sous-dimensions sont caractérisées par l’évidence et par l’impermanence.

Le corps physique est délimité par la peau, tant à sa surface, que dans les poumons (bronche, bronchiole et alvéoles), les intestins et les membranes entourant chaque cellule. La peau assure donc la fonction de frontière-contact entre l’intérieur et l’extérieur du corps.
Les massages, les automassages sont importants pour maintenir l’intégrité de la peau et réguler cette fonction.
Ils sont également importants pour tous les autres "corps", mais avec une intention et des impacts différents selon les fonctions que l’on souhaite réguler et régénérer.

Au-delà du corps physique, on trouve le plan énergétique, appelé dans certaines traditions éthérique. C’est le domaine de la circulation, des échanges, des influences. À l’intérieur, ces fonctions sont assurées par tous les fluides contenus dans le corps. Sachant qu’un corps est composé de 90 % d’eau, on peut mesurer l’importance de ces fonctions.
La régulation corporelle interne s’effectue ici par des massages, par l’alimentation et par la respiration.

On trouve ensuite le niveau émotionnel. On peut prendre l’image d’un véhicule dans lequel des moteurs devraient s’activer pour assurer la circulation des fluides. Il faut en réguler le fonctionnement pour éviter les surtensions et les sous-pressions. L’émotionnel donne de l’intensité aux sensations et aux échanges, mais aussi de la saveur, du goût. Dans le domaine interne, le plan émotionnel est associé aux organes vitaux. Bien entendu, la plupart des organes sont vitaux. Mais ici on parle de la fonction vitale présente dans les organes et dans les cellules.
Outre les massages, la régulation au niveau corporel interne se fait par l’exercice physique.

Enfin, le "maître" du niveau "matière" est le plan mental. C’est le domaine de l’intellect et de la raison.
Ce niveau pose deux problèmes principaux.
D’abord, il donne l’impression de pouvoir comprendre et contrôler la matière, ce qui procure une sensation de fierté, sans doute légitime, mais qui se transforme très vite en arrogance et en dogmatisme.
De ce fait, le mental dominé par l’intellect est hermétique aux autres dimensions non matérielles de l’être et de la vie.
Dès lors, il régule à sa manière, autrement dit dérègle les mondes physiques, énergétiques, émotionnels. On en voit le résultat à grande échelle dans les conflits, dans les épidémies et dans la multitude des dérèglements et des catastrophes planétaires.
Heureusement, le mental supérieur est connecté à un niveau que l’on va appeler astral et qui se traduit par la capacité à dépasser le connu, à innover, à découvrir, à inventer. Le mental supérieur est connecté aux intuitions, aux inspirations.
Dans les dimensions internes, le mental est associé à la fonction structure, et par conséquent essentiellement au squelette.
Outre les massages, la régulation au niveau corporel interne se fait donc par des assouplissements.

Au delà du mental, nous décrirons les mondes l’âme puis de l’esprit et proposerons des outils pour y avoir accès en régulant les dimensions internes de nos véhicules.

1. Avril, 2019

À propos de « Aimez-vous les uns les autres comme Vous-même. »

À propos de « Aimez-vous les uns les autres comme Vous-même. »

Comment aller de la conscience individuelle, du "je" vers notre conscience unifiée, notre "Nous" ?

La première étape consiste à prendre conscience que le "Nous" est matérialisé par tous les êtres et par tout ce qui m’entoure. Je dois donc considérer les impacts du "je" sur mon corps, soit dans mes dimensions internes, et sur mes dimensions externes, c’est à dire autour et loin de mon corps.

Ainsi, ce que je pense, les émotions que je projette, les influences que je manipule et les actes que je porte sur quiconque et sur quoi que ce soit, c’est à "Nous" que je le fais.

Inutile de dire que la vigilance à tous les étages doit être constante, ce qui est loin d’être facile. Ce qui complique la tâche, c’est que des mémoires parasites et polluantes, inconscientes, pilotent mes pensées, mes émotions, mon énergie et se cristallisent dans mon corps. Et que le monde humain qui m’entoure ressemble plutôt à un tourbillon infernal qui semble vouloir m’entraîner dans sa folle équipée.

Mais heureusement, j’ai deux alliés. D’abord "Nous" me guide depuis un espace subtil. Ensuite mon corps me permet de réaliser l’expérience de l’Éveil.

Ce corps voit avec deux yeux, sent avec deux narines, respire avec deux poumons, en inspirant, puis en expirant, écoute avec deux oreilles, agit avec deux bras, deux mains, deux jambes et deux pieds. Deux organes, une seule fonction, un même but, assurer la vie et l’équilibre de l’ensemble.

Dès lors, la pratique est simple pour passer du "je" au "Nous".
Par exemple, lorsque je respire, à l’inspiration "je", à l’expiration "Nous".
Lorsque j’écoute, lorsque je regarde, lorsque je crée, lorsque je marche, lorsque j’écoute, lorsque je parle et lorsque je me nourris, j’émets un impact, et "Nous" m’impacte. J’émets et reçois sans cesse.
À moi de choisir à quel niveau vibratoire je choisis l’émettre et de recevoir.

Ainsi, si je fais en sorte que chaque pensée, chaque émotion, chaque énergie, chaque action me soient inspirés par l’Amour, par l’intelligence de l’Amour, par la puissance de l’Amour, alors, je me rapproche ainsi, à chaque instant naissant, de "Nous", unifié, intègre, intégral et immortel. Quel bonheur, quelle liberté, quelle vérité !

Soit pour résumer : « Aimons-nous les uns les autres comme Nous-même. »

22. Mars, 2019

Qui sommes "Nous" ?

Nous, oui nous. Mais à ce propos, qui sommes-nous ?

Dans les espaces aériens où brillent les étoiles, comme dans les entrailles de la Terre parée de ses merveilles, les oreilles du cœur peuvent entendre des paroles silencieuses qui résonnent comme un écho lancé depuis des mondes invisibles dont nul ne peut dire s'ils sont proches ou lointains, et qui circulent librement, comme des grains de lumière emportés par le vent. Seul un cœur pur, émerveillé et attentif peut percevoir le sens de ces chuchotements. Le voici.

« "Nous" signifie que nous agissons à partir d'un état non identifié à un individu, à une histoire de vie, à une structure vibratoire localisée dans votre espace temps.

"Nous" signifie que nous vibrons dans l'état d'unité avec le Tout, Souverain intégral.

"Nous" signifie que la connaissance et l'amour ne viennent pas d'un individu particulier, qui serait plus puissant ou plus sacré, meilleur qu'un autre individu. Certes, il peut le sembler mais en réalité, chacun ne fait que canaliser, sous forme d'Amour, de Lumière, de Sons, de toutes sortes de vibrations, dans toutes sortes de dimensions, à différents niveaux, la seule et unique Réalité du champ d'énergie-conscience universelle.

"Nous" vous invitons à redécouvrir vos capacités à canaliser, à votre manière, de plus en plus intensément, cette énergie-amour-conscience unifiée et unique. Car telles sont votre destination et votre destinée.

Par contre, le temps et l'espace de ce choix, de cette pratique et de cette expérience vous appartiennent. La longueur du chemin, la durée du voyage et ses péripéties ne dépendent que de vous. Car pour "Nous", tout est déjà accompli et rien n'est réellement grave.

"Nous" sommes, ici et maintenant, toujours présents pour vous accompagner fraternellement sur la voie de votre réalisation, de votre monde vers le Nôtre.

Alors, quoi qu'il arrive, gardez toujours le cap et soyez heureux ! »

18. Mars, 2019

A propos de l'Âme

L'Âme, telle que nous la définissons, est la part de nous-mêmes qui évolue, d'incarnations en incarnations et de dimensions en dimensions.

D'un côté, cette évolution est guidée par le "Ciel", c'est à dire par notre Esprit immortel. D'un autre côté, cette évolution se réalise et s'accomplit dans la matière, par l'expérience, sur la Terre.

Cette évolution nous permet de transcender progressivement la condition humaine, de dépasser les dimensions matière et d'incarner de plus en plus l'Esprit, notre être véritable.

Cette alchimie est très concrète car elle se réalise dans les corps matière, c'est à dire au niveau du mental, des émotions, des énergies, du corps matériel et dans la vie quotidienne, d’instant en instant.

En oubliant que nous sommes l'Esprit, nous avons progressivement abaissé notre niveau vibratoire, réduit nos capacités, connu la séparation, l'enfermement dans une matrice énergétique, karmique, renforcée par des implants subtils, par des égrégores et par des entités parasites de bas niveau.
De ce fait, nous avons perdu notre autonomie et nous sommes passés de la vie à la survie, et de l’amour à la peur.

En reconnectant notre vibration primordiale, il est possible de réaligner notre structure énergétique dans ses différentes dimensions, et de ce fait, de rendre accessible des niveaux vibratoires élevés qui permettent de retrouver notre autonomie.

17. Mars, 2019

Médiumnité et influences

Le problème n°1 de la médiumnité se situe au niveau du médium lui-même. Notre pratique nous permet d'apporter ici quelques précisions.

Commençons par deux remarques préalables.
Tout être humain incarné est médium, à sa manière, et navigue simultanément dans trois domaines dimensionnels, dans trois niveaux de réalités.
La réalité ne dépend pas de nos croyances, de nos convictions, de notre histoire, ni de notre personnalité. Par contre, les blocages peuvent être tels que l'accès est fermé et que les perceptions et sensations de la réalité sont déformées.

En tant qu'Esprit, nous sommes totalement libres, complets, intégraux, unifiés, universels, omniprésents, omnipotents, transcendants, invariables, Un, en un mot divins. Nous sommes ainsi totalement détachés des mondes, des multivers, des incarnations, des identifications, de l'ego, des limites, des dimensions, etc. La mythologie hindouiste représente cet état sous l'apparence de Shiva.

Nous habitons aussi simultanément le domaine de l'Âme, dont la caractéristique principale est l'évolution permanente. C'est le domaine des dimensions subtiles. Nous avons une sensation d'immortalité car nous vivons une relative permanence qui dépasse largement le cadre du cycle de nos incarnations. Dans l'hindouisme, ce niveau de manifestation est appelé Shakti.

Bien entendu, nous habitons aussi le monde matériel, qui va du physique au mental. Ce monde permet l'expérience, l'expérimentation. Dans l'hindouisme, son nom est Maya, l'illusion.

Revenons-en au problème du médium, qui est en réalité l'oubli de sa dimension Esprit, et même dans certains cas, de sa dimension Âme. Alors le médium attire des entités qui correspondent à son niveau vibratoire et le signalement mentionné dans le texte partagé prend toute sa valeur.

En effet, la dimension éthérique est celle des influences. Il n'est donc pas étonnant que la manipulation y soit de mise. On peut y ajouter de l'intensité émotionnelle, qui rend ivre; et encore par-dessus, une couche d'enseignements pour compléter la manipulation. La matrice est complétée par des implants, soit des cristallisations d'habitudes, de dépendances, d'addictions, de croyances, de peurs, etc. Nous passons alors de la vie, à la survie.

9. Mars, 2019

La joie permanente, paisible et silencieuse.

Que le spectacle du monde soit terrible ou merveilleux, il n'est qu'un spectacle, une scène de théâtre.
Au centre de nous-mêmes se trouve un soleil, une unité paisible et silencieuse, une lumière qui brille de toute éternité, au-delà de nos sensations, de nos émotions et de nos pensées.
Dans notre Cœur, la Terre et le Ciel célèbrent leur liberté et leur union sacrée, dans l'Amour, au delà-de l'écume impermanente du monde.
Lorsque nos sensations, nos émotions et nos pensées sont progressivement focalisées, polarisées, alignées sur notre Cœur, le monde offre un champ d'infinis possibles pour exprimer et expérimenter cette Joie permanente, paisible et silencieuse.

25. Févr., 2019

Les gouttes d’eau de l’iceberg.

Par un mystérieux miracle, Flocon de Neige et Graine de Glace, des nobles polaires, parvinrent à se parler sur un iceberg. L’un perché à sa surface, et l’autre immergée sous la surface glacée de l’océan. Parler, ou plutôt se disputer car le ton était vif.

Je n’ai pas le temps ni la place de vous décrire la naissance, de vous raconter le long voyage et les aventures passionnantes de ces deux gouttes d’eau avant qu’elles ne se rencontrent. Voici maintenant la fin de l’histoire.

Imbu de sa beauté éclatante au Soleil, Flocon de Neige se vantait.
« Je suis un Roi perché sur mon trône, au somment de l’iceberg. Je viens du Ciel, j’ai beaucoup voyagé et je m’arrête maintenant ici pour apprécier ce paysage magnifique, coloré, lumineux, digne de moi. La lumière me traverse, je suis illuminé. »

« Tu es plutôt miné. » Répondit Graine de Glace sur un ton grinçant. « C’est moi la Reine de l’iceberg. C’est moi qui te supporte. Sans moi tu ne serais rien, et en tous cas, pas en train de te pavaner au Soleil. »

Ces propos n’eurent aucun effet sur la blancheur immaculée de notre Flocon de Neige. Était-il sourd ? Non, puisqu’il finit par répondre avec mépris. « La bave du glaçon n’atteint pas le flocon immaculé ! »

Graine de Glace prit alors un ton très savant.
« Vois-tu, cher ami, tu vis dans le monde des apparences, qui contient seulement 10 % de l’iceberg. Tu es à la surface. Moi, dans les profondeurs qui te sont invisibles, je possède 90 % de la glace de notre iceberg. c’est donc moi qui suis la plus riche, la plus dense, la plus vaste et la plus puissante. »

« Toi, tu es lourde, laide, et tu fais plutôt grise mine. C’est moi le plus beau et le plus lumineux. Je suis plus proche de la lumière, je suis léger et aérien. Tout le monde me voit et admire mes formes cristallines. »

« Depuis mon monde, c’est toi qui es invisible. Je suis plus proche de l’Océan, de sa puissance, de sa profondeur. Je ne risque pas d’être emporté par les tempêtes, pollué par les poussières ou piétiné par des voyageurs. »

La dispute était interminable. Chacun voulait avoir raison, mais aucun ne parvenait à convaincre l’autre.

Pendant ce temps, l’iceberg dérivait vers des climats plus cléments et des eaux plus chaudes. Est-ce la pluie et les courants marins, ou l’ardeur de leur dispute, qui eurent raison de l’iceberg ?

En tous cas, c’est ainsi que Flocon de Neige et Graine de Glace finirent par se rejoindre dans l’Océan.

22. Févr., 2019

Réveil printanier.

Imaginez que vous êtes un point lumineux, de la taille d’un atome, mais ayant l’éclat du Soleil. Et tout autour de vous, l’espace est pure vacuité, transparence, infinité. Ressentez…

Cet atome Soleil est libre et immortel… Vous canalisez l’Amour, vous rayonnez…
Vous êtes un Soleil vivant, éternel, dans l’espace illimité des possibles…

Des vagues de bonheur vous entourent comme un air parfumé, coloré par les fleurs printanières… Leur rythme vous berce, vous nourrit et vous enchante…

Un corps se matérialise, un corps jeune, en santé, parfumé et lumineux, coloré…

Vous habitez le centre de votre cœur et rayonnez votre puissance lumineuse. Vous respirez à pleins poumons une force de vie subtile et parfumée. L’espace qui vous entoure s’ouvre comme une invitation à l’expérience et à l’aventure…

Votre corps s’étire et ressent l’appel de la danse. Le Soleil se lève. Votre journée commence, dans la présence, l’écoute, l’accueil, la gratitude, la légèreté et la profondeur.

Et votre devise aujourd’hui est « la Vie est belle ».

16. Févr., 2019

Les Oiseaux

Nos deux natures sont comme des oiseaux au nid. Il y a les parents, et l'oisillon tout juste sorti de l’œuf.

L'oisillon est fragile, dépendant. Il représente notre part qui expérimente l’impermanence, l’incertitude et les fins tragiques, qu'elles soient physiques, énergétiques, émotionnelles ou mentales.

Par contre, les parents de cet oisillon sont au contraire agiles, avisés, dévoués et savent s'occuper inlassablement de l'oisillon. Ils représentent la part de nous qui se sait immortelle, invariable, autonome.

D’instant en instant, nous pouvons choisir d’accueillir notre part oisillon et de nourrir ses besoins, ce qui lui permettra un jour de déployer ses ailes, de prendre son envol et de trouver son autonomie. Mais pour cela, seules les parts déjà autonomes de nous-mêmes peuvent s’occuper correctement de l’oisillon.

Comment les identifier ?

On oppose à tort le corps et la conscience, et celle-ci est souvent considérée comme étant supérieure au corps. Mais c’est oublier que maître corps a aussi la capacité d’être autonome, et qu’il n’a pas besoin de conseils et de livres pour vivre, pour se nourrir et pour se réparer. Le corps est directement relié à la vie.

En un sens, on pourrait même dire que l’oisillon, c’est notre conscience, n’est-ce pas ? Pas si simple toutefois.

La vie est variable et impermanente dans les dimensions matière. Dans la matière, il y a donc des besoins, des dépendances, des peurs, des failles, la nécessité de guérir. La conscience, tout comme le corps, est présente dans les dimensions matière.

Ce qui caractérise les dimensions de l’esprit est notamment l’invariabilité et l’autonomie.
L’esprit est à la fois sans attributs, d’une simplicité extrême et, dans sa vastitude inimaginable, contenant tous les attributs. D’où les deux parents de notre parabole.

Ainsi, à chaque fois que nous nous ressentons fragiles et dépendants, nous sommes dans les dimensions "oisillon". Et à chaque fois que nous nous ressentons intégraux et autonomes, nous nous rapprochons des dimensions de l’esprit.

Ressentir et nourrir la Vie qui circule dans notre corps, connecté à la Terre, apporte une plénitude et une autonomie qui permettent à notre conscience de connaître le Ciel, l’Univers et les dieux.

12. Févr., 2019

La réalisation.

La réalisation est un processus à apprécier pour le maîtriser, et cela quel que soit le domaine d'application. La réalisation ne dépend pas que de nous, mais c'est comme pour un paysan. S'il sème, il n'est pas sûr de pouvoir récolter. Mais s'il ne sème rien, il est sûr qu'il ne récoltera rien.

Prenons l'exemple d'une fusée que l'on veut envoyer sur la Lune...

D'abord, il y a l'intention. Dans cette phase, il est question de sens, de projet sens. Est-ce une expédition scientifique, commerciale, militaire, etc.? C'est le moment d'envisager les conséquences de ce projet, à court terme, à long terme, pou soi, pour les autres, pour l'environnement, pour le monde...

Puis c'est l'attention, la présence. Il y a plusieurs étages. Où sont les énergies, les émotions, les pensées, l'intuition ? La présence rend témoin de l'état des lieux. Elle apporte une vision globale, tout en étant attentive à chaque détail. Elle fait l'inventaire des moyens disponibles pour atteindre le but.

Alors vient l'étape de la concentration, de la focalisation, de la cohérence. La synergie des moyens permet de trouver de nouvelles ressources, de nouvelles perspectives.

Puis vient la phase de condensation. C'est la capacité à mener le projet jusqu'à son terme en vérifiant chaque étape, à le matérialiser.

L'action, c'est le fil conducteur du vivant, depuis l'intention de vivre un projet jusqu'à sa finalisation. Il est clair que ce processus ne s'achève jamais et mène seulement à des réalisations de plus en plus vastes, belles, utiles, sans cesse renouvelées.

L'action est un processus externe qui permet de changer le monde, à condition qu'il soit mené d'abord comme un processus interne.

Dans le projet "aller sur la Lune", à quoi correspond le voyage interne ?
C'est tout simplement une manière changer de planète, c'est à dire de changer de perspective. Ce qui revient à trouver en soi une dimension qui est déjà sur la Lune, qui vibre aux rythmes de la Lune, qui inclue la dimension Lune.

C'est un premier pas vers notre dimension universelle, car il y a ainsi beaucoup d'autres dimensions à explorer, autant vers l'infiniment grand que vers l'infiniment petit.

L'étape qui suit est le renversement de perspective.
En effet, l'intention claire, la présence constante, la concentration disciplinée, la condensation cohérente ne suffisent pas à atteindre le but.

Il faut surtout l'accord de l'Univers, qui est appelé selon le cas la Grâce, la Chance, la Destinée, La Volonté divine, etc.
Notre civilisation démontre que lorsque cette dernière étape est oubliée, reniée, c'est à dire lorsque l'action est menée sans respecter le Tout, alors l'explosion en vol est assurée.

La destruction n'est pas une punition, mais une invitation à reprendre le processus dans son intégralité et à agir cette fois sans jamais perdre la perspective du Tout, de notre intégralité.

24. Janv., 2019

Dansons avec les Éléments.

Nous avions parlé de méditation chamanique ? Soit, en voici un exemple. Prenez votre temps pour lire avec votre Cœur cette invitation. Sachez accueillir et embrasser les émotions et les sensations que cette induction génère en vous. Et si vous le souhaitez, écrivez à votre tour votre propre induction, avec vos propres mots.

Prenons entre nos mains un cristal, ou tout autre objet matériel, de préférence naturel, avec lequel nous nous sentons connectés. Que ressentons-nous ?

Nous ne cherchons pas à "écouter" ou à "lire" le cristal. Nous écoutons notre terre, notre corps, ses sensations, ses émotions, ses pensées. Écoutons simplement, finement, subtilement ce qui se passe dans notre corps et dans les autres dimensions de notre être.

Nous accueillons toutes les impressions, tous les impacts que ce cristal provoque dans notre être, sans intentions, sans projections, sans attentes. Ce qui est, est simplement présent.

Nous pouvons rapprocher notre cristal de différentes parties de notre corps et ressentons ce qui se passe, sans chercher quoi que ce soit. Ressentons la vibration des éléments cristallins dans notre corps.

Est-ce agréable ? Est-ce confrontant ? Nous respirons en écoutant les parties de notre corps et de notre être qui réagissent, en accueillant ce qui est. Nous respirons jusqu'à la détente qui permet à notre écoute d'aller vers des dimensions de plus en plus subtiles.

Et lorsque toute est paisible, ressentons, écoutons la connexion de notre corps avec le corps de la Terre, de notre Cœur avec le Cœur de la Terre.

Puis connectons-nous à la densité, à la profondeur, à l’intensité de la présence cristalline et remontons dans les dimensions de notre être, vers l’infiniment petit, jusqu'à l'invisible.

Le cristal est nous. Nous sommes des êtres de cristal. Nous épousons le cristal, l’état cristallin. Nous sommes dans une dimension où nous percevons et communions avec l’Universel. C’est une dimension où disparaissent le je, le moi, tous les pronoms et adjectifs personnels. Tout est pure joie, pure lumière cristalline, invariable, éternellement jaillissante dans un univers invisible, directement issu du chaos, du néant, du vide, de la vacuité.

Nous embrassons maintenant le vide, le néant, la vacuité. Nous nous abandonnons au tourbillon, au vertige, au chaos. Sans intention, sans attente, nous accueillons cet état, simplement. Accueillons les émotions, les sensations, les pensées, sans les juger, tout simplement, qu'elles qu'elles soient.

S’il y a de l’effroi, nous respirons dans cette peur jusqu'à percevoir que nous ne sommes pas la peur. S’il y a de l’inconfort, nous respirons dans cet inconfort. Plus nous respirons, plus la détente s’installe, plus nous lâchons-prise jusqu’à ce qu’il n’existe en nous plus aucune résistance ni aucune identification à quoi que ce soit.

Alors, de ce néant intégral nous laissons surgir le Feu et nous ressentons sa chaleur et sa lumière. Le chaos qui nous paraissait vide et effrayant révèle maintenant son potentiel infini et toute sa puissance de création, une force qui crée et qui soutient les mondes.

Cette puissance sacrée nous absorbe intégralement. Nous sommes ce Feu puissant qui régénère et qui illumine toute la Création dans toutes ses dimensions.

Nous accueillons l’impact de cette puissance dans toutes les parties de notre être. Nous percevons la sensation d’être une flamme. Nous ressentons l’impact de cette sensation sur nos émotions, sur nos pensées. Nous respirons dans les inconforts que provoque la combustion de nos scories, jusqu’à ressentir notre Cœur qui danse dans la liberté et qui brille dans la joie.

Nous sommes le Feu. Nous créons le Feu. Nous sommes les maîtres du Feu. Nous pouvons concentrer sa puissance en un point, en faire varier les dimensions à volonté, focaliser son impact, et rayonner dans toutes les directions.

Nous sommes ainsi à la fois l’état cristallin, et l’état lumineux, le froid et le chaud, l’hiver et l’été, le Taureau et le Lion, la Terre et le Ciel, le haut et le bas, l’horizontal et le vertical, le chant et le silence, l’époux et l’épouse, la particule et l’infini, le passé, le présent et le futur…

Nous éprouvons maintenant le désir de réunir les extrêmes. Dans l’espace et le mouvement entre les polarités, le Vent nous allège et nous élève. L’Eau nous enveloppe et descend pour irriguer la Terre. L’Aigle et le Verseau s’ajoutent à notre Zodiaque intérieur. Nous complétons notre Unité.

C’est ainsi que la Vie circule dans les cellules, dans les organes de nos corps, dans la justesse de nos sensations, dans l’intensité de nos émotions, dans la précision de nos pensées, dans la vastitude de notre conscience. La Vie ensemence notre être et s'étend jusqu’aux confins de l’Univers.

Nous embrassons le vide et le feu dans le cristal et le Cristal dans le Feu. Nous sommes présent dans toutes les parties de notre corps, de nos émotions, et de notre mental, dans toutes les particules de la matière, à tous les étages de notre être, dans la totalité des mondes et chez tous leurs habitants, les plus proches comme les plus lointains.

Au cœur de Nous-mêmes, nous nous émerveillons du mystère que nous sommes et qui se manifeste dans tout ce qui nous entoure.

Nous respirons, nous marchons, nous pensons, nous parlons habités par le Nous, le Un, indivisible, universel, infini, insondable, au-delà du temps, de l’espace.

Dans le silence, nous savourons et rayonnons une pure joie, un pur Amour, une pure Vie.

Et maintenant, c’est à vous de créer !

20. Janv., 2019

Quelques éléments d'alchimie chamanique pour honorer notre Terre.

La connexion aux énergies cristallines est liée à l'élément Terre. Il y a plusieurs niveaux de cristallisation au niveau du cœur, du manteau et de la surface de la Terre. Cette connexion aide à ancrer les énergies et induit de "l'Ordre."

A l'opposé dans un monde de dualité se trouve l'énergie de l'élément Feu. On le trouve également à différents niveaux de condensation depuis le cœur du Soleil vers la couronne solaire et la lumière stellaire, et sur Terre de la lumière concentrée au cœur du noyau Terrestre, jusqu'à la chaleur des coulées volcaniques et des éruptions incendiaires. Le Feu amène de "Chaos" nécessaire pour que la vie ne reste pas figée dans des cristallisations.

Le "Solve Coagula" des Alchimistes signifie "le Chaos dissout et l'Ordre condense".

Entre ces deux éléments, l'Eau et l'Air sont régis par la loi du changement, du va et vient qui permet l'évolution dans la souplesse et qui permet aux principes éléments-Terre de fonctionner.

Une méditation de type chamanique sur l'essence des quatre éléments permet de se relier à ces énergies, d'en comprendre le fonctionnement en soi et autour de soi. Ce qui permet d'utiliser ces principes dans la vie quotidienne selon que nous ayons besoin de stabilité, de transmutation ou d'évolution.

Tous ces éléments représentent une des manifestations, parmi beaucoup d'autres, de la puissance sacrée de l'Amour.

Dans l'univers chamanique, reconnaître, accueillir, respecter et sanctifier les éléments, les principes et les symboles qu'ils incarnent, permet aux êtres humains de collaborer avec la Nature. Et ainsi de retrouver leur unité et leur juste place sur Terre comme dans l'univers.

Pour pouvoir, ensuite, aller au-delà...

11. Janv., 2019

La chenille et le papillon.

Un jour, un papillon rencontra une chenille. J’étais juste à côté et comprenant leur langage, je fus intrigué. Lorsque je tendis l’oreille à leurs propos, la conversation allait déjà bon train.

C.
« Tu es si beau, si élégant avec tes ailes aux couleurs multicolores, si léger, si élancé. Tu peux parcourir l’espace, survoler tous les obstacles. Et tu peux ainsi te nourrir du nectar parfumé des fleurs. Pas étonnant que ton éclat soit si flamboyant ! »

P.
« Il y a longtemps de cela, j’étais comme toi, j’arpentais le sol et me nourrissais d’herbes, de feuilles et parfois de racines, et j’avançais péniblement au milieu de mille dangers. Mais je n’imaginais même pas qu’une autre vie était possible. Pendant très longtemps, je vivais ainsi au jour le jour.  »

C.
« Alors comment es-tu arrivé à devenir un papillon. ? »

P.
« Justement, un jour j’en ai eu assez de cette vie en rase-motte et je me mis à rêver de m’envoler vers la liberté. Mais j’étais si lent, si terre à terre que je me désespérais d’y parvenir un jour.
Alors, je décidai de tout quitter. Je me retirai dans un cocon, bien au chaud, protégé de tout danger. Je me mis à jeûner et à méditer. »

C.
« Le jeûne et la méditation pour devenir un papillon ? »

P.
« Tout à fait. Le jeûne me fit sortir du cycle infernal de manger avant d’être mangé. Je pus ainsi me concentrer sur mon unique but : voler librement dans l’espace. Je respirais dans la sensation de m’envoler, je rêvais que je survolais les campagnes et les forêts. La sensation de liberté que j’éprouvais en me sentant voler était mon unique pensée, mon seul amour, ma seule préoccupation, mon seul objectif. J’en oubliais le monde et ses dangers. J’avais l’impression que mes ailes balayaient mon passé. »

« Et c’est tout ? »

« Au bout d’un certain temps de cette pratique intensive, je sentis que mon cocon était devenu trop sombre et trop petit. Alors, je ressentis l’appel de la lumière et l’envie de sortir de mon trou. J’eus ainsi l’idée de creuser les fils de soie qui me barraient la route, et d’avancer vers la liberté. A force d’efforts, en prenant mon temps, j’avançais et le cocon finit par s’ouvrir. »

« Et tu t’es envolé ? »

« Pas si vite ! D’abord il a fallu que mes yeux s’habituent à la lumière. Puis j’ai dû attendre que mes ailes se déploient et apprivoisent le vent. Mais je n’osais pas encore quitter ma feuille. Pourtant, il suffisait de battre des ailes. Des fils invisibles me retenaient encore dans mon cocon. »

« Les fils invisibles, mais ça n’existe pas ! »

« Détrompe toi, ils sont redoutables puisqu’on ne les voit pas. En effet, j’entendais d’autres chenilles qui broutaient encore les feuilles autour de moi, très satisfaites de leur sort. Elles n’étaient pas indifférentes à ma transformation. Je les entendais dire : « Quel est cet étranger qui nous fait de l’ombre ? Il veut peut-être nous manger, il faut le chasser ! »
Il y avait aussi d’autres papillons qui préféraient rester dans leur chrysalide et qui affirmaient . « Pourquoi sortir de notre cocon, nous sommes si bien protégés. En sortant, nous risquons de tomber. En l’air, les oiseaux et d’autres dangers nous guettent. Alors qu’ici, même si nous mourrons de faim, notre fin ne se sera pas si violente. »
Mais pour moi, l’élan était irrésistible. Je sentais que mes ailes étaient prêtes à répondre à l’appel de la liberté. »

« Tu as donc renoncé à ta sécurité ? »

« C’est alors qu’une mésange se posa sur une branche proche de nous. Et pendant qu’elle picorait toutes les chenilles, puis les papillons qui préféraient rester dans leurs cocons, j’eus le temps de m’envoler et de mettre à distance ce messager des anges. Je trouvai ainsi la sécurité dans ma liberté. »

« Penses-tu que toutes les chenilles deviendront un jour des papillons ? »

« Toutes les chenilles sont programmées, destinées à devenir des papillons. Mais seulement y parviennent les chenilles qui en font leur principal, sinon leur seul objectif, un jeu qui ne s’achève qu’avec la victoire.
Mais je te laisse maintenant car la grande nature et ses fleurs attendent ma visite et se réjouissent de mes exploits aériens.  »

« À bientôt ? »

« Bien sûr, je sais que tu viendras aussi parcourir le ciel avec moi et que la vie rythmera notre danse au gré des vents et des couleurs. Alors, ne tarde pas ! »

10. Janv., 2019

Le Roi et le fou.

Le but de notre évolution est, tôt ou tard, de réaliser notre véritable nature, au-delà des turbulences de ce monde et des failles du véhicule psycho-émotionnel égotique auquel nous nous identifions, que nous appelons notre personnalité et que nous chérissons ou accablons au gré des tourbillons de la vie et de nos fantaisies.

Certes, ce complexe est limité, impermanent, imparfait, faillible, mortel. Mais il est le véhicule de notre évolution, le seul que nous ayons et dont nous sommes responsable à chaque instant. A ce titre, il est sacré.

En nous se trouvent un Roi de paix juste et un fou comploteur et imposteur. Le Roi a été abandonné par ses sujets. Il a dû quitter son trône et le fou a pris sa place.

Il fabrique nos croyances, nos idéologies, nos lois, nos décrets, nos valeurs, nos habitudes, notre besoin d’avoir raison, de convertir, d’être reconnu, d’être les meilleurs.
Il alimente ainsi tous les conflits. Les petits comme les grands dont il tire souvent les ficelles en secret. Il n’hésite plus à s’afficher sur toutes les scènes du monde. Il se nourrit des divisions, des guerres et des désastres.
Il est fou, il est grandiose et il gouverne sens dessus-dessous, à sa mesure.

Mais sommes-nous seulement cela ? Où est le Roi ?

En fait, il n’a jamais abandonné son trône. Ce sont ses sujets qui ont préféré écouter et suivre le fou. Si nous voulons échapper enfin aux cycles des destructions et des morts, il est temps de changer radicalement de direction et de remettre notre monde à l’endroit.

Mais il y a des étapes, dont la première est de nous libérer de toute croyance, sacrée ou non, et du besoin d’être reconnu. Ces deux obstacles faussent l’expérience directe. Or nous voulons expérimenter la réalité, la vérité, et non les fruits de nos egos, aussi subtils et convaincants soient-ils.

Commençons par créer une bulle diamantine autour de nous, connectée à la puissance amoureuse de la Terre via l’intraterre et à la vastitude de l’espace infini, via le Soleil. Nous pouvons augmenter ou diminuer les dimensions de cette bulle, et inclure tous les êtres, tous les univers, ou simplement notre voisinage immédiat. Laissons-nous guider par l’inspiration de l’instant.

Puis dirigeons notre conscience vers l’infiniment petit à l’intérieur de notre corps. A ce stade, ce n’est plus "notre" corps, mais un être vivant, un maître vivant. Ressentons ses organes, ses cellules, ses molécules, ses atomes, jusqu’aux ondes-particules subatomiques. Observons, écoutons, ressentons leurs mouvements. Prenons le temps. Puis rapetissons encore et pénétrons leurs dimensions.

Les vibrations synchronisées nous donnent une sensation d’omniprésence. Nous captons la vibration primordiale qui anime toutes les particules d’un bout à l’autre de l’univers et ressentons notre unité, notre infinité, notre omniprésence. Nous dépassons le temps, toutes nos croyances, toutes nos représentations, toutes nos identifications, toutes nos limites. Nous épousons la vacuité, la transparence, l’infinité…

Et nous laissons la splendeur de l’amour rayonner simplement, discrètement. Nous sommes Cela, la vérité éternelle présente au cœur de tous les êtres. La joie puissante, lumineuse et paisible qui pénètre les moindres recoins de l’univers, et au-delà. Les mystères les plus secrets sont révélés et dissipés. Le passé, le présent et l’avenir ne font qu’un désormais. Nous étions des individus et nous sommes maintenant la pure vibration primordiale, la réalité qui embrasse et soutient toute la création.
Ainsi, nous pouvons désormais passer de l’infiniment petit à l’infiniment grand en conscience, au-delà de notre existence humaine.

Sur le trône du cœur de notre être, nous sommes désormais des Rois de paix, de justice et de vérité, écoutés et respectés par tous les sujets du Royaume.
Nous sommes bien dans ce monde que nous pouvons désormais bénir.

9. Janv., 2019

Les cinq actes de la voie de l'incarnation.

La voie de l'incarnation peut se comparer à une pièce de théâtre en cinq actes.

Acte 1 : Analogue à l'enfance.
C'est l'âge de l'insouciance, de l'ignorance, de l'irresponsabilité, du gaspillage. En gros, dans cette phase, on fait à peu près n'importe quoi, et on peut brûler sa chandelle par les deux bouts sans s'en apercevoir.
Sur le plan collectif, c'est la phase dans laquelle se trouve le peuple des Cupides et des Féroces, c'est à dire nombre de dirigeants de grands groupes économico-financiers, de responsables de pays, d'états, de grandes fortunes, qui gèrent et gaspillent les ressources de la planète en toute inégalité.

Acte 2 : Ressemble à l'adolescence.
C'est la période à la destruction est totale. C'est l'enfer. En effet, à ce stade, les crédits sont épuisés, les factures se sont accumulées et les ennuis commencent. Il faut faire face aux conséquences des actions irresponsables et égoïstes réalisées dans l'acte 1.
On pourrait dire qu'une grande partie de l'humanité se trouve actuellement dans cette phase, et que plusieurs civilisations antérieures n'y ont pas survécu.
Individuellement, c'est la période des ennuis de santé, de finances, d'environnement, de couple, de famille, de travail, etc.

Acte 3 : La maturité, l'Apprenti alchimiste.
Heureusement, une partie de l'humanité commence à se souvenir, à se responsabiliser et à modifier des comportements vers plus de paix et d'égalité. Nous nous plaçons à ce stade.
Sur le plan individuel, c'est la période du Réveil, du souvenir et de la réalisation que nous ne sommes pas de ce monde.
Il voit l'enfer du monde comme un terrain de jeu pour pratiquer l'amour, le retour à soi, l'unité, la libération.

Acte 4 : L'apprenti sage.
La puissance de création déployée dans l'acte 3 se réalise pleinement. L'être est alors capable de créer et de matérialiser des mondes, en restant entièrement aligné sur la Source.
C'est l'ascension que vivent les maîtres qui deviennent alors des supra-humains.

Acte 5 : Au-delà de l'humain.
Les actes précédents permettent de se réaliser pleinement en tant qu'humain. Des perspectives nouvelles apparaissent alors, dans des dimensions bien plus vastes et universelles que les dimensions planétaires.

Comment vivons-nous chaque événement de notre vie?
Agissons-nous de manière inconséquente, violente, prompte à la critique?
Sommes nous en proie au doute, à la peur, au découragement, aux flammes de l'enfer?
Nous souvenons-nous de notre être véritable et choisissons-nous de le laisser œuvrer en connexion avec les maîtres? Savons-nous ouvrir des voies nouvelles vers l'amour et la lumière et les offrir au monde?

D'instant en instant, il est possible de transmuter chaque énergie émise, (que ce soit une émotion, une pensée, une action) afin avancer d'une phase.
Et cela, jusqu'à notre dernier souffle et même au-delà.

6. Janv., 2019

Turbulences

Il est important de maintenir le plus possible un état intérieur cristallin. Mais il y a toujours des turbulences. Pour pouvoir revenir à la paix intérieure, il faut identifier la source cellulaire et organique de chaque pensée déviante par rapport à l'amour. Puis pratiquer la détente dans la zone concernée. L'état émotionnel et mental ne sont que le reflet des tensions, lésions, etc. engrammées dans le corps physique. On peut donc les observer pour savoir où en est notre propre harmonisation.

Toute énergie émise revient à son émetteur après avoir été amplifiée. Il est possible de neutraliser l'impact de ces énergies lors de leur retour en corrigeant en interne la mémoire source de la critique, de la peur, de l'attaque, etc. en s'entourant d'une bulle de lumière cristalline, connectée à la lumière solaire et à puissance de l'amour de la Terre.

2. Janv., 2019

Les di-amants de lumière.

Au cœur du cœur de votre cœur se trouve un diamant. Il n’est pas facile à trouver, car la plupart le cherchent dehors. Ils passent un temps fou, dépensent des fortunes, passent des pactes d’infortune, abattent des forêts et des montagnes, inventent des merveilles, provoquent des catastrophes, parcourent le monde et même l’univers pour ramasser des miettes de ce précieux cailloux.

Mais tout cela est fort inutile, car le diamant qu’ils cherchent se trouve dans leur cœur. Aimeriez-vous découvrir ce trésor sans dépenser une fortune ? Aimeriez-vous devenir si riche que tout le monde pourrait en profiter ? Aimeriez-vous faire en sorte que la misère ne soit plus sur cette planète qu’un lointain souvenir d’une époque préhistorique ?

Alors sortez des ornières de vos habitudes, oubliez pour un instant le monde des chercheurs d’or et de diamants, avec ses fanges et ses trésors, et plongez librement au cœur du cœur de votre être …

Que ressentez-vous ?

L’idéal serait de percevoir ce diamant que vous êtes et de ressentir l’amour vibrer au centre de votre cœur. Et si vous ne percevez pas ces battements, imaginez-les. Ressentez la vie qui l’anime, qui l’illumine et qui circule dans tout votre être.

Puis placez-vous au centre de ce diamant et laissez-le grandir jusqu’à ce qu’il forme comme une bulle autour de vous.

Vous êtes maintenant le cœur d’un diamant vivant. Il est transparent, de sorte que vous pouvez percevoir tout ce qui se passe autour de vous. Vous pouvez émettre de la lumière, des couleurs, des formes, toutes sortes d’ondes.

Vous émettez maintenant un faisceau d’énergie vers le cœur d’Or du Soleil et un autre en direction du cœur cristallin de la Terre.

Ressentez la puissance de la lumière qui émane du Soleil et la douceur de l’amour qui provient de la Terre. Accueillez la grâce légère et lumineuse du Soleil et la densité fertile de votre Terre. Transmutez les scories qui ombrageaient certaines parties de votre diamant, et émettez à votre tour, pleinement et librement, toute la force de votre douceur, toute la délicatesse de votre bienveillance. Vous jouez avec les vibrations sublimes de l’amour, tel un musicien qui laisse s’envoler ses mélodies au rythme de son cœur, comme un peintre sculpteur créant son œuvre avec des vagues vivantes.

Puis regardez autour de vous les êtres qui vous accompagnent et ceux que vous rencontrez. Tous ceux qui s’approchent de votre diamant étincelant sont apaisés, éclairés. Aucune ombre ne peut vous approcher. Tout ce qui entre dans votre diamant est purifié, transmuté, allégé, puis rayonné…

Regardez bien, et vous ne voyez maintenant autour de vous que des diamants, des di amants, des multi amants… Certes de toutes les tailles, de tous les éclats, plus ou moins conscients. Mais ils sont innombrables. Vous viviez sur une planète couverte de précieux diamants, et vous ne le saviez pas, avant de découvrir le vôtre et de l’habiter !

Maintenant, vous savez et pouvez vous promener ou vous reposer dans votre diamant de lumière, reliés au pur Soleil, au vaste Ciel, à la puissante Terre et à la Vie universelle. Et vous pouvez affirmer désormais « Je suis éternellement libre et je vous aime. »

Si tel est votre choix à chaque instant naissant.

7. Déc., 2018

Une paix olympique.

En ce moment il y a partout beaucoup de turbulences.
D'où l'importance de pratiquer la paix, même si ce n'est pas facile.

Pour rester paisible dans la tempête, il faut être centré, détendu, déterminé et sportif. Et si pratiquer la paix était reconnu comme une discipline à part entière aux prochains jeux olympiques ?

1. Déc., 2018

Épitaphe.

"Merci à mes enfants d'être venus à travers moi. Je suis fier de vous et de ce que manifestez maintenant dans votre vie.

Merci à mon généreux mari qui m'a soutenu avec tant d'amour et de constance, malgré les épreuves.

Je suis désormais dans la lumière de l'amour.

Soyez confiants. De là où je suis, je vous vois et vous soutiens. Mais cette fois, il n'y a plus de séparation, de peur, de souffrance, de maladie, d'obscurité et de mort. Il n'y a qu'unité, sororité, amour, plénitude et joie.

Vous pouvez choisir de nous retrouver dans votre cœur, d'être au rendez-vous de votre vie et de voir que, même si cela n'est pas toujours évident, la vie n'est faite que de bons moments.

Appréciez chaque instant de votre vie comme un présent. Sachez recevoir le cadeau de chaque instant présent. Accueillez-le, acceptez-le, transmutez ce qui vous ne convient plus et faites de votre vie une offrande à l'amour.

Le meilleur mot pour résumer tout cela est "merci". Il est déjà gravé dans votre cœur. Il est la clef de votre évolution, de votre réalisation et de votre libération, dans l'amour.

Merci."

18. Nov., 2018

Voyage, voyage, jusqu'au Cœur du Soleil.

« Lorsque notre conscience se regarde dans le miroir de l’infiniment petit, elle perçoit la puissance de l’Amour qui se manifeste à tous les étages de la matière, jusqu’au-delà du noyau des atomes.

Il est inutile d’aller chercher la puissance infinie de l’Amour dans quelque recoin reculé et obscur de l’univers, il suffit de ressentir la danse des atomes condensés dans chaque parcelle de notre corps. Mais percevoir et maîtriser cette réalité demande une conscience capable d’embrasser et de concentrer l’énergie de l’Amour à l’infini.

Nous vous proposons cette fois un voyage dans le Soleil. Vous pensez sans doute que c’est impossible et que l’espace qui nous en sépare est infranchissable ? Mais avez vous songé à passer par le cœur de la Terre ? Le cœur de la Terre et celui du Soleil sont en effet reliés dans la danse planétaire. Question de gravité.

Vous vous demandez maintenant comment traverser les couches de l’intraterre ? Certains ont imaginé une Terre creuse comme un ballon. Il y a ceux qui en cherchent l’entrée, sans doute pour bien longtemps encore. Il y a des légendes mystérieuses et des secrets bien gardés. Mais il y a aussi plus simple.

Le voyage de cœur à cœur se fait tout simplement par le cœur.

Ainsi, vous commencez à ressentir le centre de votre cœur, le cœur du cœur de votre cœur, votre quintessence. C’est comme un point intensément brillant, qui grossit lorsque vous vous en approchez. Ressentez sa chaleur, son rayonnement, sa beauté, sa pureté… C’est son Amour qui fait battre votre cœur physique depuis votre naissance jusqu’à votre dernier souffle. Il est la vie au cœur de votre terre.

Vous êtes ce cœur lumineux, incandescent, vivant et infiniment amoureux.

Vous percevez maintenant le cœur du cœur des atomes aux danses effrénées. Imaginez des énergies qui se déplacent à la vitesse de la lumière dans des espaces ultra microscopiques.

Vous pouvez maintenant vous déplacer à la vitesse supraluminique dans l’espace intra-atomique. Les distances sont parcourues à une vitesse telle qu’elles semblent ne plus exister. Vous pouvez maintenant atteindre et vous unir au cœur du cœur de la Terre puis à celui du Soleil.

Quel est le point commun de tous ces cœurs ? Celui de condenser dans la matière l’énergie de l’Amour.

Maintenant que vous savez décrypter l’information au cœur du Soleil, de la Terre, de chaque atome de l’univers, de chaque être, vous pouvez non seulement comprendre comment ces cœurs unis sont capables de manifester l’Amour, mais vous pouvez également ajuster des ondes qui permettent d’aligner, de mettre en cohérence ou de transmuter les informations encore dissonantes, à tous les étages de votre être. Et lorsque le réglage est bon, vous pouvez monter le son.

Votre chant peut enfin célébrer pleinement la merveille de votre Cœur, dans chaque atome de votre corps et dans l’espace inouï et infini de l’Amour. »

17. Nov., 2018

Épousez votre Désir.

« Nous vous invitons à cultiver la force de votre désir. Apprenez à cultiver votre désir, ses intuitions et ses inspirations. Car le désir n’est autre que votre élan envers la vie.

On vous a enseigné que si vous nourrissiez votre désir, il allait augmenter, proliférer et vous dévorer. Vous avez appris que ce "Gremlin" était démoniaque et menait à la distraction, à la tentation, à la perversion, à la faute, à l’indignité, à la souffrance. Vous avez si souvent entendu qu'il était moral et spirituel de renoncer au désir et que la mortification et le renoncement étaient la seule voie vers votre salut. Ce commandement a alimenté bien des bûchers et des révoltes.

Certes, la prolifération des compulsions, de ces petits désirs compensatoires et obsessionnels, est assurément l’expression d’un déséquilibre dans l’expression de votre force de vie.

Mais renoncer au désir cultive seulement la culpabilité et mène tout simplement à la castration et à la mort.

Ces deux penchants résultent d'une mauvaise compréhension de la nature du désir. C'est justement l'utilisation erronée de votre corps, de vos sens et de votre désir qui vous mène vers les souffrances et vers la destruction. Votre corps est là pour vous guider dans votre apprentissage. C’est à vous de l’écouter et de le respecter. Il n'est pas responsable de vos accidents, de vos pannes, de vos erreurs de conduite, de votre imprudence, de votre ignorance du Code de la Vie.

Désirer est non seulement une manifestation naturelle de votre élan vital, mais également une expression joyeuse et spontanée de votre Cœur divin. Bafouer, refouler, diminuer le désir revient à vouloir entraver le jaillissement de la source de votre Être. C'est comme vouloir empêcher le Soleil de briller.

Vous pouvez commencer par intensifier le désir. Épousez la puissance de votre Être véritable. Restaurez, acceptez, accueillez, stimulez, développez, intensifiez, perfectionnez, purifiez, célébrez cette joie qui se déploie en créant et en nourrissant la vie. Ressentez en vous sa présence, sa puissance. Elle est infinie. Elle est parfaite, elle est sacrée, à l'image et à la mesure de votre Être profond.

Laissez ce puissant feu alchimique réduire en centres vos croyances, vos identifications aux différents personnages de votre vie, les entraves avec lesquelles vous vous êtes vous-mêmes bridés, des attaches avec lesquelles vous vous enchaînez.

Élevez votre force de vie, donnez lui toute son ampleur et sa dignité. Laissez cette joie vous inspirer, vous guider, vous propulser vers votre accomplissement sur cette Terre.

Elle vous guide vers vos idéaux les plus élevés. Elle vous propulse vers les rivages les plus lointains, les plus inaccessibles, jusqu'à l'étape ultime de réintégration dans le Tout absolu.

Soyez attentifs, soyez présents, soyez conscients, soyez sensibles, soyez puissants. N'ayez plus peur de votre désir. Il est votre force, votre expression, votre miroir. Soyez confiants et redevenez le souverain de votre royaume, de votre corps, de votre énergie, de votre vie.

Que la Joie de votre Être ouvre votre Conscience et stimule votre créativité. Que votre Cœur déploie toute la puissance de la Paix. Dansez ainsi avec grâce sur les vagues de votre vie. Quoi que vous perceviez, quoi que vous fassiez, revenez toujours à l'Amour. »

6. Nov., 2018

Les sens de la vérité.

« Chères Flammes de Lumière éternelle.

Respirez profondément. Abandonnez toute préoccupation, toute attente. Soyez simplement présents à vous-même. Que cet instant soit sacré. Choisissez de retrouver, ici et maintenant, votre Être véritable, au Cœur du cœur de votre cœur.

Nous vous invitons à fermer vos yeux, à vous détendre, à ressentir la vie qui circule dans votre corps, et à centrer votre attention sur le Soleil de votre Cœur. Soyez présents à vous-mêmes. Soyez attentifs à l'essence de votre Être.

Relâchez toutes vos tensions, toutes vos souffrances dans toutes vos dimensions. Choisissez de vous réconcilier, de vous pardonner, de vous apaiser. Choisissez d'être pur bonheur, comme vous l’êtes en vérité depuis toujours et à jamais, au plus profond de votre Cœur.

Certains parmi vous éprouvent de la difficulté à se retrouver face à eux-mêmes, à se détendre, à se recentrer. Certains doutent même de leur propre perfection, voire encore plus de celle des autres...

Nous vous offrons une méditation simple pour vous aider à dépasser les apparences et à retrouver votre Esprit. Nous l'appellerons la méditation des sens.

Vous avez appris qu’il était spirituel de renoncer aux sens, aux plaisirs des sens, que vos sens ne cessent de vous tromper et de vous mener sur les sentiers de la perdition. Nous affirmons exactement le contraire.

Certes, lorsque vous vous tournez sans cesse vers les distractions du monde extérieur, vous devenez dépendants de vos sens au point d’oublier votre Être. Lorsque vous vous identifiez à votre personnage, vous devenez les pantins de vos pulsions au point de rejeter toute réalité qui ne satisfait pas les attentes et les besoins de ce faux moi.

Lorsque vous vous sentez limités, prisonniers de vos addictions, agités, inquiets, luttant désespérément pour survivre, vous laissez un usurpateur gouverner à la place du roi sur l’empire de vos sens !

Ce ne sont pas vos sens qu’il faut blâmer, mais seulement leur mauvaise utilisation. Lorsque vous dites que vos sens vous trompent, lorsque vous parlez des illusions des sens, ce ne sont pas vos sens qui se trompent, c’est leur interprète : votre mental-émotionnel, votre faux moi auquel vous avez imprudemment confié les clefs de votre Royaume.

Prenons un exemple simple et connu. Quelle ligne vous paraît-elle la plus longue ?
<-----> >-----<
Ne confondez pas la réalité dite objective avec les élaborations, les suppositions, les hypothèses et les théories de votre mental. Lorsque celui-ci cesse d'interpréter le flot de données transmis par les sens et lorsque vos émotions cessent de s'agiter, les perceptions et les sensations redeviennent claires.

Comme dans l'exemple ci-dessus, lorsque vous cessez de pointer votre attention vers l'extérieur, vers les distractions, vers les rêves, lorsque vous dirigez votre attention vers votre corps, puis vers votre Cœur, alors votre conscience se libère de ses limites et l'Esprit peut se contempler lui-même.
Centrez-vous dans votre Cœur, au centre de votre Cœur, dans une lumière toujours plus vive. La lumière, c'est par la vue que vous la percevez.

Développez votre vision. Reconnaissez votre lumière, voyez la lumière chez tous ceux que vous rencontrez, au-delà des apparences. Observez la lumière dans tous les objets qui vous entourent. Affinez votre vision, comme s'il existait toujours une réalité plus fine, plus vaste, plus subtile, plus riche, plus réelle. Soyez totalement présents à votre vision. Soyez le témoin émerveillé devant la splendeur éblouissante de l'Amour universel. Vous devenez le Soleil de votre vie. Vous êtes un Cœur Soleil qui illumine tout ce qui l’entoure, en vous et autour de vous.

Croyez-vous que votre Cœur soit seulement lumière et couleurs ? Essayez maintenant de l’entendre. Certains captent des mélodies, des vibrations, un Son. Écoutez le chant du silence, immergez-vous dans cet océan de vibrations. Soyez attentifs. Écoutez le chant de votre Cœur, ce murmure à la fois silencieux et mélodieux, ce son subtil et puissant, cette mélodie riche et simple, cette vibration qui contient tous les bruits de tous les univers, toutes les chansons de tous les êtres. Ressentez l'harmonie. Laissez-vous bercer par le Chant du Créateur dans toutes les vibrations que vous recevez et que vous émettez.

Vous touchez votre Cœur, votre Cœur vous touche. Il est infiniment proche de vous. Il est la plus intime de vos sensations, la plus douce des caresses, le plus tendre des baisers, la plus affectueuse des étreintes. Abandonnez-vous à la chaleur, à la douceur de son contact. Sentez-vous protégés, touchés par sa présence. Soyez présents à vous même et au monde avec douceur.

Vous êtes si proches que vous pouvez sentir le parfum de l'Amour dans la brise qui vous rafraîchit. Sentez sa présence invisible et légère. Respirez le nectar de votre Cœur, qui s'ouvre comme une fleur enivrante, faites-le circuler en vous et offrez cette fragrance à tous les êtres que vous rencontrez ou que vous percevez à distance.

Vous pouvez enfin goûter ce bonheur, sa robustesse et sa subtilité. Vous êtes choyés, nourris, comblés, remplis, complets, unis à la Matrice Universelle. Vous pouvez alors offrir à votre corps une nourriture ajustée, et nourrir en chacun le meilleur de lui-même.

Chaque sens peut être utilisé pour mieux communier avec votre Cœur. Nous vous disons : sachez jouir de vos sens, les sublimer, les accorder à votre Cœur essentiel.

Et ainsi, au-delà des apparences, du passé et des devenirs, réalisez cette vérité : tout est Amour. »

31. Oct., 2018

Le jardin des Étoiles.

Lorsque le ciel m'invite à contempler le jardin des Étoiles, j'entends cette poésie.

« Chères flammes de lumière éternelle, nous vous aimons depuis si longtemps.

Vous vous demandez qui nous sommes !
Nous sommes les Étoiles, les gardiennes de votre mémoire. Nous sommes des phares pour les voyageurs célestes. Nous sommes des guides sur le chemin de votre éveil. Nous sommes des miroirs de votre être véritable.

Vous nous demandez qui vous êtes !
En vérité, vous n’êtes pas ce que vous croyez être. Vous n’êtes pas des êtres humains limités, mortels, perdus dans l’obscurité d’un bagne. Votre réalité immortelle ne peut se comprendre. Elle ne peut se concevoir ni se décrire.

Avant même que l’univers ne soit créé, vous étiez immergés au sein de l’Absolu. En vérité, vous êtes l’extension de la béatitude infinie.

Vous êtes des Étoiles incarnées. L’espace est votre demeure. L’éternel printemps est votre saison. Votre âge est celui de la jeunesse éternelle. Votre temps est celui de l’éternel présent. Vous êtes l’éternité.

Même si vous l’avez oublié, vous n’êtes pas ces corps. Vous êtes des explorateurs de l’espace. Depuis bien longtemps, vous voyagez de dimensions en dimensions en suivant le fleuve de la Vie, celui que vous appelez la Voie Lactée. C’est pour vous, c’est par vous que l’univers a été créé, pour que votre imagination et votre créativité s’y expriment sans limites. Vous avez choisi d’oublier tout cela pour un instant, et vous vous êtes endormis sur une minuscule planète. Les Étoiles que vous êtes sont alors devenues des Belles au Bois Dormant.

Vous nous demandez ce que vous êtes venus faire !
Vous nous avez confié une mission. Celle de vous réveiller, au moment où vous l’avez choisi. Vous nous appelez des Étoiles, mais nous sommes simplement vos frères et vos sœurs. Le temps est venu de vous réveiller, de vous souvenir que vous êtes des extensions de l’Amour infini. Il est temps de réaliser que notre séparation n’a jamais existé. Il est temps de redevenir les phares de votre vie.

Souvenez-vous. Vous êtes venus sur Terre pour épouser la paix. Vos corps ne sont pas des prisons, mais ils sont vos demeures, des joyaux de votre Terre puissante, féconde et généreuse.

Imaginez une demeure entourée d’un jardin. Vous êtes l’architecte et le bâtisseur de cette demeure. Vous avez quartier libre pour créer comme il vous plaît. Choisissez la surface, la hauteur, et la couleur qui vous conviennent. Cette villa comporte 9 portes et de nombreuses pièces. Un bureau, une cuisine, des chambres, des salons, une salle à manger, un hangar, une buanderie, etc. Et n’oubliez pas le local à poubelles.

Avez-vous imaginé un squat, un abri de jardin, un dépotoir, une ruine, une porcherie ? L’avez-vous vue ouverte à tous vents, en désordre, remplie de poussières et de détritus ? Ou préférez-vous créer plutôt une villa de luxe, un domaine, un château, une abbaye ? Avez-vous meublé votre maison avec goût ? Est-elle habitée par de belles personnes ? Avez-vous bien choisi vos invités ?

Cette demeure est l’image de votre corps, et chaque pièce en représente un organe. Par exemple, la salle à manger peut représenter la bouche ; la cuisine, l’estomac. Le local à poubelles, les intestins. Le bureau, la tête. Et la chambre à coucher.. à vous d’imaginer le reste ! En tant que maître de votre demeure, tous les jours, vous devez ranger, nettoyer, réparer, entretenir et parfois changer la décoration. Vous ne laissez pas entrer n’importe qui, n’est-ce pas ?

Passons maintenant au jardin. Créez-le à votre guise.

Le laissez-vous en friche, impraticable, improductif, habité par toutes sortes de bêtes sauvages ? Ou préférez-vous plutôt planter un potager, un fruitier, un espace décoratif fleuri, laissant ici ou là un coin de nature habité ? Vous appréciez probablement la présence d’oiseaux, d’animaux de compagnie, d’êtres de la nature, visibles et invisibles… Vous aimez certainement offrir cette beauté à tous vos invités. Autour ou au milieu de ce jardin chante un ruisseau. Au dessus brillent le Soleil et les étoiles.

Ce jardin représente l’espace de votre Cœur. Vous êtes comme les jardiniers de votre Cœur, dans le temple de votre corps.

Le fleuve de votre vie ne s’arrête jamais. Un jour, vous poursuivrez votre voyage vers d’autres cieux et vers bien d’autres créations. Vous êtes des Soleils, vous êtes les Étoiles de vos univers. Alors, célébrez avec nous la joie de vivre, la joie d’être car nous vous accompagnons toujours. »

29. Oct., 2018

Question de point de (nuage en) vue.

Nous ne percevons pas le monde qui nous entoure tel qu'il est, mais tel que nous sommes capables de le percevoir, en fonction de notre niveau vibratoire. Personne ne perçoit le monde de la même manière, car sa perception dépend de ses filtres sensoriels et psychiques.

Prenons quelques exemples.
Sous l'effet de ses hormones, l'amoureux trouvera que la vie est belle, merveilleuse. On dit qu'il voit la vie en rose.
Conditionné par ses programmes mémoriels, un autre vivra dans la peur et dans la violence, jusqu'à la destruction.
Un troisième, poussé par son avidité ou par son orgueil, voudra dominer les autres et être le roi du monde. Il verra la vie sous l'angle de la performance, de la richesse et du pouvoir.
Un autre encore, ou le même, en fin de vie, dans la souffrance et dans solitude, trouvera que le monde est cruel et que la vieillesse est un long naufrage.
On peut ainsi multiplier les exemples. Mais est-ce vraiment cela la "vraie" vie ?

Au-delà des filtres sensoriels, il y a le filtre du mental. Celui-ci comporte, en gros, trois niveaux, comme un nuage. Pour l’image, je vous invite à randonner en montagne par temps de pluie et de brouillard.

Vous rencontrez d’abord la couche nuageuse qui reflète l'obscurité du sol sur lequel tombe la pluie. Ce niveau est analogue au côté inférieur du mental qui est relié aux émotions, qui les verbalise, qui les justifie, qui les juge, qui aimerait les contrôler. Ce mental est agité, instable.

En poursuivant votre randonnée, vous vous retrouvez au centre de la brume. Votre vision est limitée, limitante, partielle. Vous devez choisir votre chemin, mais vous avez du mal à le voir. Vous pouvez redescendre, car c'est facile et connu. Vous pouvez écouter ce disent les autres, suivre les avis de la majorité, des autorités, ou des "experts". Le problème est qu’ils sont eux-mêmes dans la brume et qu’ils vous font tourner en rond.

Ce deuxième étage est celui de l'intellect. Il est question ici de mettre de l'ordre et de la clarté dans le chaos. Mais il n’est pas facile d’y voir clair et de bien choisir. Il y a des tâtonnements, des expériences, des hypothèses, comme dans la méthode scientifique. La recherche est sans fin.

Heureusement, une clarté brille à travers la brume, et votre intuition vous invite à la suivre. Alors, vous choisissez de l’écouter et de poursuivre votre randonnée vers l’inconnu.
Après une montée éprouvante, souvent en solo, vous sortez enfin de la mer de nuages. Le ciel s’éclaircit, le soleil brille et lorsque vous regardez le paysage, tout est éclairé, évident.
Vous êtes au niveau du mental supérieur intuitif, inspiré, illuminé.

Le temps est venu de redescendre dans la vallée vers votre demeure. Vous retrouvez au passage vos amis égarés dans les nuages. Vous pouvez indiquer à ceux qui perçoivent votre clarté et qui vous le demandent, la direction vers la lumière. Mais vous ne pouvez pas les convaincre, les forcer, randonner avec eux, ni faire le chemin à leur place. Nous ne serez pas forcément bien accueillis par les experts et les autorités en matière de brume et de nuages. Inutile de vous attarder.

Puis vous retrouvez votre maison sous la pluie. Mais il y a maintenant une profonde différence par rapport au début de votre randonnée. Dehors, il pleut encore parfois. Mais le soleil brille dans votre cœur, dissipe en vous la brume et éclaire désormais la vallée de votre vie.

28. Oct., 2018

Et si tout était vivant ?

Tout est vivant dans l'univers, de la plus infime des particules atomiques au plus vaste amas de galaxies. Tout est relié, de l'infiniment petit à l'infiniment grand, par un lien d'amour qui se décline à tous les niveaux, de l'évidence au subtil et à l'invisible.

L'intellect humain peut comprendre les lois de la matière, et appelle cette connexion amoureuse la gravité, les forces électromagnétiques, atomiques, etc. mais il ne comprend pas que tout est vivant. Ironiquement, il se place au sommet de l'évolution.

Pourtant, l'intellect humain, malgré ses performances, est entaché de graves défauts. En fait, l'usage actuel de cet organe et de cette fonction a pour effet, et peut-être pour but, d'asservir et d'être asservi, de limiter, de diviser, de décortiquer et de contrôler et d'être contrôlé.

L'être humain intellectualisé pense avoir la capacité de réfléchir et de prendre des décisions éclairées, de contrôler, de dépasser les pulsions de sa nature animale, de se comporter en être "civilisé".

Mais est-ce vraiment le cas ? Si cela était, pourquoi les guerres sont-elles incessantes et de plus en plus destructrices ? Pourquoi la course à la production pousse l'humain à surexploiter tous les systèmes jusqu'à se détruire lui-même ? Pourquoi l'humain nourrit son besoin de paix et de sécurité par une prolifération de contraintes de plus en plus complexes et sophistiquées qui l'enferment dans des prisons subtiles ? Pourquoi l'humain est-il incapable de reconnaître et de respecter la vie dans toutes ses expressions, y compris chez ses semblables ?

Au moins les animaux, les plantes, les minéraux ne nuisent pas au reste de la création. Les animaux n'ont pas besoin de leur intellect pour suivre leurs instincts, ni de la chimie pour rester en santé. Les plantes n'ont pas besoin de l'intellect pour s'adapter aux changements climatiques et pour évoluer vers des formes élaborées. Depuis des milliards d'années, le règne minéral assure sa fonction de soutien matériel au reste de la création en s'adaptant à toutes les contraintes matérielles, de vide, de pression et de température. Et pourtant, on parle de matière inerte, non vivante !

Tel un moucheron sur le dos d'un éléphant, l'intellect humain, incapable de réaliser les performances des autres règnes, s'est accordé la première place et le droit de tout exploiter.

Inversons maintenant le paradigme.
Et si le règne minéral était le plus ancien et donc le plus sage de tous les autres règnes ? Voit-on un cristal dévier un seul instant de sa nature, et cela depuis des milliards d'années ? Qui d'autre est capable d'une telle performance ?

C'est son invariabilité qui lui permet de soutenir tout le reste des autres règnes. Ainsi, l'état cristallin ne manifesterait-il pas l'Esprit tout autour de nous, dans le concret, dans la matière, et dans les moindres parties de notre propre corps ?

Seul un humain libéré des bridages de son intellect pourrait le reconnaître, et s'en inspirer humblement. Le modèle de vie cristallin est un état stable et invariable par nature. Il constitue une base qui soutient tout.

Un cristal est donc un pont vers notre Esprit. C'est pourquoi il est important de le respecter et de l'aimer, tout comme le reste de la création. N'est-ce pas ?

24. Oct., 2018

Et si vous nourrissiez votre lumière ?

« Chères flammes de lumière éternelle, nous vous aimons depuis si longtemps.

Vous êtes tous des Êtres de pure lumière incarnés dans la densité. Aussi, ne cherchez pas votre lumière à l’extérieur, dans l’espace infini, dans un quelconque culte solaire, dans la contemplation du ciel étoilé. Ne cherchez pas votre source dans les espaces lointains, éthérés de votre Être.

Le plus simple et le plus rapide est d’écouter votre corps, au sein duquel se trouve le cœur de votre Cœur, votre cellule originelle, votre atome primordial, l’expression de votre Être véritable. Votre corps connaît bien les lois de la matière. Et si vous l’écoutez, il saura vous guider sur le chemin de l’amour.

Choisissez de nourrir votre lumière et de vous de nourrir de lumière.

Vous avez faim ? Invoquez d’abord la lumière. Plongez au Cœur de votre Être. Il est déjà immergé dans la lumière. Ouvrez donc votre Cœur pour accueillir la lumière de la vie qui vous entoure. Plus vous nourrissez la lumière, plus vous en disposerez et plus vous pourrez la condenser.

« Mais il fait nuit ! » . « Mais il y a des nuages ! » . « Mais je suis enfermé dans les murs d’un bâtiment ! » . « Mais mes yeux sont aveugles ! » . « Mais je suis épuisé ! » . « Mais je n’ai pas le temps ! » . « Mais c’est utopique, impossible ! », etc.

Pour la lumière de votre Cœur, il n’existe aucun "mais", pas de nuit, point de repos, point de sommeil et point de mort.
Pour la lumière de votre Cœur, il n’existe point de nuages, point d’éclipses, aucun obstacle.
La lumière de votre Cœur ne connaît aucun mur, aucune limite, aucune prison.
La lumière votre Être jaillit de l’infini, d’une vastitude insondable.

Imaginez une Galaxie, un nuage formé de milliards d’étoiles multicolores et de nébuleuses déployant leurs délicates draperies. Au centre de cette Voie Lactée, un astre d’une puissance inconcevable spirale vers d’autres dimensions. Votre Dieu intérieur manifeste la force et la délicatesse de sa perfection dans le jaillissement permanent d’une lumière éclatante. L’image d’une Galaxie n’est qu’un timide reflet de la splendeur de votre divinité.

Ainsi, nourrir la lumière, c’est nourrir votre essence. Se nourrir de lumière, c’est la rayonner.
Nourrir la lumière, c’est la voir, c’est la reconnaître dans tous les Êtres et dans toutes les circonstances.
Se nourrir de lumière, c’est savoir explorer ses propres ombres et les voir disparaître pour toujours dans la claire conscience de votre Être véritable.

La claire conscience est attention, permanence immuable. Elle n’est pas affectée par le monde. Elle ne s’attache à aucun paysage ou personnage extérieur ou intérieur. Elle ne réagit à aucune situation. Elle transcende les voiles des sens grossiers et subtils. Elle reste éveillée dans le rêve dont elle transcende toutes les dimensions. Centrés dans le Cœur, ressentez la vacuité de cette conscience vaste comme l’Infini.

Le joyau dans le lotus éternel de votre Cœur resplendit au-delà de toute impermanence. Mais lorsque l’Être semble oublier son essence, il parait réagir dans le monde par des attirances ou par des peurs qui semblent l’enchaîner à l’impermanence des courants tumultueux de la vie.

Vous devez donc apprendre d’abord à vous alléger de toute pensée, de tout jugement, de tout désir et de toute peur pour vous libérer de vos croyances dans ce faux monde et pour redevenir des maîtres de lumière. Dans le vrai monde, tout est lumineux et tout ce qui réduit la lumière a disparu.

Dans l‘étape suivante, vous apprenez à aimer sans limite et sans conditions pour redevenir des maîtres d’amour et de compassion, de vrais maîtres au Cœur éveillé.

Ces deux étapes peuvent être suivies simultanément. Il est possible de se détacher du monde en aimant de tout son Cœur, avec gratitude et compassion. Il est possible de se libérer des ses propres chaînes en aidant tous les êtres.

La perfection est le signe du divin. La perfection ne voit, ne peut voir et concevoir que la perfection. Ce qui pourrait être qualifié d’erreur, d’échec, de faute ne concerne pas votre Être véritable. La perfection est votre essence, mais elle n’est pas de ce monde.

Nourrissez-vous de lumière. Déchirez tous vos voiles. Oubliez toutes vos fausses identités temporaires. Relevez-vous dans la perfection de votre divinité.

Plongez-vous dans la lumière de votre Cœur, au centre de votre Être.
Que la lumière soit votre nourriture à tous les étages de votre être, des plus sublimes aux plus denses.
Que votre lumière déploie son intense douceur.

Dans notre Cœur, l’espace est sans limite.
Nous vous accueillons parmi nous sans réserve et sans conditions.

Que l’Amour, la Paix et la Joie éclairent votre chemin.
Dans la lumière de votre Cœur, nous vous accompagnons toujours. »

22. Oct., 2018

Face aux dragons.

Je me trouve devant une sorte de tribunal où des êtres ressemblant à des dragons se sont rassemblés.
Il semble que l’ordre du jour soit d’énoncer son verdict à un condamné à mort après lui avoir fait avouer son crime et l’avoir obligé à renoncer à sa foi qui consiste à ne choisir que l’amour.
D’une voix autoritaire et terrifiante, le juge dragon énonce ainsi la sentence et ses attendus.

« Nous sommes vos anciens, les gardiens de la matière, les maîtres de ce monde.
En vous incarnant, vous êtes devenus nos prisonniers, nos esclaves.
Il est inutile de vouloir vous échapper, nos murs sont infranchissables.
Notre pouvoir est immense, à la mesure de la densité.
Nous avons quitté la source pour créer notre propre univers.
Un univers de séparation dans lequel règne la seule vérité : la loi du plus fort.

Les insolents, les rebelles à notre autorité, nous les écrasons comme des cafards. Ici bas, rien ne nous résiste. Nous sommes les maîtres de la division, de la destruction et de la mort. Sachez que partout où nous nous trouvons, la terreur, le mensonge, la violence, les souffrances sont à notre service.
Il est impossible d’échapper à l’enfer que nous avons implanté dans vos têtes et qui prolifère sur toute la planète. Depuis des millénaires, nous sommes les seigneurs de la guerre et nous régnons sur votre humanité.

Nous n’avons aucune pitié pour les faibles, pour les infirmes, pour les idiots.
Incapables de vous concentrer, de suivre un cap quelconque, vulnérables à la moindre critique ou provocation, impulsifs, cupides, lubriques, belliqueux, assez stupides pour vous entre-tuer et pour vous autodétruire, vous les humains, êtes des créatures méprisables et dégénérées, issues d’une expérience ratée. Vous méritez vos malheurs dont le spectacle pitoyable est notre distraction. Vos peurs, vos colères, vos passions, vos cris et vos pleurs sont notre succulente nourriture.

Nous faisons croire à certains d’entre vous qu’ils sont les meilleurs, les plus dignes, les plus forts. Que leurs armes sont puissantes et qu’ils peuvent impunément trafiquer, vendre des esclaves, épuiser les ressources de la Terre, tout saccager, modifier le climat, créer des murs, des religions, des doctrines politiques, des méga-firmes.
Mais ils restent pour nous des poux aux prétentions risibles que nous pourrions éliminer d’un simple souffle. Nous pourrions les écraser sans même nous en apercevoir, mais nous préférons leur laisser faire le travail à notre place. Ils sont si fiers de maintenir le bétail dans son enclos, celui de vos croyances, de vos passions animales, de la fausse richesse et de ses faux espoirs. Nous laissons à votre troupeau juste assez pour survivre, et à ses bergers ce qu’il faut pour que ce spectacle ne cesse de nous nourrir.

L’humanité est si bête et si conditionnée que nous n’avons plus besoin de nous cacher. Nous apparaissons maintenant dans vos films, dans vos livres, dans presque tous vos spectacles, et même ceux pour les enfants dont l’innocence fait notre régal et dont la chair constitue un délice suprême. Personne ne s’en inquiète, au contraire. Nous produisons aussi les aliments avec lesquels vous vous empoisonnez, les médicaments avec lesquels vous vous soignez, vos vêtements artificiels et toxiques, vos habitats surpeuplés, la technologie qui vous contraint toujours plus, vous obsède, vous affaiblit et vous asservit encore davantage, les drogues qui entravent votre jugement et stimulent votre dépendance.
Les humains bâtissent leur propre prison. Ils admirent la couleur des barreaux. Ils élisent et vénèrent leurs gardiens. Comment être plus stupides ?

Mais venons-en au fait.
Ainsi, accusé, tu as trois possibilités.
Te soumettre et rentrer dans le troupeau.
Nous servir et devenir riche et puissant, tant que tu nous obéis, comme tu l’as déjà fait.
Ou t’obstiner dans ta foi et être détruit.
Alors, que choisis-tu maintenant ? »

D’une voix douce et paisible, contrastant avec le ton du juge, l’accusé prononça des paroles qui semblaient venir d’une autre dimension, totalement décalée par rapport à la gravité de la situation.

« Je n’ai que faire de votre puissance et de vos propositions. Vous l’avez dit vous-même, votre puissance ne règne que sur le faux monde de la séparation. Les richesses que vous promettez sont les chaînes et les boulets avec lesquels vous nous rendez esclaves. Vos plaisirs déviants sont des poisons violents. Votre sécurité et toutes vos promesses sont seulement des cordes avec lesquelles vous me pendrez un jour ou l’autre.
En vérité, le monde que vous décrivez est limité et incertain, car dans ce monde là, la lutte pour le pouvoir suprême est impitoyable et permanente. Très prochainement, n’en doutez point, chacun d’entre vous sera décapité et remplacé par plus fort que lui, puisque telle est votre loi.

Je me tiens aujourd’hui devant vous à cause de mes actions passées, alors que j’étais l’un de vos intendants. Je reconnais à présent mes erreurs. Aussi, je plaide coupable.

Je souhaite désormais ne vivre que dans l’Amour, et retrouver enfin la paix de mon origine. Vous ne pouvez en aucun cas atteindre l’essence divine que je suis car, je vous l’affirme, l’Amour règne en maître sur le temps et l’espace. C’est pourquoi je ne reconnais que l’Amour et je m’abandonne totalement à Lui.

Ne voyez-vous pas qu’ici bas, le temps emporte tout, que tous les royaumes de cet univers, si vastes et si puissants soient-ils, si sombres ou si lumineux soient-ils, seront un jour réduits en cendres, et qu'il n’en restera plus aucun souvenir. Alors à quoi bon servir ce qui n’est pas éternel ?

Enfin, puissants frères de l’Ombre, je vous promets qu’un jour, chacun d’entre vous serez à ma place, afin de vous pardonner ce que vous avez fait. Et c’est ainsi que cessera votre cauchemar. »

Sur un ton tonitruant, hors de lui, le juge des dragons vociféra alors la sentence.
« Pour nous, l’amour et l’éternité dont tu parles ne sont que des chimères, des bonbons, des contes à l’eau de rose pour enfants naïfs. L’amour n’existe nulle part. Par contre je constate que tes propos démontrent ton arrogance et ton obstination, et que l’exécution doit être effectuée sans délai. Gardes ... ! »

Et c’est alors que je sortis de cet étrange rêve.

21. Oct., 2018

Rien n’est plus important que l’Amour.

« Rien n’est plus important que l’Amour.

Le seul enseignant et le seul enseignement est l’Amour.

Purifiez vos pensées en méditant sur l’Amour. Focalisez votre concentration sur l’Amour pour qu’il croisse en vous. Ne cherchez plus l’Amour en dehors de votre conscience au centre de votre Cœur.

Plus vous vous approcherez du Soleil de votre Soi immortel, plus il vous paraîtra vaste et puissant.
Ce n’est pas lui qui change, qui s’élargit, qui s’intensifie, mais seulement votre perspective, votre ouverture et votre abandon à l’Amour.

N’oubliez jamais que l’Amour dépasse toute description et toute représentation. N’oubliez jamais que la Vérité ne se laisse entrevoir que par un Cœur pur, humble, amoureux et léger comme la lumière. 

Il est possible de développer une conscience amoureuse en répétant le nom de Dieu. Par le chant, par la danse, par la peinture, la sculpture, la musique, les vibrations, les couleurs, les formes. Mais soyez conscients que toutes ces créations restent au niveau de l’illusion de la matière. Vos efforts dans ces domaines devraient rester l’expression de votre conscience tournée vers l’Amour.

La nature s’exprime au travers de symboles. Il est juste de comprendre la signification profonde de ces symboles en dépassant le niveau mental. Telle est la fonction des mathématiques et de la géométrie sacrées. Ne cherchez pas à résoudre des problèmes, dépassez les jeux du mental, et saisissez plutôt le sens des nombres et de leur représentation, afin qu’ils deviennent pour vous comme les briques d’un palais dont le souverain est l’Amour. 

Que l’Amour de votre Cœur éclaire les mystères de la création et du Créateur, qu’il vous aide à dissoudre vos limites, à réaliser que l’Amour est votre vraie nature et qu’il est présent en chacun. »

19. Oct., 2018

Communion avec le collectif des Êtres de Lumière.

Communion avec le collectif des Êtres de Lumière.

« Nous vous aimons depuis si longtemps !

Par ces termes nous reconnaissons la Flamme éternelle qui brille dans vos Cœurs.

Dans votre monde, l’Amour vous paraît fragile, fugitif, impermanent.

Les Flammes de vos Cœurs semblent briller timidement dans les ténèbres denses de l’oubli, de la peur et de l’ignorance, comme des étoiles minuscules et évanescentes dans un univers obscur.

Les Flammes de vos Cœurs vous paraissent vaciller dans les égarements de vos vies, condamnées à disparaître, emportées par les tempêtes vers les écueils du désespoir.

Les Flammes de vos Cœurs sont apparemment enchaînées dans les cachots de vos secrets, derrière les murailles infranchissables et les gardes impitoyables de votre obscurité.

Les Flammes de vos Cœurs seraient condamnées à être enchaînées au cycle des renaissances et à leurs tourments.

Dans les cauchemars de vos nuits obscures, l’Amour meurt en exil.

Mais ce n’est pas la réalité. Les vents cycloniques de votre monde ne peuvent ni éteindre, ni altérer, ni modifier, ni même faire vaciller ou réduire la Sainteté de cette Flamme. Les maîtres du karma ne peuvent pas modifier votre destinée, ni entraver votre essor.

Dans notre conscience, l’Amour est la seule réalité. L’Amour est la seule permanence.

Dans nos Cœurs, l’Amour immortel est plus éclatant qu’un Soleil.

Vous chercher à augmenter l’éclat de la Flamme dans votre Cœur ?

Aimez. Aimez toujours. Aimez sans condition. Aimez intensément.

Vous cherchez à devenir des Maîtres de l’Amour ?

Aimez. Aimez encore. Aimez à chaque instant.
Le temps n’est pas avare de ses secondes. Ne soyez pas avares de votre Amour : offrez-le à chaque seconde !

Vous voulez être reconnus comme des Maîtres de l’Amour ?

Cessez de vouloir. Aimez tout simplement. Aimez la flamme qui brille dans le Cœur de chacun de vos frères et sœurs. Aimez jusqu’à oublier toute autre réalité que l’Amour.

Pour un instant, fermez vos yeux.

Déposez toute attente, tout besoin, tout désir, toute préoccupation, tout tracas et tout attachement.

Laissez de côté votre mental, ses opinions, ses pensées, ses émotions, ses élans, et éventuellement ses répulsions, ses résistances, ses contractions et ses souffrances.

Donnez congé au monde.

Générez un espace sacré au centre de votre Cœur, un état dans lequel la beauté célèbre le Sublime, et laissez-le rayonner tout autour de vous.

Un écrin de bonheur.
Un jardin de Paix.
Un chant de Joie.
Un hymne à la Liberté et à l’Amour.
Une porte ouverte sur l’infini.

Présentez-vous ainsi dans l’espace de votre Cœur.
Soyez légers, détachés, ouverts, rayonnants.
Célébrez votre Lumière, votre Origine.
Offrez votre Amour, et accueillez l’Amour de la Vie qui vous entoure.
Laissez éclater votre Joie.

Au-delà des ténèbres de l’oubli et de l’ignorance, au-delà de tout nom et de toute forme, reconnaissez la nature lumineuse infinie et intemporelle de l’Amour.

Que votre conscience s’éveille au-delà du monde et de ses limites.
Que votre volonté dépasse toute impermanence.
Que votre Cœur embrasse l’infini.

Lorsque vous vous présenterez dans cet espace sacré,
vous nous y trouverez toujours. L’Amour de nos Cœurs réunis y brillera comme un Soleil. Et cet instant sacré deviendra notre éternité.

Nous vous aimons depuis si longtemps ! »

17. Oct., 2018

Sur la Terre de la Paix suprême.

En cette période de turbulences collectives, voici un partage méditatif sous la forme d'une invitation à nous réunir dans la Terre de la Paix suprême.

Les disciples du Maître étaient réunis en un cercle, comme des colonnes de lumière formant un dôme qui s'élevait vers un Soleil éclatant. Comme à l'accoutumé, le Maître désigna un disciple pour énoncer l'enseignement du jour. Ce disciple commença par témoigner de l'expérience qu'il venait de vivre dans sa méditation.

« Guidé par l'Amour des Maîtres de lumière, mon esprit voyageait dans l'univers de ma conscience et explorait la Réalité, au-delà des illusions du corps et du monde. J'avais appris à me centrer dans l'espace du Cœur et à aimer sans cesse. J'étais prêt à poursuivre cette expérience, avec gratitude.

J'eus l'impression de sombrer dans un gouffre insondable. L'obscurité était dense, intense. Je me sentais comprimé à l'infini. J'avais l'impression d'être plongé dans un immense trou noir.

La solitude, la contraction, la douleur me paraissaient réelles, tangibles, étouffantes, insupportables. Je sentis alors la terreur. J'essayais en vain d'échapper à des ennemis redoutables, à des monstres hideux et menaçants, aux figures de mon enfer. J'étais submergé par le déferlement des vagues d'un océan déchaîné. J'avais l'impression de sombrer dans un trou de désespoir sans fin. D'être enchaîné dans d'une prison d'impuissance, de ne trouver aucune issue et de perdre toutes mes forces. Au royaume de la peur, tout était emporté, détruit. J'étais abandonné, perdu.

Je sentis alors au plus profond de mon être une Présence. Un témoin. Un silence. Une force. Je pouvais m'abandonner, me détendre. J'étais toujours vivant, et rien ne pouvait m'atteindre ou me détruire.

J'eus alors l'impression changer de plan de conscience, de pénétrer dans la profondeur d'une Paix absolue. La puissance était inconcevable et unifiait les vastitudes océaniques des univers multiples, Un état d’être où tout était pur Amour, tout ce que je suis. »

Après quelques minutes de silence extatique, le disciple énonça l'enseignement du jour.

« Lorsqu'elle prend l'apparence de la Terre, l'énergie-matière réunit et équilibre les opposés. Elle semble en effet régie par deux maîtres dans lesquels l'illusion voit deux adversaires.
L'un des adversaires est connu sous différents noms, et notamment sous celui de Prince des Ténèbres. On l'appelle parfois le Tentateur, l'Ange déchu, le Diable, l'Adversaire. Il règne sur la matière par la densité, par la contraction, par la force la plus condensée. Il détermine des limites. Il brise les faiblesses, détruit les possessions, les objets de pouvoir, les attachements, les hésitations, les résistances, les inerties. Dans l'illusion, l'action du Prince des ténèbres engendre la violence, la peur, la destruction, la souffrance, le malheur, la maladie, la mort.

Un Maître du Cœur est libre de tels jugements. Ces adversaires apparents ne connaissent et ne servent en réalité qu'une seule loi, celle de l'Amour. Un Maître dépasse le jeu des contraires et déploie pleinement la volonté de l'Amour dans le jeu éternel de la création.

Celui que l'on appelle parfois le Prince de ce monde est un facteur essentiel du changement et de l'évolution. Son action détruit l'ancien, l'irréel, l'illusion. Le Prince des ténèbres délivre l'aspirant de ses illusions, de ses chaînes, de tout ce qui le retient encore loin de lui-même, de tout ce qui le détourne de la voie de l'Amour. Il oblige l'aspirant à cesser de vouloir prendre, de posséder et de dominer, à abandonner les jeux de pouvoir, et à s'alléger.

Les ténèbres forgent la volonté de manifester la lumière. Elles testent la détermination, la force et la constance. Elles aident l'initié à plonger profondément dans sa nature primordiale, à s'unir intensément avec sa réalité immortelle, à aimer avec toute la force de son Cœur.

Lorsque le Maître affirme avec puissance et avec autorité :
« Je rayonne sans cesse et sans faillir l'Amour avec toute la force de mon Cœur car je suis un Soleil immortel », le secret du Prince des ténèbres se dévoile:
« L'obscurité ne peut pas s'opposer à la lumière, car l'obscurité n'est pas réelle. Le vide ne peut pas résister car il n'est pas consistant. De même, le feu et la lumière de ton Cœur suffisent à faire disparaître l'illusion de l'ignorance. Le Prince des ténèbres n'existe pas ! »

Ainsi, le combat apparent entre l'ordre et le chaos, entre le bien et le mal, tout cela est irréel. Il n'existe qu'un seul processus, celui du changement, de l'éternel renouveau. »
Les propos suivants répondirent à plusieurs questions à propos de la Terre.

« Ce qui est appelé l'élément Terre est encore un symbole de l'Amour, un visage du Sans Nom.
Le principe de la Terre manifeste la volonté, la force, la puissance.
La Terre peut être dense ou subtile.
Lorsque l'énergie-matière se manifeste dans la densité, elle est la base solide, la fondation et la matière première de toute la création. Sa solidité est protectrice.
La Terre manifeste aussi la fécondité. Son essence est la maternité : la capacité de donner naissance, de renouveler, de structurer la croissance.
La Terre se cultive. Elle est un berceau pour les graines, elle porte la récolte.
La Terre conserve les cristaux, les éléments chimiques, les briques élémentaires de la matière. Elle abrite le règne minéral.

Le Maître atteint la maîtrise de la terre en épousant la fécondité. Lorsque sa volonté d'offrir l'Amour est intense, un Maître est capable de matérialiser et de dématérialiser tout objet, dense ou subtil.

Pour atteindre la maîtrise, il faut cultiver d'abord ses Terres intérieures.
La Terre représente un défi pour l'intelligence, un jardin pour cultiver les qualités du Cœur, un ressort pour l'énergie de la vie. La vie quotidienne est un tremplin pour déployer la volonté d'aimer.
La Terre du mental doit être libérée de ses barrières, de ses rigidités, de ses identifications, de ses préjugés, de ses jugements, de ses croyances, de ses opinions.
La Terre du mental doit être fécondée par l'intelligence de l'Amour. Alors, le mental s'ouvre aux intuitions, aux inspirations, aux idées neuves.

La Terre des émotions, des sentiments doit être délivrée de ses attentes, de ses frustrations, de ses attachements, de ses besoins, de ses agitations.
La Terre émotionnelle est destinée à devenir un canal de l'amour inconditionnel, à offrir ses prières et à déployer les qualités du Cœur que sont l'appréciation, la reconnaissance, la bienveillance, la douceur, la compassion.

La Terre se trouve dans la vie de toutes les cellules, dans l'énergie qui réunit tous les organes du corps physique et dans l'élan qui propulse chaque action. Ton corps est ton cristal, ton bijou.

Manifester la maîtrise sur la Terre, c'est agir avec le Cœur, à partir du Cœur.
La Terre est le cadre de la vie quotidienne, de l'incarnation. Aucun geste, aucune attitude, aucune parole n'est banale pour le Cœur. Chaque instant offre une occasion d'aimer, de servir, de sourire, de s'émerveiller, de remercier, de bénir, d'exprimer et d'offrir seulement l'Amour. »

Alors le Maître inonda l'assemblée de sa vibration puissante et amoureuse.

« Que la graine de l'Amour pousse dans la Terre de vos Cœurs. Libérez-vous des illusions. Que votre Amour pour tous les êtres se déploie dans l'Amour infini. Que Vos Cœurs soient purs comme des cristaux de lumière, puissants comme des Soleils, et qu'ils donnent naissance au nouveau Ciel et à la nouvelle Terre. Alors l'Univers pourra disparaître dans la Réalité, dans le Un sans nom et sans forme, dans la Paix suprême. »

Ses dernières paroles vibrent encore dans la Paix de nos Cœurs.

12. Oct., 2018

Et si nous chantions ensemble ?

Je me suis réveillé avec le rappel de la puissance de l'invocation, de la parole sacrée, de la joie intérieure qui se reconnaît en chacun(e). Alors la lumière de l'amour est venue illuminer ma nuit.

L'invocation n'est pas une prière, ni une demande, mais un chant célébrant la puissance de la Source omniprésente qui joue à cache-cache derrière nos nuages.

J'ai alors invoqué, c'est à dire célébré, la présence des êtres aimés, des proches, mais aussi des absents, partis vers d'autres cieux, des adversaires, des inconnus, ici ou sur d'autres planètes. A chaque fois, la flamme tressaillait de la même joie délicieuse.

Aussi, je formule cette invocation :
« Quels que soient ceux et celles que je rencontre, que mes paroles soient toujours des offrandes qui résonnent depuis mon cœur, et célèbrent ainsi la lumière en chacun(e). »

Et si nous chantions ensemble ?

11. Oct., 2018

Le baptême du Feu.

Nos chants bourdonnaient doucement sur nos lèvres. Puis les dernières notes firent place au silence.

Une clarté éclatante baignait les cimes enneigées, jusqu'aux vallées les plus profondes.

Était-ce la présence du Maître de lumière manifestant sa Bonté ?
La mélodie de notre étoile chantant la gloire de la Source ?
Le reflet de nos Cœurs transfigurés par le bonheur ?

Un Amour sans limites irradiait dans toutes les directions.
J'avais l'impression de pouvoir sonder les mystères de la nature et d'en percer tous les secrets.

J'apercevais la danse étourdissante des atomes en chaque corps. En même temps, ma conscience s'étendait dans l'espace et transcendait toute limite.
L'univers entier ne formait qu'un seul Cœur vibrant, tel un merveilleux bijou, une infime poussière, avant de disparaître dans l'infini Sans-Nom.

Puis ce fut le temps de l'enseignement.

« Les éléments, les corps et les objets sont en réalité des processus, des symboles cachés dans la Nature. Seul le Cœur éveillé peut découvrir ces mystères et parvenir à leur maîtrise.

Le principe du Feu est la lumière de la conscience, l'énergie de la Vie, la force de transmutation, la puissance de la matière, l'unité étalon de la Création.
L'action du Feu est radiation, purification, transmutation, sublimation, transfiguration.
Le principe du Feu montre l'exemple du don sans conditions, du pardon, de la bénédiction, du service, de l'offrande, de la gratitude, du détachement, de la générosité, de l'abondance, de la force, du réconfort.
Le principe du Feu éclaire le chemin vers la Source, vers la Vacuité, vers l'Amour absolu, dans tous les univers.

Comme le Feu, le Cœur ne prend rien, ne possède rien, ne garde rien, ne retient rien.
Il n'est différent et séparé de rien ni de personne.
Le Cœur est perpétuel devenir, éternel renouveau.
Il pénètre tout, il soutient tout, il contient tout, il renouvelle tout.

La chute, l'ombre, la mort résultent de l'oubli de la réalité.
Prendre, garder, posséder, c'est s'attacher à une chimère.
Croire que les objets sont réels et permanents, et leur donner de la valeur, c'est s'enchaîner pour un temps à l'illusion de la peur, de la souffrance et de la mort.
Pour un temps seulement, car l'illusion n'est qu'un mirage inconsistant, un rêve qui disparaît comme le temps.

Ce qui est permanent, c'est le mouvement, le changement, le renouveau de l'Amour immortel.

Ce qui est réel, c'est l'Amour.
La Vie est le souffle lumineux de l'Amour. La Joie est son parfum et la Paix sa demeure.

Attachez-vous seulement au Feu éternel du Soleil de votre Cœur.
En aimant toujours de tout votre Cœur, brûlez sans cesse l'impermanente illusion.
Et renaissez de vos cendres à chaque instant. »

10. Oct., 2018

Sur les Vagues de l’Amour 4.

Me voilà revenu à nouveau sur la plage de mon initiation. La vague du tsunami atteint cette fois la hauteur d’un immeuble de plusieurs étages et elle s’approche lentement sur toute la longueur de la côte avec une force irrésistible.

Je ne cherche pas à m’échapper ou à m’envoler cette fois. J’accueille sans résistance l’instant présent, j’abandonne tout à l’Amour jusqu’au plus profond de mon être.

Je me sens profondément en paix, léger et amoureux.
Je peux arrêter et figer l’avancée de la vague géante. Je peux admirer sa puissance et la beauté de ses eaux turquoises. Je découvre l’écume immaculée qui couronne sa crête. Dans mon émerveillement, j’ajoute quelques poissons tropicaux multicolores, des dauphins, des étoiles de mer, des coquillages et toutes sortes de créatures marines.

Si je le souhaite, cette vague peut se montrer menaçante ou au contraire disparaître totalement lorsque je ne la regarde plus. En souriant, je la fais ainsi apparaître et disparaître à volonté. J’éprouve une sensation de liberté joyeuse et de détente totale.

J’aperçois d’autres promeneurs sur cette plage. Ils observent mon sourire et acceptent de ne plus se laisser submerger par leurs peurs. Ils sont prêts à écouter l’Amour leur enseigner la Paix.

« Les vagues de vos rêves reflètent vos pensées et votre énergie du moment.
Ces manifestations ne pourraient se produire si elles n’étaient pas soutenues par la force de la Vie universelle.
Lorsque cette force est purifiée et libérée de toute croyance, de toute peur, de tout attachement, de toute fausse identification à des enveloppes et à des situations temporaires, l’Amour révèle alors toute sa puissance.
Soyez toujours confiants. Sur le chemin de l’Amour, l’Amour est toujours présent. »

9. Oct., 2018

Sur les Vagues de l’Amour 3.

L’enseignement se poursuit ensuite en extérieur avec plusieurs élèves, en présence d’un instructeur de type asiatique qui me fait penser à la Mongolie.
Nous nous trouvons devant une grande sculpture en forme de corne, au bout de laquelle a été taillé avec finesse un oiseau de la taille d’un faucon. L’ensemble est réalisé dans la pierre la plus dure et il s’en dégage à la fois une impression de finesse et de grande solidité.
Du moins, c’est ce que je croyais, car je vois l’oiseau devenir vivant, s’envoler, changer de taille et de couleurs plusieurs fois au gré de mes envies, se poser à différents endroits dans le paysage.

Puis l’animal revient se poser au bout de la corne et reprend sa forme rocheuse initiale. Le cycle recommence ainsi plusieurs fois.

Le sourire de ce Maître est éloquent.

« Vous êtes habitués à croire que la matière qui vous entoure est solide et figée. Au point d’oublier que cette énergie bouillonne de vie.
Ici, je vous montre que la matière est une forme dense et neutre de l’Amour. Ainsi, la matière prend la forme de vos pensées. La résistance de la matière est donc le reflet de votre propre résistance à croire que l’Amour est la seule réalité. Avant de changer la forme des objets que vous utilisez dans le monde physique, la Maître commence par fluidifier et par transmuter la matière de ses croyances.
La force de l’Amour révèle la réalité de l’Amour. 
Tout cela est un jeu de création passionnant et amusant ! »

8. Oct., 2018

Sur les Vagues de l’Amour 2.

Maître K disparaît à nouveau, et je me retrouve dans une salle avec une femme enseignante et quelques élèves.

Elle réalise une curieuse démonstration : marcher dans toutes les directions en changeant de taille. Pour commencer, elle fait le tour de la pièce en marchant sans hésiter et sans tomber sur le mur, puis au plafond à l’envers. Elle traverse ainsi la salle et redescend sur le mur d’en face.

Elle parcourt ce trajet de plus en plus vite, en réduisant sa taille à celle d’un moineau, puis elle s’arrête devant nous, reprend son apparence initiale, et explique, en silence.

« Dans votre monde matériel, vous êtes habitués à constater l’effet de la pesanteur sur votre équilibre et vous l’avez maîtrisé pour pouvoir mener les activités concernant votre corps physique. Mais nous nous trouvons ici dans un monde subtil, dans lequel la pesanteur n’a pas d’effet car elle n’existe pas. Ce monde est le reflet de vos pensées.
Ainsi, si vous décidez de marcher au plafond et de voler comme un oiseau, la seule résistance que vous puissiez rencontrer est celle de votre croyance que ce n’est pas possible. Vous avez tellement l’habitude de la pesanteur et de ses limites, qu’il vous paraît impossible d’y échapper, même dans votre rêve.
Libérés de telles croyances, les Maîtres savent non seulement voler librement dans l’espace des mondes subtils, mais aussi dans celui les mondes matériels les plus denses. Leur foi dans la puissance de l’Amour est sans limites. »

7. Oct., 2018

Sur les Vagues de l’Amour 1.

Lors d’un rêve, Maître K apparaît et me rappelle en silence un enseignement que je pourrais traduire par ces paroles : « Répète en toutes circonstances « Je suis un être divin ». Sensorise ce mantra, pénètre toi profondément de cette vérité, ressens l’effet de cette affirmation sur ton champ d’énergie et apprécie la perspective que te procure ce point de vue. Pratique cela quelles que soient les difficultés. Sois de plus en plus vigilant et constant dans ta pratique. »

Maître K disparaît alors, me laissant découvrir le paysage de mon rêve. Je me trouve sur une plage, devant une mer dont les vagues atteignent des hauteurs impressionnantes. Je vois alors se dresser devant moi quatre vagues, ou plutôt quatre tsunamis successifs, dont la hauteur est de plus en plus élevée.

La répétition du mantra me rend léger. En le répétant, je peux m’envoler, et je m’élève facilement au dessus de trois premières vagues.
La quatrième vague est beaucoup plus haute et plus impressionnante que les précédentes. Je continue à m’élever dans la joie, constatant que ces vagues ne peuvent pas m’atteindre.

Maître K réapparaît alors : « Allons maintenant au-delà de tout cela. ». Je me retrouve alors sur un plan de conscience à partir duquel je peux percevoir mon corps, le monde, les vagues, comme des projections de mon esprit dans un théâtre de marionnettes.

Dans cette réalité, il n’y a plus de "moi", de "je", d’"autre", plus de forme ni d’espace-temps. Seulement une sensation intense de bonheur, de liberté sans limite, de paix, de lumière, d’énergie puissante et d’Amour.

L’enseignement se poursuit. « Tu te trouves ici dans la réalité des Maîtres de lumière. Cette réalité, tu dois l’atteindre en dépassant les limites de tes croyances. Les vagues de ton rêve te montrent tes propres peurs. Elles sont les conséquences de tes croyances erronées à propos de toi-même, à propos des autres et à propos du monde. Tu dois apprendre à te libérer de tes croyances et de tes peurs, et la Réalité de l’Amour apparaîtra alors dans sa pure splendeur. »

A suivre...

3. Oct., 2018

Ainsi parle l'Amour.

Ce jour là , le Maître recevait ses disciples dans sa demeure de lumière. Un cercle s'était formé. Une sphère de recueillement et de silence se faisait si dense et si puissante que la paix semblait palpable.

Depuis le Cœur du Maître, un faisceau d'énergie irradiait en direction du Cœur de ses disciples. L'amour changeait de couleur à chaque instant, et ses faisceaux dansaient en tournoyant, dessinant des spirales merveilleuses dont l'arc en ciel se déployait au loin dans les alentours.

« Maître, comment peut-on devenir immortel comme toi ? »

Cette pensée avait surgi d'on se sait où, et elle fut aussitôt captée par l'ensemble du groupe. Une éruption de lumière éclatante jaillit alors dans le Cœur du Maître, et tous les disciples se sentirent submergés par torrent d'amour indicible, par un bain de Vie si puissant qu'ils se sentirent rajeunis.

Le Maître ne parlait presque jamais. Mais il lui arrivait de diriger sa main en direction d'un disciple. C'était un signe pour désigner celui qui énoncerait l'enseignement du jour, tel qu'il l'avait reçu. Tour à tour, chaque disciple était ainsi mis dans la situation d'abandonner toute demande et toute attente, de dépasser ses peurs. Il devait oser, donner, aimer sans conditions, et suivre l'exemple du Maître.

Le Maître ne corrigeait jamais personne. Il montrait seulement. La bonté rayonnait dans tous ses gestes, dans tous ses actes, dans tous ses regards. Le disciple chargé d'enseigner savait qu'il ne serait ni jugé, ni critiqué. La confiance du Maître était totale et touchait son Cœur. Le disciple devait donc trouver les mots justes pour exprimer sa vérité la plus intime.

Alors le disciple ouvrit la parole. Les yeux mi-clos, souriant, il parlait lentement, avec douceur, avec le ton d'un ancien qui parlerait à son enfant, comme un amant s'adresserait à sa bien aimée. Une lumière irradiait de son Cœur comme celle d'un soleil levant. Le Maître lui-même s'exprimait à travers lui.

« Pour devenir immortels, vous devez maîtriser les cinq éléments. Ces éléments sont en réalité des symboles. Ils sont la manifestation d'un visage de Dieu, l'expression d'un aspect du Sans Nom.

Vous pouvez commencer par l'Eau, par la Source de la Vie. La maîtrise de l'eau vous donnera accès à la maîtrise des autres éléments. L'eau physique vous paraît dense, concrète et réelle. Mais pour un Maître, l'eau est d'abord un symbole, et si vous trouvez la clef de ce symbole, vous atteindrez la maîtrise de cet élément et de sa manifestation dans le concret.
Cette clef vous permettra par exemple de marcher sur l'eau, de changer le cours d'un fleuve, d'écarter les eaux de l'océan, de transformer l'eau en tout autre liquide, solide, ou gaz. Vous pourrez aussi transformer vos corps en eau pour danser dans les vagues comme un dauphin. L'eau se renouvelle sans cesse et elle ne connaît pas de limites.

La clef de la maîtrise est l'amour, et sa serrure se trouve dans votre Cœur. Ouvrez votre Cœur. Laissez couler le fleuve d'Eau vive et vous trouverez la Source même de la Vie.

Pour commencer, ressentez simplement la texture de l'eau, froide et dure comme la glace ou douce et enveloppante comme l'eau du ventre maternel...
Ressentez l'eau qui circule dans votre corps, dans le sang, qui baigne et nourrit les cellules, qui nettoie tous les organes. Laissez surgir le souvenir de toutes les expériences qui ont eu un rapport avec l'eau depuis votre naissance. Retenez les expériences les plus importantes, celles qui vous ont le plus marqué. Retrouvez toutes les sensations que vous avez éprouvées.
Ressentez la transparence et la beauté des couleurs de l'eau, le vert et le bleu turquoise, la pure blancheur d'un nuage, la clarté chatoyante d'un arc en ciel.
Savourez l'odeur d'un champ après la pluie, les parfums d'une promenade en bord de mer. Sentez la puissance des vagues. Plongez dans la profondeur de l'océan et de ses mystères insondables. Laissez circuler l'eau subtile des émotions et des sensations.

Cherchez encore au-delà, plus en profondeur, plus au centre. Dans le silence le plus profond et le plus vaste de votre Cœur, suivez le courant du fleuve jusqu'à l'océan, jusqu'aux nuages... Jusqu'à la Source. Jusqu'au visage de Dieu. Contemplez le symbole du Sans-Nom et immergez-vous totalement dans cette extase. Ce voyage vers l'immortalité ne peut être accompli que par votre Cœur.
Sur ce chemin, vous n'êtes jamais seuls. Le Maître est toujours avec vous.»

Ses paroles s'évaporaient comme des bulles de lumière de plus en plus intenses. Le disciple s'immergea dans une extase silencieuse qui s'étendit au reste du groupe. Plus que jamais, les disciples ressentirent la fluidité de l'amour qui circulait entre les Cœurs. Un courant de gratitude, de bonté, d'humilité. Chacun était à cet instant une goutte dans un océan de lumière. Chacun communiait à l'unisson d'un même Cœur.

L'un après l'autre, les disciples reprirent le cours de leur vie. Mais désormais, ils offraient sans cesse la lumière et l'amour qui jaillissaient de la fontaine, au centre de leur Cœur.

2. Oct., 2018

Au Jardin du Cœur.

Au jardin de l'Amour, chaque Cœur est une fleur qui s'ouvre,
qui offre son parfum, qui déploie ses formes délicates
dans un hymne souriant et gracieux à la lumière multicolore.

Au jardin de la Joie chaque Cœur est un fruit mûr qui offre ses saveurs pour renaître à la Vie.

Au jardin de la Paix, chaque Cœur est un arbre qui s'enracine dans la profondeur, qui s'élève sans cesse vers la lumière pour honorer sa Source.

Au jardin du Bonheur, chaque Cœur est un Soleil éclatant qui rayonne sa lumière chaleureuse et qui nourrit la Vie.

Au jardin de la Liberté, chaque Cœur est une étoile qui danse dans l'espace galactique et qui explore l'infini.

30. Sept., 2018

Soyez des alchimistes de lumière.

Un alchimiste de lumière doit apprendre à maîtriser les quatre éléments.

D'abord, il ne doit pas confondre la lumière et le feu. Les portes et les fenêtres s'ouvrent pour accueillir le jour, mais se ferment pour se protéger des flammes. Et si les autres vous jettent de l'eau et des pierres, c'est simplement leur manière de vous indiquer que vous êtes en train de brûler.

La deuxième leçon est de savoir quand parler et quand se taire. C'est comme le vent. Agréable lorsqu'il est doux et stimulant, mais combien destructeur lorsqu'il se transforme en cyclone. Qui ne fuirait pas devant une telle furie ?
Si les gens se bouchent les oreilles quand vous parlez, laissez tomber le mégaphone. Et s'ils ouvrent de grands yeux, apprenez simplement leur langue.

Tout le monde aime habiter dans un lieu sûr, un décor paisible, sur une Terre fertile. Mais qui bâtirait sa maison sur une faille, en plein désert, au pied d'un volcan actif qui peut exploser à tout instant? Marchez, plantez, certes, mais sans faire trembler la Terre!

Lorsque l'alchimiste de lumière parle d'amour, est-il comme un lac qui reflète l'éclat de la Terre, du Ciel, du Soleil et des Etoiles ? Ou, au contraire comme le raz-de-marée qui surgit de l'océan et ravage tout sur son passage? Êtes-vous un torrent fougueux qui déchire la montagne, ou une mer qui accueille tous les cours d'eau?

Alchimistes de lumière, quel est votre totem ? Le Chat ou le Tigre? Le Dauphin ou le Requin? La Colombe ou l’Épervier? L'Or ou le Plomb?
Personne ne fuit devant un chat, un dauphin, une colombe ou de l'or, n'est-ce pas?

Ayez donc confiance. Les autres n'ont pas besoin de vous. Par contre, ils vous montreront parfaitement l'état et le niveau de votre maîtrise.

29. Sept., 2018

La force de l'humilité.

Lorsque la lumière vous montre la faille chez les autres,
elle montre surtout que l'autre n'est qu'un miroir qui pointe directement sur ce qu'il est temps de guérir et de transmuter en vous-même.

Lorsque le conflit éclate, pour rompre le cycle des jugements et de la destruction, il est grand temps de faire preuve d'humilité, de bienveillance et de compassion, non point seulement envers les autres, mais d'abord envers soi-même.

Et lorsque la guérison et la transmutation seront complètes en vous, il en résultera une paix que même vos anciens adversaires aimeront célébrer avec vous.

En effet, la fausse lumière rejette et lutte contre l'ombre, ou la fuit. Elle perpétue le cycle de la destruction. La vraie lumière transmute l'ombre.

Comme dans la pierre philosophale, la conscience (philosophie=amour de la sagesse=la connaissance de soi) et l'expérience (la pierre=le corps) s'unissent pour transmuter les comportements et les mémoires d'attaque, les mécanismes de défense, les souffrances (le plomb en or). C'est ce qui permet à l'alchimiste de manifester sa divinité intérieure (trouver l'immortalité).

24. Sept., 2018

Avoir la foi dans la lumière du Un.

Quatre messages pour aujourd'hui (rattrapage des autres jours ?)

"Le doute est juste une perte de mémoire. Il suffit de se souvenir de notre origine et d'en faire l'expérience pour que le doute disparaisse."

"Travailler, c'est servir. Servir c'est bénir et c'est guérir. La bénédiction (pardon) et la guérison libèrent."

"Lorsque l'obscurité domine, la foi est la lumière. Avoir la foi, c'est s'abandonner à la lumière, la laisser rayonner à travers soi et ainsi sortir des ténèbres."

"La vraie lumière est celle du Un, quels que soient les noms et les formes qu'on lui donne. Pour certains c'est le Christ, pour d'autres le Bouddha, ou le Tao, etc. Peu importe car le Un est toujours au-delà, sans nom et sans forme."

11. Sept., 2018

Et si vous marchiez dans la lumière ?

Savez-vous savourer le simple fait d'habiter un corps vivant, qui sait ce dont il a besoin pour se réguler, pour rester en bonne santé et pour vivre ?

Et savez-vous marcher dans la lumière ?

Toute préparation commence par la détente. Alors je vous invite à respirer, à lâcher le mental, à écouter et à ressentir votre corps.

Les organes fatigués qui ont besoin de récupérer. Les organes tendus et contractés qui résistent et qui ont besoin d’être détendus. Les organes douloureux qu’il faut considérer, accompagner et permettre de se réparer. Respectez-vous les rythmes de votre corps, son endurance, ses besoins ?

De quoi avez-vous besoin pour cette balade ? De bonnes chaussures et chaussettes afin que les pieds soient confortables ? Un sac à dos ? Des bâtons ? Une tenue de rechange ? Un chapeau ? Une boisson ? Etc…

Savez-vous où aller ? Faut-il une carte, un GPS, une application de terrain ? Savez-vous vous orienter ? Connaissez-vous le chemin ? Quels horaires prévoyez-vous ? Avez-vous pensé à consulter la météo ? Avez-vous un objectif, et le matériel adapté, par exemple pour observer ou pour photographier ?

Ou rien de tout cela, simplement pieds nus et tels que vous êtes ?

Toutes ces questions facilitent la préparation et vous permettront de lâcher prise pendant la balade.

Et maintenant, quel chemin choisissez-vous de suivre ?

Tout commence bien évidemment par ralentir le pas.

Puis calez vos respirations sur vos pas.

Si vous pouvez fermer les yeux, faites-le, au moins pendant quelques pas. Faites qu’ils deviennent alors des baisers à la Terre… Attention, si vous chutez, ce ne seront pas vos pieds qui embrasseront la Terre.

Sentez-vous sur votre peau la chaleur ou la fraîcheur, la sécheresse ou l’humidité, la douceur ou la dureté … ?

Sentez-vous les fluides qui circulent dans votre corps et dans toutes ses cellules, le sang dans les veines et dans les artères, la lymphe et tous les liquides ?

Sentez-vous vos poumons qui se gonflent et se dégonflent, votre ventre qui digère, le soutien de vos os, la coordination des muscles et des ligaments, l'apaisement de votre système nerveux, de votre cerveau, les battements de votre cœur qui vibrent au rythme de votre joie intérieure ?

Vous pouvez vous inspirer de la démarche d'un animal. Je ne parle pas de la position à quatre pattes, difficile à éviter si vous n'avez pas ouvert les yeux depuis tout à l'heure.

Vous pouvez par exemple avancer avec la souplesse d'un félin, ou avec la détermination d'un éléphant, la légèreté d'un chevreuil, ou l’esprit de tout animal qui vous inspire. Il est aussi possible de se sentir oiseau en épousant la sensation de liberté et de changer d'animal selon les circonstances.

Sentez-vous l'impact de vos pas sur la Terre ?

Laissez maintenant émaner de votre cœur un rayon de lumière arc-en-ciel qui vous montrera le chemin. Ainsi, vous pourrez emprunter des chemins de lumière vers des mondes subtils et invisibles.

En écoutant finement vos vibrations intérieures, vous pouvez maintenant percevoir les dimensions subtiles des pierres, des arbres, des herbes, des animaux, des humains, autrement dit des êtres et de la vie qui vous entoure.

Ainsi, à présent, vous percevez tout ce qui se passe dans votre corps et sous vos pieds. Et vous pouvez commencer à amplifier le mouvement de l'Amour qui s'élève depuis les profondeurs de la Terre mère porteuse, et qui monte jusque dans votre cœur, régénérant au passage tous vos organes.

Laissez votre conscience s'expanser et ressentir les espaces qui vous entourent dans des dimensions que seul l'Amour peut atteindre. Laissez la lumière de l'infini rejoindre votre cœur immortel et savourez l'éternel instant présent.

Libres, sereins, paisibles, puissants, vous avancez maintenant dans la lumière, dans ce monde, et au-delà, tels des soleils de paix.

8. Sept., 2018

Et si vous deveniez un canal de l'Amour ?

Et si vous deveniez un canal de l'Amour ?

Voilà en quoi cela consiste.

Lorsque vous en avez l'inspiration,
mettez-vous dans un état de détente et de réceptivité.
Respirez, avec simplement l'intention de vous détendre,
de vous ouvrir, d'être présents et disponibles.

Donnez congé aux mondes matériels.

Ouvrez vos sens subtils et écoutez votre corps, avec votre cœur.
Écoutez finement, au-delà de vos sensations,
de vos émotions et de vos pensées.

Ressentez à la fois la vacuité et la plénitude,
la vastitude d’un océan de lumière omniprésent,
et l'amour puissant de la Terre
qui s'unissent en dansant au cœur de votre cœur.

Baignez-vous dans cet amour lumineux.
Laissez-le œuvrer à travers tout votre être.
Remerciez et savourez.

Vous pouvez alors reconnaître et accueillir
les énergies des êtres qui se présentent à vous librement.
Ensuite et si vous le sentez, scannez les champs d'énergie de ces êtres
et laissez la lumière universelle faire son travail à travers vos mains.

Lorsque l'harmonisation est complétée,
vous pouvez bénir les êtres qui repartent dans le subtil
et remercier l'Amour qui vous a traversé.

Ce processus doit rester totalement spontané.
Ne cherchez rien, ni personne.

Mais cela développera votre perceptivité
et la sensation d'être et de vivre dans l'Amour.

Alors l'Amour vous permettra d'explorer d'autres mondes.

7. Sept., 2018

À propos de la loi.

Dans une humanité primitive, la loi est imposée par la force, inspirée par la cupidité et par la terreur. Elle emprisonne, écrase et détruit les êtres avec brutalité.

Dans une humanité semi-primitive, ou primitive élaborée, la loi est appliquée par la contrainte, imposée par une minorité, inspirée par le profit et par la peur. Sous couvert de la sécurité et de l'intérêt général, elle enferme, contracte, rapetisse les êtres et les égare dans la complexité.

Dans une humanité de lumière, la loi est celle du respect, de l'amour, de l'intelligence et de la liberté. Elle stimule, ouvre et élargit les cœurs dans la simplicité.

Dans quelle humanité choisissons-nous de vivre, d'instant en instant ?

A titre d'exemple, voici une version des 5 Accords du Code de la Route.

Avant de conduire :

1. Bien préparer mon véhicule, mon itinéraire, mes affaires, et moi-même.

En conduisant :

2. Ne jamais hésiter.

3. Ne jamais vouloir être ailleurs qu’à l’endroit où je me trouve.

4. Ne jamais vouloir que les autres conducteurs conduisent autrement qu’ils ne le font.

En toutes circonstances

5. A chaque instant, rester détendu et rayonner l’Amour.

On ne peut parvenir à l'étape 5 sans avoir respecté les étapes précédentes, sauf pour celles et ceux qui sont passé(e)s maîtres dans l'art de conduire.

Pourquoi compliquer davantage ? Et pourquoi limiter cette pratique à la seule conduite d'un véhicule ?

5. Sept., 2018

Soyez psychologue. (3)

Avez-vous intégré les séances précédentes ? Avez-vous la sensation de mieux vous connaître vous-mêmes ?

Pourtant, en nous définissant en fonction de notre répulsion ou notre attraction envers le monde, autrement dit par rapport au monde, nous ne faisons que décrire les méandres de notre personnage.

Lexique : notre personnage est aussi appelé selon les traditions, notre ego, notre personnalité temporaire, transitoire, notre faux moi, notre prima materia, notre pâte à modeler (ça, c'est pour les enfants).

Mais ne sommes-nous qu'un personnage ? Qui sommes-nous lorsque le monde a disparu?

Pour nous connaître nous-même, il faudrait donc pouvoir nous détacher de l'emprise de notre pâte à modeler, n'est-ce pas ? Vous avez alors deux solutions.

Soit vous attendez que le monde vous force à vous en détacher, par exemple lorsque vous perdez tout, ce sera difficile et douloureux car il y a des chances que vous ne soyez pas vraiment préparés lorsque les épreuves arrivent.

Soit vous le faites volontairement, et ce sera alors beaucoup moins brutal, même si cela reste difficile. C'est donc cette voie que nous vous invitons à choisir.

Alors, vous connaîtrez votre Soi.

Lexique : le Soi est aussi appelé selon les traditions l'Être véritable, l'Amour, la Vibration primordiale, Dieu, le maître intérieur, l'Essence divine, la Vacuité, l'Ancien des Anciens, l'Alpha et l'Oméga, la Pierre Philosophale, le Sans Nom et Sans Forme, le Tout, l'Atma, le Soleil intérieur, le Souverain Intégral, etc. L'Ange gardien, ou le doudou (pour les petits).

Et vous pourrez incarner qui vous êtes vraiment.

4. Sept., 2018

devenez psychologues. (2)

Si vous avez bien suivi la pensée du jour précédente, vous devriez vous sentir bien seuls au monde. Avec cette vision, personne n'est digne de votre confiance, n'est-ce pas ?

Alors peur, colère ou dépression ?

Bienvenue dans le monde des coupables. Tous coupables. La vie est dangereuse. Il faut se méfier de tous et s'inquiéter de tout. La sentence est la mort. Tout le monde doit quitter ce monde un jour, et personne ne le quitte sans souffrir et sans mourir. Tel est le paradigme de la pensée dominante depuis des siècles.

Je vous propose maintenant de sortir de cette caverne en revenant à l'instant présent. L'idée consiste donc à identifier dans ce monde des endroits moins obscurs, des lieux et des êtres qui reflètent un peu de lumière. Et comme trop de lumière aveugle et blesse les habitants de la caverne, nous avançons tout doucement. Pour cela, commençons par reconnaître des sources de résilience qui nous permettent de rester vivants et d'être qui nous sommes.

Sentez ce qui se passe dans votre corps. Quels organes sont en forme ou en difficulté ? Sentez-vous vos poumons, votre cœur, vos reins, vos intestins, etc. ?

Observez le fonctionnement de votre corps. Pouvez-vous bouger, vous déplacer ? Que permet-il encore ?

Vous respirez, n'est-ce pas ? Comment respirez-vous ?

D'où vient le corps qui vous permet de respirer ? Ne pensez pas seulement aux parents. Pensez à la vie qui permet au corps de fonctionner. D'où vient-elle ? De milliards d'années d'évolution sur notre planète ?

Quant à la matière qui compose votre corps, d'où vient-elle ? De la Terre, des étoiles, de l'univers ?

Votre respiration se relâche ?

D'où vient l'air que vous respirez ? D'où vient l'eau que vous buvez ? D'où viennent les aliments dont votre corps se nourrit ?

Avez-vous remercié pour tout cela ?

Vos émotions et votre mental s'apaisent ?

Pouvez-vous maintenant reconnaître les mentors de résilience qui vous ont tendu la main à des moments importants de votre vie ?

Bien sûr, il y a les parents qui ont fait de leur mieux pour vous offrir un corps. La sage-femme qui les a assisté, et qui a fait également du mieux qu'elle pouvait. Les enseignants qui vous ont orienté dans la vie. Des bons moments passés avec des amis, à vous distraire lors de spectacles animés par des personnes que vous avez admiré. Des sourires et des paroles d'inconnu(e)s qui ont ranimé en vous l'espoir que l'humanité n'est pas si mauvaise, après tout.

Pouvez-vous remercier tous les êtres qui vous ont aidé d'une manière ou d'une autre ?

Que ressentez-vous à cet instant ?

Faites d'abord la liste des êtres que vous pouvez remercier, sans oublier personne. Et ensuite la liste des qualités que vous trouvez chez ces êtres. N'en oubliez aucune. Faites une liste aussi longue que possible et au moins aussi riche que celle que vous aviez établie hier.

Et on se retrouve demain pour la suite de l'aventure ?

3. Sept., 2018

Devenez psychologues. (1)

Savez-vous faire de la psychologie ?

Lexique : faire de la psycho, c'est regarder ce qui va ou qui ne va pas chez les autres. Ce qui est facile. Être psychologue, c'est reconnaître ce qui va mal ou qui va bien en soi. C'est une autre paire de manche. Mais heureusement, on peut commencer par faire de la psychologie pour devenir ensuite psychologue.

Prenez d'abord un peu de vitamine C. ( et aussi C comme c...)

Je vous invite d'abord à évoquer tous les personnages qui vous énervent, qui vous irritent, qui vous attristent, qui vous envahissent, qui vous abandonnent, qui vous violentent, qui vous volent, qui vous trompent, qui vous trahissent. Bref, toutes ceux et celles que vous ne supportez pas, ou qui vous servent d'exemple de ce qu'il ne faut pas faire, pas être.

Cherchez encore. Il doit bien y avoir des gens moins honnêtes, moins gentils, moins patients, moins éduqués, moins doués que vous, quand même.

Il n'y a pas que la famille. Vous pouvez élargir votre perspective en incluant vos collègues, vos ennemis, vos bourreaux, vos rivaux. Pensez aux files d'attentes, aux embouteillages, à votre percepteur.

Et si vous voulez encore élargir le tableau, alors regardez la fin du monde (pardon, les infos) à la télévision et vous trouverez encore plus de coupables de tous nos maux. Que penser de ceux qui se trouvent à la tête des plus grandes entreprises qui se chargent, pour notre bien-être, de notre santé, de notre nourriture, de nos boissons, de nos villes et de nos campagnes, de notre sécurité, de nos loisirs, de nos distractions, autrement dit de tous nos besoins, y compris de ceux que nous ignorions.

Pensez aussi aux chefs d'états. Bien sûr, pas qu'en France.

Et que dire de ceux qui tirent les ficelles sans se montrer ?

Comme vous devez déjà avoir beaucoup de travail, je vous laisse un peu de temps pour tout noter. Surtout, n'oubliez rien, ni personne.

A demain, pour la suite...

1. Sept., 2018

Le yoga du sourire.

Connaissez-vous le yoga du sourire ?

Le matin, lorsque vous vous réveillez, commencez à sourire. C'est facile, il suffit de tirer les lèvres en arrière et de plissez un peu les yeux. C'est comme si on étirait le visage. Comme cela, vous voyez, ce n'est pas fatigant.

Si à vos côtés se trouve votre belle, alors, souriez. A la place d'une belle se trouve un dragon ? Alors souriez encore. Mais il faudra songer à étirer aussi d'autres parties du corps.

Lorsqu'en ouvrant les yeux, vous voyez votre maison ruinée, vos biens en-volés, votre argent disparu, qu'est-ce qui est encore possible ? De sourire.

Lorsque le jour venu, il est temps de quitter ce corps, alors quel sera votre plus beau testament ? Votre sourire.

Mais il n'est pas si facile de sourire aux anges.

En effet, vous rencontrerez les examinateurs. Leur point de vue est simple. L'être humain est un raté, une erreur, il faut l'éradiquer. Pour montrer l'étendue de sa bêtise, inutile d'intervenir directement, car il suffit d'activer sa forte propension à s'entretuer et à s'autodétruire. Et alors, c'est du grand spectacle, d'une créativité exceptionnelle et d'une efficacité remarquable.

Permettez que je vous présente quelques examinateurs.

D'abord M et Mme Féroce. Inutile de détailler, leurs mains sont pleines de sang. Ils sont repoussants autant que redoutables.

Puis M et Mme Cupide. Rien a voir avec Cupidon. Ils sont insatiables, toujours frustrés, avides de tout.

Puis il y a ceux qui se cachent dans la forêt.

M et Mme Chène, qui s'attachent à tout, qui attachent tout. Ils enchainent. Ils ont aussi inventé le travail qui portent leur nom : le travail à la Chène.

M et Mme Bouleau. Ils ne jurent que par le faire, le rentable, le travail. Ils sont à l'origine de la devise : métro, boulot, dodo, ou travaillez plus pour gagner moins.

Mme Carotte et M Bâton sont les complices des époux Bouleau. Ils sont faciles à reconnaître. L'une est bien grasse et l'autre peu flexible.

M et Mme Saule Pleureur ne cessent de se plaindre de leur solitude. Ils sont les éternels victimes d'un complot familial, national, planétaire, lunaire, solaire, galactique... Puisqu'il y a des bourreaux, il faut bien des victimes. Ils assurent donc leur fonction à merveille.

Mais heureusement que M et Mme Sapin existent. Toujours bien sapés, parés de guirlandes, ils aiment l'apparat, les grands discours, le prestige, le succès, la richesse, le luxe. Occasionnellement, ils peuvent prêter attention aux autres. Mais il ne faut exagérer non plus. Chacun reçoit ce qu'il mérite. Et eux le mérite, ils aiment.

Leurs cousins sont M et Mme Epicé-a. Comme leur nom l'indique, ils sont accros aux épices, aux sensations fortes, à l'intensité. Sans cesse à la recherche de remèdes à la frustration.

Quant à M et Mme Par-Hêtre, ils sont imbattables en matière de jalousie. Leur méchanceté et leurs dettes sont si importantes qu'ils se retrouvent souvent sur la paille.

Parlons-en de la paille. Elle n'ose pas s'élever. Elle a honte de sa petitesse. D'ailleurs ils sont nombreux à la lui rappeler, ceux et celles qui la broutent ou qui la tondent sans cesse.

Notre petite ballade botanique en forêt nous donnerait encore bien d'autres occasions de sourire, de pratiquer le yoga du sourire à pleins poumons.

N'est-ce pas ?

31. Août, 2018

La fable des trois petits cochons.

Connaissez-vous la fable des trois petits cochons ?

Il y avait Bipbip qui savait courir vite, Rotiti qui pouvait s'envoler et Trautaupe qui aimait creuser des tunnels.

Certes, Bipbip n'avait jamais peur de foncer dans l'action, ou dans la fuite.

En s'envolant, Rotiti avait une vision d'ensemble, voyait les chemins, élaborait des stratégies, et ainsi aucun danger ne pouvait l'atteindre.

En creusant la terre, Trautaupe aimait montrer sa puissance, sa détermination, ou sa capacité à se cacher.

Mais Bipbip tombait facilement dans les panneaux. Rotiti peinait à rester au sol et Troptaupe ne voyait pas souvent le jour.

Alors, ils eurent l'idée de se rencontrer et de collaborer. Et c'est ainsi que les trois cochons devinrent des sangliers rapides, intelligents et puissants, et qu'ils surent assurer leur survie.

Mais bien sûr, c'était bien avant l'invention des fusils !

3. Juil., 2018

Un réveil dans la nature.

C'est maintenant l'époque où, dans la nature, les jeunes animaux sont sortis de leurs œufs, de leurs nids, et partent explorer le monde.

C’est aussi l'époque où la végétation exprime sa force et se déploie avec vigueur.

A travers ses minuscules animaux, ses arbres majestueux et ses innombrables créations, toutes issues d'une évolution qui dure depuis des milliards d'années, la nature enseigne les grandes lois cycliques de la vie.

Mais seule l'observation attentive et silencieuse de cette nature révèle la beauté, la puissance et l'intelligence de cette merveilleuse création.

C'est ce respect émerveillé qui permet à la conscience de se déployer dans les mondes subtils et invisibles, au corps de retrouver la source du bien-être, et au cœur de se syntoniser à la vibration du cœur de la Terre.

Oui, cette création est merveilleuse. Non pas dans sa manifestation toujours impermanente, mais dans son processus, dans ses vibrations, dans l'énergie d'amour qui est sa source, son support, son secret.

Et lorsque le cœur dit oui à la vie, il se met à briller comme un Soleil, la Vie lui révèle tous ses secrets et l’être retrouve enfin sa plénitude originelle.

1. Juil., 2018

C'est la Vie !

Vous êtes des maîtres incarnés, des dieux vivants. Qu'est-ce que cela signifie ?

Lorsque les pensées agitées se conduisent tels des feux folets, les émotions deviennent troubles et déviantes, les désirs obsédants et les angoisses inondent votre demeure de leurs poisons, alors il est plus que temps de vous replonger dans votre source intérieure de vie éternelle.

En effet, ces énergies turbulentes sont autant de signaux envoyées par des parties de vous-mêmes, des parties de votre corps, des peuples de votre royaume qui sont en grande difficulté.

Certes, lorsqu'un poisson s'agite hors de l'eau et montre les signes de l'asphyxie, quel est l'intérêt de comprendre le processus qui mène à la mort ? Ne suffit-il pas d'attraper le poisson avec douceur et attention, et tout simplement de le remettre à l'eau ?

La nature du corps est d'être en santé, véhicule de la vie éternelle. Alors plongez dans votre nature, respirez à pleins poumons l'énergie de l'amour et faites circuler cette lumière dans toutes les parties de votre être.

Prenez donc le temps de vivre, de retrouver le chemin de votre être et votre vie redeviendra éternelle.

30. Juin, 2018

On se tutoie ?

A propos du vouvoiement et du tutoiement.

Les maîtres (comme les Rois) vouvoient non seulement pour éviter la vibration du « tu es (=tué) » mais aussi parce qu’ils intègrent et incarnent la conscience de tout leur peuple, des différents collectifs de leur terre (cellules et organes) et parce qu’ils ont cessé de s’identifier à leur individu.

Le sens profond n’est pas toujours compris, car le "vous" est seulement considéré comme une marque de politesse et de respect envers l’individu, et non la reconnaissance du collectif qu'un être représente.
À noter : en anglais, on emploie le "you" et non le "thou" pour s’adresser à quelqu’un dans la conversation courante.

En principe, par symétrie, les maîtres emploient le "nous" en parlant d’eux-mêmes. Mais comme le sens profond du "nous" est mal compris, les maîtres incarnés doivent parfois faire des exceptions temporaires dans les relations sociales "ordinaires", dans les relations intimes, lorsque leur "fonction" ne peut pas être reconnue.

À noter : les très grands maîtres sont toujours en "fonction", car ils ont totalement intégré leur nature en toutes circonstances. Mais on ne peut pas brûler les étapes. Souvenons-nous de la fable de la grenouille qui voulait être aussi grosse que le taureau.

27. Juin, 2018

Soyez sages.

Alors que les élèves rêvent de devenir des maîtres,
les maîtres découvrent qu'ils sont des apprenti(e)s... Sages.

Et les Sages savent qu'ils étaient les élèves et les maîtres.

26. Août, 2018

Savez-vous apprendre ?

Nous n'intégrons pas les connaissances que nous voyons et entendons,
nous intégrons seulement celles que nous répétons, que nous vivons.

Notre responsabilité, en ce qui concerne les connaissances, consiste donc
à les pratiquer régulièrement et à les vivre.

Et à éliminer les connaissances superflues et inutiles.
Car la seule connaissance utile, permanente et durable
est la connaissance de Nous-même, sans cesse renouvelée.

26. Juin, 2018

Des graines de forêt.

La graine d'un arbre possède déjà toute la beauté, toute la puissance de la vie.
Mais pour que la graine devienne un arbre,
avant de manifester pleinement sa beauté et sa puissance,
il faut du temps, il faut de la patience, il faut du courage et de la persévérance.

Pensez à la nature du sol et du sous-sol, aux aléas du climat, aux insectes ravageurs, aux plantes invasives qui viennent entraver la croissance et même menacer la survie de la plante.

Les plantes qui réussissent sont celles qui vont sans cesse plus loin, plus en profondeur,
et qui savent puiser dans leur union avec la Terre la force de croître vers la lumière.

Sans jamais dévier de leur axe et de leur nature, ensemble,
les graines font ainsi pousser la forêt.

25. Juin, 2018

Vous souvenez-vous de votre vastitude ?

Votre Essence est si vaste qu'il a fallu du temps pour comprimer l'espace,
pour créer le Ciel et ses étoiles, la Terre et ses jardins,
autant d'abris pour des milliards de corps humains microscopiques.

Comme cette Essence ne peut se limiter à un seul corps,
ni se séparer d'Elle-même, ni se diviser en atomes,
Elle habite tous les corps en même temps,
et se cache dans le décor.

Vous êtes Cela. Votre Essence omniprésente le sait.

Et sans bruit, jour et nuit, à chaque instant,
Elle va et vient, à chaque souffle,
offrant à votre terre émerveillante
le bonheur de sentir la vie pulser dans son cœur,
à chaque obstacle, un moyen d'affirmer sa puissante vacuité,
et à chaque rencontre, une occasion de se souvenir d'Elle-même.

24. Juin, 2018

À l'encre de nous-même.

Si le monde est un livre, et l'âme notre plume,
En trempant cette plume dans l'encre de l'Esprit,
Notre roman nous permettra d'offrir
Le meilleur de Nous-mêmes.

Si le monde est un chant, et l'âme notre voix,
En nous mettant à l'unisson de l'Infini,
Notre chœur offrira sa douce mélodie,
Et nous vivrons enfin au rythme de la Vie.

23. Juin, 2018

Il est où, l'amour ?

Lorsque vous observez les objets et les êtres qui vous entourent,
lorsque vos rêves projettent des mondes inconnus
qui vous montrent les danses frénétiques des ombres et des lumières,
lorsque les vents deviennent des tornades
qui soulèvent et détruisent tout sur leur passage,
avant de s’évaporer, telles des brises légères et parfumées
de toutes les odeurs et les saveurs du monde,
alors souvenez-vous que tout cela se passe à la surface de votre Esprit.

Sachez que les tornades, au-delà des nuages, ramènent à l’azur
et qu’au cœur des cyclones règne toujours la paix.

Choisissez donc de toujours suivre la direction du Cœur de votre Cœur
et sachez qu’il est si vaste et si puissant que rien, ni personne, ne peut lui échapper.

22. Juin, 2018

Vers l'Unité.

Nous étions un seul être et nous étions en paix. Mais nous l’avons oublié et nous sommes devenus tels des rois déchus ayant perdu notre couronne. Alors l’uniformité a remplacé notre unité, et notre diversité a dégénéré en divisions.

Cette confusion se reflète dans tous nos conflits, dans toutes nos guerres, dans la violence et les souffrances de ce monde devenu le théâtre de notre propre démence dans un cycle d’injustices et de destructions sans fin.

Parfois, il y a des trêves, comme la présence et le soutien de parents et de proches bienveillants, la rencontre d’un conjoint merveilleux, la joie de vivre d’un enfant, des réussites et des réalisations diverses, des passions, des périodes d’abondance et de prospérité. Mais un jour ou l’autre, l’impermanence revient à la charge, comme pour nous rappeler que ce monde n’est destiné qu’à notre voyage et qu’il n’est pas notre demeure.

En période de conflits, nous pouvons toujours nous habiller de couleurs voyantes et chatoyantes, sans doute en souvenir de l’aura lumineuse de notre être véritable, ou nous barder d’uniformes équipés d’armes redoutables, curieuse expression de la devise : "protéger et servir." Mais c’est oublier que la violence appelle toujours la violence et qu’elle n’est jamais une solution pour retrouver la justice et la paix qui sont les clefs de notre royaume.

Tout cela peut changer, à condition de ne plus chercher les solutions à l’extérieur, dans ce monde, en corrigeant les autres. Acceptons et accueillons ce qui est. Puis retrouvons le souvenir de notre unité et osons ensuite la manifester avec simplicité. Il ne s’agit pas de convaincre, de juger et de forcer quiconque, d’avoir plus ou mieux, mais d’être.

Même sur le chemin de notre unité se trouvent des écueils, des mémoires et des implants subtils qui tentent de maintenir les doutes, les peurs, la séparation et l’égoïsme. Quand notre mental juge, notre corps et ses émotions souffrent. Mais qui a vocation à souffrir indéfiniment si tel n’est plus son choix ?

Osons renverser en nous les obstacles qui affirment que la paix serait utopique, ennuyeuse, impermanente, faible, achetable, réservée à une élite, opium du peuple, artificielle, facile à atteindre sans efforts ou perfection surhumaine.

La révolution de la paix est d’abord intérieure. Elle vise les ressentis, les sensations corporelles. Elle apporte de la détente dans les inconforts, l’harmonisation émotionnelle, élargit la vision. Elle réunit la conscience et le corps

Cette révolution demande à la fois un engagement total et un dépouillement du superflu. Une écoute fine et subtile de notre corps, de nos sensations, de nos émotions, de nos pensées, de nos inspirations et une puissance de rayonnement. Le respect de notre intégrité tout comme une bienveillance lucide et sans faille. Autant de qualités qui émergent naturellement de notre être profond.

Sur le chemin du retour à nous-mêmes, nous retrouvons des compagnes et compagnons de route. Ceux et celles qui nous aident à désamorcer nos bombes intérieures, celles que nous avions si promptement tendance à projeter sur eux. Grâce à eux, nous pouvons enfin poser les armes et guérir de toutes nos blessures.

Il y a aussi celles et ceux venus nous rappeler la mélodie oubliée de notre Cœur, la liberté joyeuse de notre Soleil intérieur. Ces enseignants, ces guides, ces maîtres de pratique , dans le visible, le subtil et l’invisible, viennent nous aider à dégager et à révéler la flamme éternelle de notre Cœur. C’est le temps de la recherche, de la découverte, de l’apprentissage, de la pratique, des acquisitions de connaissances et de compétences.

Puis vient le temps d’offrir. C’est aussi le temps de l’intégration, du dépouillement, de la simplicité, et de la sagesse. C‘est le moment d’apporter sa contribution originale à ce monde et de vivre l'expérience de la liberté, de l'unité et de la fraternité.

Sur le chemin de la Paix, que vous ayez besoin de guérir, de chérir ou d’offrir, je vous propose des productions, des créations, des rencontres et des ateliers pour retrouver et célébrer notre Unité et notre diversité, dans la joie de nous retrouver.